Penser le livre numérique et ses implications à l’aune de la théorie des médias de Marshall McLuhan.

En 1962 puis en 1964, les livres The Gutenberg Galaxy et Understanding Media, or the extensions of man du chercheur canadien Marshall McLuhan eurent un très fort impact sur la façon de penser les médias en Amérique du Nord. Établissant une typologie de ces derniers, l’auteur étudie les implications des différents supports avec sa célèbre maxime : « Le médium, c’est le message ». Mais qu’en reste-t-il de nos jours, alors qu’un objet comme le livre a totalement changé de médium ? Les théories de McLuhan nous permettent-elles de penser le livre numérique comme une simple évolution du livre imprimé ou comme quelque chose de radicalement différent ? C’est ce que nous allons voir.

Pour comprendre les médias

McLuhan, Marshall. Understanding Media: The Extensions of Man. New York: McGraw-Hill, 1964. Disponible chez Points Essais

 Marshall McLuhan est l’un des principaux représentants de l’école de Toronto. L’axe de recherche principal de cette école universitaire est l’étude des biais dans la communication impliqués par le medium, c’est-à-dire le support, la nature même de chaque média, le canal via lequel le message se transmet. Ce canal, justement, n’est pas sans effet, et influe sur le message, sur les manières de recevoir ce dernier, mais aussi sur les habitudes culturelles qui l’environnent. Les biais sont les conséquences psychologiques et sociales d’une technologie, l’un des axiomes de l’auteur étant qu’une société évolue avec le progrès technique.

 

Le livre selon McLuhan

Comment définir ce qu’est un livre ? McLuhan n’en donne pas une définition exacte, toutefois une chose est sûre : le livre est ce qui fixe l’écriture de façon visuelle. Mais livre manuscrit, livre imprimé et livre numérique ne fixent pas cette écriture de la même façon. Selon McLuhan, le contenu d’un médium est un autre médium plus ancien qui nous arrive d’une autre façon. Ainsi, « le contenu de l’écriture est la parole orale, tout comme l’écriture est le contenu de l’imprimerie » (p.9). De ce fait, le livre manuscrit et le livre imprimé ne sont pas tout à fait la même chose, tout comme livre imprimé et livre numérique sont différents. Chaque forme contient la précédente, mais peut en changer les modalités. Entre livre imprimé et livre numérique, un changement de support a lieu. La question est de savoir si le livre numérique reste un média de l’écrit, ou devient un média électronique.

Le livre est un médium chaud, c’est-à-dire qu’il sature le sens et laisse peu de place à la participation du récepteur (ici le lecteur) dans la production du sens, contrairement, par exemple, à l’oralité. Le message est donné et figé dans le temps. De plus, le lecteur est captif du médium papier, il ne peut que lire le message qui y est inscrit, à la différence des médiums modernes (l’utilisateur peut changer de chaîne à la télévision ou d’application sur terminaux numériques). Or, cela n’est plus tout à fait vrai dans le cas du livre numérique. S’il est vrai que ce dernier « imite » la page imprimée, il la rend malléable, adaptable. Le lecteur peut zoomer dans la page et peut surtout en changer le contenu.


Si le livre papier est un livre simple, nous pouvons considérer le livre numérique comme un sur-livre, un livre contenant plus que le livre. En effet, puisqu’il utilise le même canal qu’Internet, le livre numérique contient potentiellement en lui-même toutes les possibilités offertes par celui-ci. Le lecteur peut chercher le sens d’un mot en cliquant dessus, ou obtenir plus d’informations sur le contexte ou sur un sujet traité via son moteur de recherche, et ce sans changer de médium, au sein de la même expérience médiatique. De ce point de vue-là, et en opposition au livre papier, le livre numérique re-personnalise le rapport à la lecture. Si le message de base est toujours quelque chose de donné, cet approfondissement, cette excroissance variant en fonction de chaque lecteur peut transformer et faire varier le message du livre.

Néanmoins, si l’on se place purement du côté du médium, du contenant, un livre numérique n’est pas tout à fait un livre. Certes, il fait toujours appel à l’œil qui déchiffre des signes. Mais d’un autre côté, cohabitant avec d’autres médias au sein du médium numérique, il est un fichier parmi d’autres, films et images entres autres, puisqu’eux aussi sont des médias visuels.

Plus que de savoir si le livre numérique est un livre, au sens du livre imprimé, ce sont les nouvelles habitudes culturelles et les implications dans la façon de lire que ce changement de support apporte qu’il convient d’étudier. Cela induit un rapport à la lecture et un rapport de communication qui sont totalement différents.

Effets sur la lecture

L’approche analytique de McLuhan est double. Tout d’abord, elle s’intéresse à l’effet des médiums sur la réception du message. Dans la façon dont le contenu est délivré au lecteur, une question se pose car la lecture sur papier et la lecture sur écran font appel à des fonctions différentes du cerveau. Dès lors, quelle est l’efficacité du message délivré par le livre numérique par rapport au livre papier? Le lecteur retient-il moins ce qu’il a lu sur écran que ce qu’il a lu sur papier ? Sur un plan purement physique, McLuhan remarque que le livre imprimé intensifie la fixation de l’œil sur un point de la page, produisant un effet de concentration. Tant que le livre numérique reste purement homothétique, cet effet est conservé. Mais si un autre texte ou une autre image, comme une publicité, cohabitait sur l’écran avec le texte principal, cet effet de concentration serait amoindri. La lecture sur écran transforme notre rapport au texte. Là où le livre imprimé induit une lecture profonde, le livre numérique induit une lecture plus exploratoire et fractionnée. De fait, la plupart des effets cognitifs induits par les écrans ont été déjà beaucoup étudiés mais il s’agit de savoir s’ils s’appliquent aux livres numériques, car la lecture d’un livre numérique, une fois ouvert, n’est pas la même que celle d’une page Internet. Seule une étude scientifique pourrait établir si le lecteur importe ses habitudes de lecture internet dans la lecture de livres numériques.

De plus, il serait intéressant qu’une étude mesure les conséquences du changement de médium en termes d’attachement au livre, ce qui est important car plusieurs études ont montré la corrélation entre attachement émotionnel et mémorisation efficace . Enfin, le rapport à l’information délivrée par le livre change. McLuhan décrit très bien comment le livre n’est plus l’unique source de savoir dans notre société de médiums électroniques, or le passage du livre sur un support numérique le met sur le même pied d’égalité qu’une page internet, avec probablement une accentuation du phénomène de relativisation du savoir délivré par le livre.

Effets sociologiques du changement de medium

Mais ce qui aurait particulièrement intéressé McLuhan et est si caractéristique de son approche sont les implications sociologiques de ces nouveaux médiums. Dans The Gutenberg Galaxy, McLuhan s’intéresse particulièrement aux effets qu’a eu l’imprimerie sur notre culture et nos sociétés. Selon lui, le livre imprimé produit une culture plus individualiste, un sens même de l’identité privée, en rendant le livre accessible à un très grand nombre de lecteurs individuels. En plus d’un rapport plus individuel à l’information, l’auteur mentionne comme effet psychologique que la disposition de caractères uniformisés, disposés de façon continue et contenus dans un espace rationnel, contribue justement à un aller vers la rationalité et une valorisation de celle-ci. Ici, nous ne pouvons pas dire que la transition imprimé-numérique change grandement les choses, puisque le livre numérique est souvent homothétique, c’est-à-dire qu’il imite la page imprimée. Pourtant, McLuhan observe que l’imprimé a apporté avec lui une forte valeur d’objectivité quant au contenu qui y était inscrit, ce qui n’est pas forcément conservé dans l’univers du numérique.

« Le message primaire de l’imprimé est la répétabilité » dit McLuhan. Avec le livre imprimé, il s’agit de transmettre toujours la même information. Il souligne que le livre imprimé, la typographie, implique un principe d’uniformité, de continuité et de linéarité, un principe qui aboutit à une uniformisation dans la distribution et dans la façon de lire le message. Le support papier, léger et facilement transportable par rapport aux supports d’écriture antérieurs, a ainsi permis d’unifier des territoires très vastes, le même message se diffusant partout. Sur ce point, le livre numérique globalise le phénomène, le lecteur pouvant télécharger un livre numérique depuis n’importe où sur la planète, et ce quasi-instantanément.

Le message des médias électriques est, pour vulgariser McLuhan, la reconnexion entre les individus notamment sur le plan émotionnel et participatif (télégraphe, téléphone, télévision et radio ont tous pour point commun de connecter via un sens physique les individus en live). Cela laissait peu de place au livre, et c’est pourquoi McLuhan craignait pour lui. Cependant, les médias numériques, prolongement des premiers, ont vraisemblablement pour message (à comprendre ici comme effet renvoyé) l’adaptabilité (le smartphone, les réseaux sociaux, la VOD ou les sites internet ont pour point commun d’être personnalisables et utilisables « où l’on veut quand on veut »), ce qui constitue une vraie chance pour le livre de rester une ressource potentielle, mais n’est pas sans conséquences pour lui.

Les effets sur le livre du changement de support

La première conséquence sur les habitudes de lecture pouvant résulter du support numérique du livre est la dévalorisation de ce dernier en tant qu’objet unique et individuel. Devant sa liseuse ou son ordinateur, le lecteur peut accéder à plusieurs livres, il a le choix entre plusieurs contenus et peut en plus les alterner. C’est donc la consommation du contenu du livre qui s’en trouve changée. La lecture d’extraits ou l’abandon d’une lecture en cours sont des habitudes grandement encouragées par le livre numérique (adaptabilité).
D’un autre point de vue, McLuhan explique que la transition manuscrit-imprimé et son besoin économique de répétabilité avait quasiment éliminé l’aspect plastique de l’écriture manuscrite et l’attention donnée à la forme graphique des lettres, ce qui n’est pas neutre dans la réception du message. Or le livre numérique, n’ayant nul besoin d’être imprimé et ne passant pas par les caractères de presse pour sa production, pourrait très bien ramener l’aspect plastique de l’écriture au sein du livre, avec des caractères beaucoup plus variés, voire personnalisables (adaptabilité, encore).


Selon McLuhan, les médiums électriques font que l’on s’intéresse plus aux effets que le message a sur le récepteur (modifications de sa pensée, émotions déclenchées), qu’au message lui-même. Dans notre société actuelle, l’effet scruté chez tout utilisateur de plateforme numérique est l’attention. De là, il n’est pas insensé de penser une adaptation des contenus (sujets, style d’écriture) faite pour attirer le choix du lecteur. En termes de sujets, nous pouvons déjà constater une certaine concentration autour des littératures de genre. Ainsi, sur les trois premières pages du catalogue Kindle France (consulté le 31 janvier 2021 avec un VPN), plus de la moitié des titres appartenaient à la littérature « sentimentale » (25/48), suivie par le policier (7/48) et la littérature blanche (6/48). Il est certes trop tôt pour juger de l’impact du nouveau support sur l’écriture elle-même, car jusqu’à présent peu d’œuvres ont été écrites en ayant une pensée orientée vers le numérique, ni fortement impactée par celle-ci. L’auteur écrit en pensant à un livre imprimé et selon les usages qui y sont liés. Mais en utilisant les analyses que McLuhan avait effectuées sur d’autres médiums électriques, la logique voudrait que l’on aboutisse à une écriture plus démocratique, utilisant une langue plus commune, avec un contenu non plus mainstream (l’imprimé ayant consacré une culture unifiée que tout le monde connaissait, les classiques) mais destiné à un groupe spécifique partageant la même culture. Ce que McLuhan ne pouvait pas voir, n’ayant pas connu les médias sociaux, est la notion de participation que le livre numérique pourrait favoriser dans l’écriture, avec un livre à plusieurs auteurs, ou modifié par la communauté

Pour conclure, la question du livre numérique s’inscrit dans une problématique beaucoup plus large que McLuhan avait commencé à esquisser, à savoir le changement d’une culture du livre, de l’écrit, à une culture des médiums électroniques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search