Fan-fictions : quel avenir pour les plateformes ?

On considère que le phénomène de la fan-fiction est apparu dans les années 1960, avec la série télévisée Star Trek : les fanzines (magazines pour fans) permettent de publier des écrits qui reprennent et prolongent les aventures du capitaine Kirk et de son équipage. C’est néanmoins le développement d’internet et la généralisation de son usage qui amplifient et favorisent la pratique. La saga Harry Potter connaît notamment une communauté de fans très importante à travers le monde : en décembre 2020, le site Fanfiction.net enregistre plus de 785 000 fan-fictions pour ce seul univers, toutes langues confondues et sans compter les crossovers (fanfictions mélangeant plusieurs univers différents). Par ailleurs, des best-sellers comme Cinquante nuances de Grey (inspiré de la saga Twilight) ou After (fanfiction basée sur les membres du groupe de musique One Direction) montrent que ces récits se sont étendus jusqu’à l’édition traditionnelle.

Le dictionnaire du Larousse en ligne nous propose cette définition de la fan-fiction :

« Récit proposé par un fan sur Internet, qui fait suite à une fiction préexistante (roman, manga, film, série télévisée, jeu vidéo) ou en constitue une variation[1]. »

On note cependant que cette définition n’inclut pas After, qui met en scène des personnages inspirés de célébrités réelles. Les auteurs de fan-fictions peuvent en effet écrire des « Real Person Fictions » (littéralement des « fictions de personnes réelles »), mettant en scène des personnalités comme des acteurs, des chanteurs, des sportifs, etc.

C’est majoritairement sur les sites spécialisés que les fans partagent leurs écrits. On a cité fanfiction.net, la plateforme la plus ancienne spécialisée en la matière ; on trouve également des fan-fictions sur le siteArchive Of Our Own (plus communément appelé AO3). Ces deux plateformes sont anglophones. Il existe par ailleurs en France le site Fanfictions.fr, qui rassemble quelques milliers d’écrits, un chiffre moindre comparé à celui de ses homologues anglais. Pour publier une fan-fiction, certains choisissent le site d’écriture Wattpad, celui de LiveJournal, communauté virtuelle détenant un logiciel permettant de créer un blog, ou alors Tumblr, plateforme de microblogging, voire un blog personnel. On parlera peu de ces derniers, car ils ne sont pas exclusivement consacrés à la fan-fiction.

Le développement de la fan-fiction interroge la propriété intellectuelle et le droit d’auteur. D’un point de vue juridique, la fan-fiction n’est pas légale, comme nous le verrons plus loin, mais devant l’ampleur du phénomène et l’explosion du numérique, il a fallu aménager et repenser des exceptions. Comment les plateformes qui accueillent des fan-fictions ont-elles évolué et quelles sont les limites légales qui les encadrent ?

Ce que dit la loi :

La convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques (qui a été signée par près de 184 pays) dit que les auteurs bénéficient d’une protection tout au long de leur vie, et jusqu’à cinquante ans après la mort de l’auteur. Ce délai peut changer selon les pays : dans l’Union Européenne et aux Etats-Unis, la protection s’étend jusqu’à soixante-dix ans après la mort de l’auteur. L’œuvre tombe ensuite dans le domaine public et devient alors exploitable.

L’article 106 de la loi sur le copyright aux Etats-Unis dispose que « le fait de copier, arranger, diffuser des arrangements d’une œuvre protégée, même à titre gratuit, constitue une atteinte aux droits d’auteur ».

En droit français, voici ce que le Code de la propriété intellectuelle (CPI) stipule :

-Art. 335-2 : « Toute édition d’écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon et toute contrefaçon est un délit. La contrefaçon en France d’ouvrages publiés en France ou à l’étranger est punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. »

-Art 335-3 : « Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d’une œuvre de l’esprit en violation des droits de l’auteur, tels qu’ils sont définis et réglementés par la loi. »

-Art. 121 : « L’auteur a seul le droit de divulguer son œuvre. »

Il y a toutefois des exceptions prévues par le copyright et le droit d’auteur.

En droit américain, le « fair use » (on dira « usage loyal »), consacré au titre 17 du code des Etats-Unis, constitue une importante limite aux droits exclusifs de l’auteur. Dans le cadre d’un usage loyal, la copie, l’enregistrement ou encore la reproduction peuvent être autorisés pour la critique, l’information, l’enseignement. Pour déterminer la loyauté de l’usage, il faut tenir compte de l’objectif et la nature de l’usage, de la nature de l’œuvre protégée, de la qualité et de l’importance de l’œuvre utilisée, des conséquences de cet usage sur le marché potentiel.

En France, le droit d’auteur a également des exceptions. L’article L.122-5 du CPI autorise ainsi les œuvres parodiques, les pastiches et la caricature. L’arrangement et la diffusion d’une œuvre protégée peut également se faire dans le cadre d’un cercle privé. De même il est prévu que l’œuvre puisse être utilisée sans autorisation de l’auteur pour les analyses critiques, les revues de presse, à titre d’actualité, sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur ainsi que la source.

Dans ce contexte, la fan-fiction peut-elle bénéficier de ces exceptions ? Si l’on se réfère à ce qui vient d’être dit, la réponse est négative. La fan-fiction n’est ni une parodie, ni une analyse critique de l’œuvre originale, et sa publication sur des sites internet fait qu’elle sort clairement du cadre du cercle privé. Ainsi, les sites proposant des fan-fictions sont illégaux, mais la tolérance (ou l’ignorance) des auteurs par rapport à ces sites, permet leur existence. En pratique, la réalisation de fan-fictions dépendrait de l’autorisation de l’auteur de l’œuvre originale.

Certains auteurs sont ouvertement en faveur de la réalisation de fan-fictions. Par exemple, J.K Rowling se dit favorable aux fan-fictions sur sa saga Harry Potter. Elle a cependant posé des limites : les œuvres réalisées doivent s’inscrire dans la continuité de la saga et s’adresser à un jeune public.

D’autres auteurs, comme Stephanie Meyer (Twilight), encouragent la réalisation de fan-fictions en assurant leur publicité. Ils regardent l’écriture des fans comme une chose positive, tant que ces textes ne sont pas écrits dans un but lucratif. Il y a aussi ceux, comme George R.R Martin (la saga du Trône de fer), qui n’encouragent pas la fan-fiction mais la tolèrent, toujours à condition qu’aucun profit ne soit tiré de ces écrits amateurs.

Enfin, certains auteurs s’opposent totalement à la fan-fiction. On peut ainsi citer Anne Rice (qui a entre autres écrit Chroniques des vampires) ou Robin Hobb (L’Assassin Royal), qui refusent de voir leurs univers et personnages repris et transformés par leurs fans. La fan-fiction est pour eux une atteinte définitive à leurs droits d’auteur.

Fanfiction.net et Archive Of Our Own’s :

Fanfiction.net est la plus ancienne plateforme. Elle a été créée en 1998 et se divise en plusieurs  catégories de fan-fictions : mangas, livres, dessins animés, jeux, bandes dessinées, films, pièces/comédies musicales et émissions télévisées. Elle dispose d’un mode d’emploi « Guidelines », qui détaille les règles à respecter. Deux points importants se dégagent :

– respecter le rating : il y a quatre « niveaux » d’avertissements par rapport à la maturité de lecture : on a K (tous publics), K+ (tous publics sous une certaine réserve), T (contenu adressé à un public ayant plus de treize ans) et enfin M (contenu mature). Chaque fan-fiction publiée s’accompagne de cette notation.

– respecter la volonté des auteurs ayant refusé expressément la fan-fiction. Une liste de noms des dits auteurs est disponible.

AO3 (Archive Of Our Own) créée en 2008, souhaite contrer une politique jugée trop « restrictive ». Le Monde note que les fans sont alors contrariés par Fanfiction.net : « on ne peut plus y poster ce que l’on veut, notamment en matière de pornographie, un genre très prisé des auteurs de fan-fictions ». Tumblr et LiveJournal, où les fans ont l’habitude de pouvoir créer librement, se voient aussi frappés d’interdiction de publier des écrits pornographiques.

De fait, AO3 réfute la censure : « On accepte sur AO3 tout ce que le droit américain nous autorise à publier[2] ». Ce qui permet la publication de fan-fictions controversées : « des fan-fics sur des personnes réelles, des récits fondés sur des œuvres dont les auteurs sont hostiles aux fan-fictions, mais aussi des formes de pornographie impliquant des viols, des mineurs, différentes formes de violence[3]… » La plateforme a la particularité d’avoir été créée par des auteurs bénévoles de fan-fictions, à l’origine de l’OTW (Organization for Transformative Works), une organisation américaine à but non lucratif, fondée en 2007, qui veut préserver et encourager les œuvres de fans. Archive Of Our Own’s peut d’ailleurs se traduire par « Notre propre archive » : les fans gèrent eux-mêmes leurs créations.

En 2019, AO3 compte plus de 5 millions de fan-fictions. La plateforme reprend de Fanfiction.net le système d’avertissements par rapport au contenu, mais elle ajoute une très large possibilité de tags, permettant aux lecteurs de trouver et de cibler facilement un type de fan-fictions précis.

Amazon : légaliser la fan-fiction ?

En 2013, Amazon a créé « Kindle Worlds ». L’entreprise a acheté quelques licences de films et séries, comme Gossip Girl, Pretty Little Liars, The Vampire Diaries et une poignée de films de la Warner Bros. Les auteurs de fan-fictions peuvent alors publier leurs réalisations concernant ces licences sur Kindle Worlds, après toutefois une relecture d’Amazon qui rejette tout contenu pornographique ou considéré comme offensant. Si la fan-fiction rencontre ensuite du succès, une commercialisation en e-book est envisagée, avec des royalties payées à l’auteur original de l’œuvre protégée. En 2018, Amazon met cependant fin à l’existence de « Kindle Worlds ».

Dans un article du journal The Verge[4], l’OTW observe que l’entreprise n’a pas compris l’enjeu de la fan-fiction: les fans ne veulent pas d’une publication commerciale de leurs œuvres. Les cas de Fifty Shades of Grey et de After sont en réalité une exception dans le monde de la fan-fiction (paragraphe tiré de l’article cité, la traduction est de l’auteure) :

« Le fandom se développe en inversant les systèmes de moralité, en réinterprétant les relations [entre personnages] et en changeant les tons – sondant les implications sombres d’un jeu vidéo léger ou mettant des personnages dramatiques dans des situations ridicules pour imaginer comment ils réagiraient. C’est un moyen de créer de nouvelles histoires qui critiquent les anciennes, ou simplement d’explorer les choses qui ne sont pas montrées dans le matériel original. Des genres très moqués comme la fiction slash créent de nouvelles façons d’explorer les relations, et les interprétations alternatives des personnages permettent des histoires du point de vue des méchants. En fonction des goûts de la Warner Bros, la fanfiction autorisée peut être privée d’une grande partie de son pouvoir. Et en raison de problèmes de licence, les écrivains ne peuvent pas soumettre de fiction « croisée » [le crossover, nda], qui combine des personnages ou des paramètres de plusieurs œuvres[5]. »

Il y a fort à parier que toute tentative de rentabilisation de la fanfiction est vouée à l’échec. Le succès rencontré par AO3 auprès d’auteurs amateurs le prouve : c’est la liberté de créer à partir d’univers déjà existants et de pouvoir échanger à ce sujet qui intéresse les fans, et de non de commercialiser leurs œuvres et de les faire connaître à un public non averti.

Bibliographie :

Plateformes de fanfictions :-

Archive of Our Own : Home | Archive of Our Own

Fanfiction.net : FanFiction

ROBERSTON, Adi, « How Amazon’s commercial fan fiction misses the point », The Verge, 4 juin 2013 : How Amazon’s commercial fan fiction misses the point – The Verge

TUAL, Morgane, « AO3, la bibliothèque rebelle aux 5 millions de fanfictions », Le Monde, 17 août 2019 : AO3, la bibliothèque rebelle aux 5 millions de fanfictions (lemonde.fr)

Institut de Recherche et d’Etudes en Droit de l’Information et de la Culture :

TRINIAC, Margaux, « Fanfiction, hommage ou violation des copyrights ? », IREDIC, 2 mars 2018 : FANFICTION : HOMMAGE OU VIOLATION DES COPYRIGHTS ? | IREDIC

Blog La communauté des mots : « La Fanfiction #2 : Le Côté Juridique » : LA FANFICTION #2 : LE CÔTÉ JURIDIQUE – La Communauté des Mots (skyrock.com)


[1] Le Larousse en ligne : Définitions : fanfiction – Dictionnaire de français Larousse (consulté le 15 décembre 2020)

[2] Morgane Tual, « AO3, la bibliothèque rebelle aux 5 millions de fanfictions », Le Monde, 17 août 2019 : AO3, la bibliothèque rebelle aux 5 millions de fanfictions (lemonde.fr) (archives consultés le 17 février 2020)

[3] Ibid.

[4] Adi Roberston, « How Amazon’s commercial fan fiction misses the point », The Verge, 4 juin 2013 : How Amazon’s commercial fan fiction misses the point – The Verge (archives consultées le 20 février 2021)

[5] Ibid.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search