Les trois révolutions du livre

Les modifications des pratiques de lecture vues à travers le prisme des trois révolutions du livre

 

L’histoire du livre commence avec celle de l’écriture et n’a eu de cesse de subir des modifications. De même que le lecteur qui a lui aussi subit une évolution puisqu’il est passé du statut d’homme d’église, à celui d’homme de pouvoir. Puis a muté pour accompagner l’homme de lettres et l’homme de sciences. Enfin, il s’est émancipé et a colonisé la population entière.

Entre innovations technologiques et bouleversements des mentalités : quelles sont les trois étapes majeures de l’histoire du livre et en quoi sont-elles un écho de profondes modifications des pratiques de lecture de leurs époques ? En somme, quels changements se sont opérés au sein même desdites pratiques de lecture et habitudes de lecteurs qui pourraient trouver une justification à travers le prisme des trois révolutions du livre ?

Avant toute chose, il faudra replacer l’histoire du livre dans son contexte, plus singulièrement par le biais des trois étapes majeures qui la caractérisent et qui ont notamment été définies par Roger Chartier, fin spécialiste de la question. Il sera alors temps de parler de ces nouvelles technologies, au service d’une société bondissante, qui entrainèrent les changements de supports du livre entrainant indubitablement l’évolution du lecteur et de sa façon d’appréhender le livre.

 

Les trois étapes majeures de l’histoire du livre selon Roger Chartier

 

« Quand on découvre que tout texte n’est pas un livre[1] »

 

 « Un livre est un instrument qui sert à transmettre au public un discours, et non pas simplement des pensées, comme par exemple un tableau, qui est la représentation symbolique de quelque idée ou de quelque événement[2] » disait Kant. Nous savons aujourd’hui que le livre ne se définit pas uniquement par le texte qu’il possède mais également par l’objet qu’il représente. Le mot « livre » est un terme codifié qui caractérise avant tout un assemblage de feuillets, souvent imprimés, ayant l’apparence de cahiers cousus ou collés entre eux dans le but de former un volume à part entière et dont le contenu serait achevé. Il s’agit ici d’une conception relativement moderne de l’objet-livre et de là provient la difficulté de retracer l’histoire du livre à proprement parlé puisque son support n’a pas toujours été celui que nous connaissons aujourd’hui. Ainsi, les tablettes d’argile présentes dès le IIIe millénaire en Mésopotamie, bien que reliées entre elles par une sorte de charnière et ayant l’apparence grossière d’un cahier, ne peuvent se targuer de posséder le nom de livre.

Selon Roger Chartier, spécialiste de la question, la première étape majeure de l’histoire du livre que nous pouvons qualifier de première révolution est bel et bien la naissance du livre lui-même et plus particulièrement lors du passage du volumen ou codex.

Dans un premier temps, il est important de rappeler que le mot livre ou liber en latin, désigne cette partie souple et vivante de l’aubier camouflée derrière l’écorce d’un arbre. Cependant, l’explication du terme qui nous intéresse davantage ici est celle du mot grec biblion – qui donnera plus tard la racine du mot bibliothèque – qui donne son sens au terme latin puisqu’il parle essentiellement du papyrus. « « Lire un livre » en latin se dit : evolvere librum, c’est-à-dire « dérouler le papyrus »[3] ». Ainsi, à l’époque lorsque l’on voulait parler d’un livre, on parlait surtout d’un rouleau ou volumen dans le sens où il constituait l’une des parties plus ou moins importante d’un ouvrage à part entière (par exemple les Douze livres de l’Enéide).

Le volumen, dont le nom provient du latin, signifie « chose enroulée ». Il s’agit d’un processus complexe employant la moelle présente au sein des tiges de la plante cyperus papyrus qui poussait uniquement dans la vallée du Nil. Lesdites tiges étaient collées entre elles et enroulées autour d’une tige en bois voire deux ou d’ivoire. Le support se tenait de la main droite et se déroulait de la main gauche horizontalement. Il ne faut pas confondre le volumen avec le rotulus qui se déroulait quant à lui de manière verticale et servait essentiellement durant le Moyen-Âge pour les documents officiels qui étaient lus en public. Le papyrus ne se trouvant qu’en Égypte, il fallut attendre son rayonnement avant que le volumen ne se propage à travers la méditerranée puisque la civilisation égyptienne maintenait secrète sa fabrication[4] lui permettant d’en garder le monopole et ce durant les trois millénaires avant notre ère.

Devant ce monopole jalousement gardé par l’Égypte en raison de leur désir commun de fonder une bibliothèque, les rois de Pergame (Bergamo en actuelle Turquie) et notamment Eumène II se trouvèrent rapidement en manque d’approvisionnement et cherchèrent alors à contourner la nécessité du papyrus au profit de ce que l’on appelle dorénavant le parchemin, du grec pergamêné qui signifie « peau préparée à Pergame ». Il faut attendre entre le IIe et le IVe siècle de notre ère avant que le parchemin, bien plus souple et pliable que le papyrus ne devienne ce que l’on appelle aujourd’hui un codex, à savoir un livre formé de feuilles pliées, reliées en cahiers puis cousus et recouverts d’une reliure en bois puis plus tard avec du cuir ou du parchemin. D’ailleurs, le terme codex ou caudex provient du latin et désigne le bois en tant que matière. C’est bel et bien l’invention du codex qui marque la naissance du livre tel que nous le connaissons aujourd’hui.

 

Bien que le codex ait révolutionné le monde du livre, il est impératif de garder à l’esprit que le processus de création du parchemin était long et qu’utiliser un codex n’était pas chose aisée. En effet, les copies se faisaient uniquement de manière manuscrite. Les limites de ce procédé se firent sentir dès le XIIIe siècle alors que les ateliers de copistes installés dans les monastères ne parvenaient plus à contenter les demandes de plus en plus importantes provenant d’une population érudite grandissante notamment grâce à l’érection de nouvelles universités et au développement des villes. Vinrent alors les ateliers privés, où les copistes, à leur tour, croulèrent rapidement sous les demandes de plus en plus pressantes.

Bien que la machine soit correctement huilée, le parchemin, matière encore trop onéreuse pour l’acheteur type, ne permettait plus de rentabiliser le travail des copistes. Pire encore, les trop nombreuses pénuries de parchemin de qualité mettaient à mal leur profession. Mais voilà qu’arrive d’Italie, un nouveau matériau qui va révolutionner à son tour le monde du livre : le papier. La fabrication du papier est d’ailleurs attribuée à la Chine et est parvenue jusqu’à nous par le biais du monde arabe. La fabrication de ce matériau, peu cher, provenant de la fermentation de vieux chiffons, explose alors au XVe siècle pour s’implanter définitivement dans le modèle économique de l’époque qui glisse doucement vers la Renaissance. Cependant, le manuscrit ne se prête pas bien aux tentatives timides de multiplication des ouvrages. Il faut alors parvenir à inventer une machine capable de presser ce matériau peu cher et résistant. De même, les encres utilisées jusqu’alors ne peuvent plus convenir et il faut en créer des plus grasses qui colleront mieux au papier. Il faut attendre que Johann Gutenberg, travaillant a priori dans le milieu de l’orfèvrerie, pense à employer les diverses techniques préalablement citées de concert avec les caractères typographiques et à les apposer contre le papier à l’aide de ladite presse. Les prémices de l’imprimerie étaient nées : la deuxième révolution du livre sonne le glas du manuscrit médiéval.

 

Lorsque l’on parle de troisième révolution du livre, il ne faut pas s’attendre à parler tout de suite de l’objet en tant que tel. La révolution à venir est bien plus vaste. Cinq siècles après la supposée invention de l’imprimerie dans le monde occidental, le monde du livre est bouleversé par un nouveau réseau qui voit le jour dans la crainte de la Guerre Froide. Commandité par le gouvernement Américain à son armée et ses meilleurs experts, l’Internet est dans un premier temps un système de communication diffus entre plusieurs ordinateurs dans le but de protéger les messages secrets des soviétiques. En 1964, un chercheur nommé Paul Baran, propose la mise en place d’un réseau qui ne posséderait pas de centre névralgique. Le but est qu’à travers ce processus, les soviétiques ne puissent tout simplement pas menacer de bombarder l’endroit où seraient détenues toutes ces données. Il invente ainsi une série de nœuds, égaux et tous reliés qui permettrait de rester opérationnel quoi qu’il puisse arriver. L’ArpaNet est né en décembre 1969 et possède quatre nœuds qui assurent son fonctionnement.

Dans les années 70, l’ArpaNet s’ouvre au monde scientifique d’abord au sein des Etats-Unis puis du monde entier et permet aux scientifiques d’échanger sur leurs recherches. Les années passants, l’ArpaNet devient un réseau plus fermé, où l’on ne parle plus nécessairement que des études scientifiques mais où des conseils peuvent être trouvés, ainsi que les derniers « potins » en vigueur. Cette ouverture au monde annonce le boom de l’Internet dans les années 90 et la fin de l’ArpaNet. Dans le même temps, un nouveau système de navigation voit le jour : le World Wide Web et bientôt des systèmes de recherche perfectionnés tels que Yahoo ! et Google sont créés. Internet n’est plus l’apanage de l’armée et des scientifiques, il s’étend au grand public.

C’est durant la folle expansion de l’Arpanet par le monde scientifique qu’émerge l’idée de livre numérique aussi appelé Ebook. En 1971, c’est avec le désir d’utiliser au meilleur de ses capacités le prodigieux système de stockage que possède le plus puissant ordinateur de son université que Michael Hart, alors simple étudiant, décide de numériser la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis et de la diffuser sur le réseau. Voyant ici un procédé efficace, il poursuit son action en numérisant d’autres ouvrages libres de droit et en les lançant à leur tour sur la toile, y créant pour la première fois une bibliothèque numérique disponible pour le plus grand nombre. Les années passant, se poursuit l’envie de diffuser en masse les ouvrages sur le réseau et d’archiver des documents dans un souci de conservation. Il faut attendre le début du XXIe siècle pour que le livre numérique devienne à son tour un objet à commercialiser et qu’un réel consensus opère afin de lui laisser sa place comme « donnée-livre » ou livre dématérialisé, en opposition avec l’objet-livre toujours en circulation.

 

Un support qui change, des pratiques qui évoluent

 

« La forme du support ayant changé, notre perception de son contenu a évolué également[6] »

 

Comme nous venons de le voir, ces trois révolutions ont profondément marqué l’histoire du livre. Bien que ce qui semble évident aux premiers abords soit le changement radical apporté par les nouvelles technologies vis-à-vis du support même que représente le livre, il ne faut pas négliger le bouleversement que ledit support a opéré sur les pratiques de lecture entrainant parfois, comme nous le verrons, la refonte de la mise en page du contenu du livre ou encore l’adoption de nouvelles lois. Ce sont ces trois révolutions qui ont permis aux livres, tant l’objet que sa représentation culturelle, de forger les codes toujours utilisés de nos jours.

 

Ainsi, ce n’est pas uniquement le support qui évolue mais également les attitudes corporelles qui changent. Alors que le volumen, rigide et difficilement pliable ne pouvait être lu que sous forme de rouleaux et avec les deux mains, cylindre souvent replié après lecture à l’aide du menton, la donne change radicalement avec la venue du codex et son parchemin provenant de la peau de mouton ou chèvre. Il est alors aisé de ne le porter plus que d’une main et de prendre des notes de l’autre. De même, la comparaison visuelle entre deux ouvrages devient instantanément possible. Écrire directement des commentaires sur l’ouvrage est dorénavant faisable. Le volumen ne pouvait recevoir du texte que sur une seule face, le codex rend possible le recto-verso, mieux encore, il permet d’effacer ce qui a déjà été écrit en grattant la surface de la page, processus fort utile lors de pénuries, nombreuses au Moyen-Âge. Le codex permet également d’avoir sous la main un ouvrage entier, là où le volumen nécessitait plusieurs rouleaux, faisant bénéficier son possesseur d’un gain de place afin d’optimiser la conservation de ses biens.

L’imprimerie apporte également son lot de changements. Le lecteur se retrouve avec un ouvrage bien plus petit, facilement transportable, de meilleure qualité qu’il n’a plus peur d’abîmer, là où le codex, avec sa reliure en bois ou en cuir et son aspect imposant, rendait inenvisageable l’idée de le déplacer hors de son salon d’étude. Avec ce format et la certitude que d’un livre à l’autre, il n’y aura pas de différence, l’idée d’une codification orthographique se forge et rend possible la massification de l’apprentissage de la lecture, notamment par le biais des textes liturgiques.

Avec le numérique, c’est la perception de la connaissance qui change radicalement là où l’arrivée du codex changeait principalement la perception du contenu du livre. Ici, une page se lit à la manière d’un rotulus mais ne contraint plus son lecteur aux mêmes inconvénients. Autre avantage, le livre qui jusqu’à présent envisageait plutôt une lecture linéaire, à l’exception d’ouvrages scientifiques ou à visée encyclopédique, devient fractionnable par le biais d’hyperliens. Le lecteur, confortablement assis dans son fauteuil de lecture préféré, a alors un accès total à Internet et peut glisser d’hyperliens en hyperliens au grès de ses envies. Ces derniers ne se cantonnant pas à mener vers d’autres documents écrits mais pouvant conduire à des vidéos et autres supports interactifs comme des jeux ou des questionnaires. Le livre numérique casse les codes et repousse les limites que pouvait avoir l’objet-livre.

 

Intimement liée aux attitudes corporelles des lecteurs, la mise en page du livre évolue de la même façon. Comme nous le disions précédemment, l’utilisation du codex modifie grandement les pratiques de lecture favorisant ainsi une refonte importante de la mise en page et du contenu de l’ouvrage. La reliure est inventée permettant de mieux protéger l’ouvrage. Le texte, jusqu’alors flux contenu au sein du volumen est réorganisé en colonne, aérant ainsi la page et laissant la place d’insérer des illustrations ou encore des marges, nécessaires pour gloser ou annoter des commentaires directement à côté du texte. À ce titre, les pages sont dorénavant numérotées, l’index et la table des matières sont créés encourageant une recherche plus méthodique et réfléchie au sein de l’ouvrage et légitimant la découpe du livre en chapitres.

L’uniformisation de la mise en page du livre, admise par l’imprimerie, apporte, outre l’émergence d’un code typographique ou orthographique et la diffusion de l’apprentissage de la lecture, une stabilité dans l’élégance de l’ouvrage. Dorénavant, le titre et l’auteur figurent sur la couverture et le dos du livre alors qu’au Moyen-Âge, ces renseignements apparaissaient à la fin de l’ouvrage sur le colophon. À l’époque, seul comptait le contenu du livre, pas l’auteur qui l’avait écrit. Cette reconnaissance de l’auteur est donc apparue en même temps que l’imprimerie.

Le numérique fait littéralement exploser cette notion d’auteur puisque sur Internet, le lecteur peut également être auteur. Tout le monde le peut, il n’y a plus de barrières. Au même titre que le rôle d’éditeur avec la naissance des blogs et de l’autoédition. De plus, la mise en forme du texte n’a plus à prendre celle, ultra codifiée, de l’objet livre. L’auteur peut s’amuser à modifier les codes préétablis afin de proposer une réelle aventure à son lecteur, le menant de liens en liens et le perdant dans les méandres du Net. Le lecteur n’est plus passif dans sa lecture, il en devient le total acteur et est décisionnaire de chacune des actions qu’il mènera.

 

Bien sûr, les innovations scientifiques et le monde du livre n’ont pas fini de nous étonner. Comme tout changement, rien n’est arrivé du jour au lendemain et il est évident que ce furent des processus lents, s’étalant sur plusieurs siècles. Bien souvent, une révolution n’effaçait pas la norme et les deux cohabitaient durant longtemps. Mais ce que nous appelons révolution aujourd’hui ne nous fait-il pas finalement revenir en arrière avec des processus similaires mais des supports différents ? Ainsi, le livre audio, ne pourrait-il simplement pas être une vision renouvelée de la culture orale de l’époque ? Au même titre que le numérique reprendrait certains codes de la lecture sur volumen. N’y-a-il réellement que du changement et des améliorations scientifiques ou ne sommes-nous que dans un éternel recommencement ?

 

Notes de bas de page

 

[1] Jean-Paul Fontaine, L’Aventure du livre, p.8

[2] Note donnée par Emmanuel Kant dans le chapitre « De l’illégitimité de la contrefaçon des livres » dans son ouvrage Métaphysique des mœurs.

[3] Citation empruntée à l’article en ligne proposée par la BNF : L’Aventure du livre, du Volumen au Codex.

[4] Fait amusant, lors de la déchéance de l’Égypte Antique, les secrets de fabrication du papyrus furent perdus et il fallut attendre le XXe siècle pour qu’on en retrouve le processus.

[6] Citation prise sur le blog Tous Médias, sur l’article Les trois révolutions du livre, disponible ici : https://yourcontentbox.wordpress.com/2010/11/26/les-3-revolutions-du-livre/

 

Bibliographie et webographie  

 

* Berthier, Anne, Du volumen au codex, L’histoire du livre, BNF, disponible en ligne ici : http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/premiers-supports/07.htm

* Chartier, Roger, Le Livre en révolutions : entretiens avec Jean Lebrun, Les Editions Textuels : Paris, 1997, 159 pages,

* Chartier, Roger, Les usages de l’imprimé, Fayard : Paris, 1987.

* Fontaine, Jean-Paul, Du manuscrit médiéval à nos jours. L’Aventure du livre, Bibliothèque de l’Image : Paris, 1999, 191 pages.

* Inconnu, Les trois révolutions du livre, Tous Medias, 2010, disponible en ligne ici : https://yourcontentbox.wordpress.com/2010/11/26/les-3-revolutions-du-livre/

* Inconnu, Hypertexte et hypolecture, Tous Medias, 2010, disponible en ligne ici : https://yourcontentbox.wordpress.com/2010/11/17/hypertexte-et-hypolecture/

* Inconnu, Internet, Futura-sciences, disponible en ligne ici : https://www.futura-sciences.com/tech/definitions/internet-internet-3983/

* Martin, Frédéric, Le livre numérique, L’histoire du livre, BNF, disponible en ligne ici : http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/imprimerie/index.htm

* Mollier, Jean-Yves, Sorel, Patricia, L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France aux XIX et XXe siècles, 1999, p.127

* Petit, Nicolas, Naissance de l’imprimerie, L’histoire du livre, BNF, disponible en ligne ici : http://classes.bnf.fr/livre/arret/histoire-du-livre/imprimerie/01.htm

* Sordet, Yann, Les trois révolutions du livre, Revue française de l’histoire du livre, BNF, disponible en ligne ici : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-03-0107-008


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search