La représentation dans la littérature jeunesse : un manque de diversité qui pose problème

Illustration réalisée sur Canva avec les personnages créés par Lenni Kauffman

ÉTAT DES LIEUX GÉNÉRAL

Plus que jamais la question des représentations est importante, autant pour ce qui est de l’industrie du livre que de l’industrie audiovisuelle, mais aussi dans notre société actuelle. Plus que jamais, inclure et écouter les personnes issues de groupes marginalisés est essentiel.

Nous retrouvons souvent le même type de personnages dans les livres et à l’écran : un manque de diversité qui pose problème et, naturellement, qui fait parler. Ces débats ont et doivent avoir un impact sur le monde tel que nous le connaissons.

Cet article s’intéresse notamment à la littérature jeunesse et l’importance des représentations pour ce public : une littérature qui va accompagner l’enfant, l’adolescent·e, le·la jeune adulte dans sa construction mais qui va également l’instruire, l’ouvrir sur le monde et sur qui iel est. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’aborder des sujets forts, parfois tabous, tels que le sexe, le deuil ou encore la violence : je renvoie à l’article rédigé en 2014 sur ce blog [1]. C’est également la raison pour laquelle il est crucial de parler de représentation et d’intégrer des personnages diversifiés dans ces écrits.

C’est sur cette base que je propose de réfléchir à cet enjeu. Pourquoi la représentation est-elle si importante ? Pourquoi est-il aujourd’hui plus que jamais nécessaire de s’intéresser à ces sujets ? 

L’étude de ces différents points vient mettre en lumière des questions actuelles qui animent les différent·e·s acteur·trice·s du monde du livre, lecteur·trice·s compris·e·s. En effet, il est grand temps de parler et d’avancer sur la question des ownvoices et des sensitivity readers.

En somme, ces questions sont essentielles non seulement pour les personnes concernées par ces sujets, et plus généralement pour les lecteur·trices en construction, mais elles le sont également pour le marché du livre, son évolution et son économie. Il nous faut prendre le recul nécessaire pour comprendre les enjeux derrière ces différentes revendications : les tenants et les aboutissants des ownvoices et du sensitivity reading s’inscrivent dans l’évolution du marché du livre et donc de la société.

 

LA QUESTION DES REPRÉSENTATIONS DANS L’UNIVERS DU LIVRE

Dans l’univers du livre, mais pas seulement, les personnages représentés tendent à tous se ressembler. Souvent blanc·che·s, cisgenres, minces, valides et hétérosexuel·le·s, ces personnages mis en avant ne laissent pas la place à des héro·ine·s qui dérogent à ces « normes » établie dans la société. Il est plutôt rare de trouver des protagonistes différents de cette présentation. Et pourtant, notre monde regorge de personnes diverses en termes de genres, d’orientations sexuelles, de cultures, de corps, etc. : alors pourquoi sont-elles si peu représentées dans notre société ?

En règle générale, les personnages issus de groupes marginalisés sont cantonnés à un seul et même rôle, celui qui accompagne le héros dans sa quête. On constate par exemple qu’un personnage asiatique endosse régulièrement le rôle du « geek intelligent qui pour une raison obscure fait aussi du kung-fu [2] ». Il s’agit également souvent de personnages qui ne parlent pas ou peu.

Cette logique de représentation relève essentiellement de clichés et tend à mélanger des catégories de personnes entre elles. En effet, la diversité est pourtant par elle-même nuancée : deux personnes noires issues de cultures différentes n’auront pas exactement les mêmes expériences, par exemple.

De plus, il est rare, en tout cas en littérature française, de retrouver un personnage issu de plusieurs minorités en même temps (par exemple, un personnage qui est à la fois gay et noir) comme si l’on ne pouvait et l’on ne devait occuper qu’« une case à la fois » ; ce constat n’intègre pas le concept d’intersectionnalité qui « désigne le croisement de plusieurs dominations ou discriminations qui pèsent sur certaines personnes [3] ».

Au sein de cet article, je vais notamment prendre appui sur le chapitre « Diversité et représentation en littérature ado » du Guide de littérature ado de Tom et Nathan Levêque, publié en 2020 [4]. Je me suis particulièrement intéressée aux retours des quatre personnes concernées et actrices du monde du livre qui y sont interrogées. À travers la lecture de ce chapitre, on se rend tout d’abord compte que nous faisons face à « un mouvement [vers l’égalité] qui manque de nuances [5] ».

Nous pouvons prendre l’exemple de la représentation des filles dans la littérature puisqu’en effet, si de plus en plus de romans font figurer des jeunes filles au premier plan de leurs histoires, ce qui est pourtant positif, celles-ci sont bien trop souvent représentées comme étant « exceptionnelles », comme s’il fallait être extraordinaire pour s’en sortir et être à la hauteur, voire « surpasser », l’homme [6]. De la même manière, le schéma du « je ne suis pas comme les autres filles » ne vient que s’inscrire dans un raisonnement sexiste où les filles doivent se distinguer des traits qu’on leur attribue généralement tout en se comparant les unes aux autres.

En tant que lectrice, j’ai parfois été surprise des couvertures de livres faisant figurer des personnages racisés. Une incompréhension qui s’est confirmée : on constate en effet un « problème [de] couvertures », signe de choix éditoriaux révélateurs [7]. Car « si la littérature ado gagne en diversité, force est de constater que les couvertures ne représentent que rarement des personnages issus des minorités [8] ». Le site PlanèteDiversité recense un certain nombre de couvertures problématiques telles que celle des Sept maris d’Evelyn Hugo de Taylor Jenkin Reid, faisant figurer sur la couverture de l’édition française une femme blanche et blonde alors que le livre raconte l’histoire d’une actrice cubaine qui se bat contre le racisme.

 

« En France, on aime la diversité, mais pas par les personnes concernées [9] »

 

Malheureusement, on constate également que si des histoires sur des personnes issues de minorités viennent à être publiées, non seulement elles ne sont quasiment jamais écrites par des personnes concernées, mais en plus, ces auteur·trice·s peuvent se voir allouer une couverture avec une représentation plus juste. À nouveau, il est impossible de ne pas se demander pourquoi une telle disparité.

Ces disparités de couvertures ont été trouvées sur les réseaux sociaux ou dans certains articles et chapitres cités pour l’ensemble de cet article, ou encore au détour d’une discussion avec des ami·e·s lecteur·trice·s. Certaines couvertures françaises ont ou pourront être amenées à changer suite aux critiques.

Ce genre de phénomène n’est pas nouveau : faire figurer un personnage noir, par exemple, dans un roman ou sur la couverture ne serait « pas vendeur ». Dans un article rédigé en 2017 [10], nous apprenons que Roald Dahl, auteur jeunesse reconnu, souhaitait que le personnage éponyme de son fameux Charlie et la Chocolaterie soit « un petit enfant noir » et que son agent l’en a dissuadé, jugeant que cela était une mauvaise idée. C’est en tout cas ce dont font part sa veuve et son biographe. L’agent aurait eu peur que les gens se demandent « Mais pourquoi ? ».

C’est dans la même logique que s’inscrivent les problèmes de traductions. En effet, beaucoup mettent de plus en plus le doigt sur ce phénomène : insertion de propos sexistes, invisibilisation de personnages issus de minorités, etc. C’est un problème que j’ai malheureusement constaté avec la traduction d’un livre adapté du film La Reine des Neiges II en 2019, entraînant le mécontentement des internautes. En effet, la traduction remplace un couple lesbien par un couple hétérosexuel en changeant prénom, accords et adjectifs à l’un des personnages (on passe de the wife” à « le mari »). Encore une fois, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi la traductrice a suivi un tel choix de traduction. L’éditeur, Hachette, a réagi au quart de tours et enclenché la procédure pour une réédition, clamant que ce choix n’était volontaire ni de leur part ni de celle de la traductrice [11]. En tout cas, ce phénomène est loin d’être nouveau en ce qui concerne la littérature jeunesse, puisque certains sujets sont souvent jugés déplacés pour un jeune public, ce qui en dit long.

N’est-il pas alors curieux, inquiétant, mais surtout révoltant de constater que ce sont bien des choix conscients des maisons d’édition françaises puisque lorsqu’il s’agit de traductions, les couvertures des VO sont modifiées, ou l’esprit n’est pas gardé, pour y effacer les traces de personnages issus de groupes marginalisés ? Que s’est-il passé dans le processus éditorial pour en arriver là ?

Souvent, les arguments des maisons d’édition sont d’ordre esthétique : respecter l’esprit de la collection, proposer des illustrations artistiques, etc. Cependant, ne pas représenter clairement les personnages issus de groupes minorisés sur les couvertures, et surtout, les invisibiliser consciemment, c’est faire un choix presque politique, mais c’est aussi passer à côté des lecteurs potentiels qui pourraient s’y retrouver.

L’importance des représentations notamment dans l’univers jeunesse : enjeux et questions clés

Comme je l’ai dit au tout début de cet article, la littérature vient accompagner le·la jeune lecteur·trice dans son évolution. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de rappeler que l’enfant et l’adolescent sont dans des phases de construction importantes et particulières de leur vie. Les représentations sont donc indispensables pour différentes raisons :

  • Ne pas invisibiliser un·e lecteur·trice et son vécu ;
  • Permettre au lecteur de se découvrir ;
  • Ne pas construire et nourrir de mal-être ;
  • Mieux comprendre l’expérience des autres : écouter, s’éduquer, se déconstruire.

« Quand tu vois qu’aucun personnage ne te ressemble, tu commences à te demander si le problème ne vient pas de toi [12] »

 

Plusieurs personnes concernées déplorent le manque de représentation qu’elles ont pu avoir dans leur jeunesse et surtout le manque de bonnes représentations. En somme, ces personnes ont souvent eu l’impression que c’était normal de ne retrouver que des personnages blancs, minces et hétéros dans les histoires. Désormais, elles gardent espoir sur le futur du monde du livre en tant qu’actrices de cet univers [13].

Alors pourquoi n’avons-nous pas suffisamment de représentations mais surtout, comment arriver à de meilleures représentations ?

 

DES SUJETS QUI FONT DÉBAT : LA QUESTION DES OWNVOICES ET DU SENSITIVITY READING

Ces deux notions pourraient constituer une réponse à ces problèmes de représentation, mais dans quelle mesure ? De plus, si l’édition française semble déjà si peu encline à publier des personnes issues de minorités ou à représenter ces personnes sur leurs couvertures et dans leurs traductions, peut-on s’attendre à une évolution de ce côté ?

Le ownvoices : qu’est-ce que c’est ?

Le ownvoices est à l’initial un mouvement né d’un hashtag lancé en 2015 par Corinne Duyvis, autrice Young Adult bisexuelle qui a un handicap, frustrée par les publications sur des sujets qui la touchent particulièrement. À travers son hashtag, elle cherche à mettre en avant des voix authentiques.

Un ownvoice signife que lorsque l’on écrit sur un personnage faisant partie d’un groupe marginalisé, on fait soi-même partie de ce groupe, ce qui ne veut pas dire que l’on ne doit pas inclure de personnes différentes de nous dans nos écrits. Qui plus est, de tels textes ont une plus-value par rapport aux livres écrits par des personnes non concernées qui, elles, ne peuvent naturellement pas comprendre tous les aspects d’un tel quotidien.

Ce mouvement est donc né d’une demande à plus de représentation, mais surtout, à plus de bonnes représentations.

Un des arguments contre l’essence même des ownvoices est de dire que dans ce cas, il est impossible d’écrire des histoires sur des animaux ou des aliens, par exemple. Nous pouvons dire que cet argument, assez commun, est de mauvaise foi étant donné que ce type de personnages ne possède pas réellement de contextes culturel et historique douloureux s’étalant sur des générations alors que les personnes racisées, par exemple, ont grandi et été modelées par cette histoire [14].

Bien sûr, ce sujet amène à de nombreuses questions. Par exemple, n’y a-t-il pas un risque d’enfermer ces auteur·trice·s dans ce type d’écrits ? Plus problématique encore : cela signifie qu’il faut savoir que la personne concernée est concernée par le sujet. Cependant, certain·e·s auteur·trice·s souhaitent écrire sur leur vécu mais n’ont (encore) parlé à personne (ou ne se sont pas encore rendu compte) du fait qu’iels faisaient partie de la communauté LGBTQIA+, ou qu’iels souffraient d’un handicap.

Pour donner un exemple à ce dernier point, Becky Albertalli, connue pour ces histoires queer à succès, Love, Simon et Leah on the Offbeat, s’est vue contrainte de faire son coming out bisexuelle car ses histoires étaient dénigrées, le lectorat l’identifiant comme une autrice hétérosexuelle.

Pour revenir à la première question posée, certain·e·s lecteur·trice·s s’insurgent ou expriment une forte déception quand un·e auteur·trice qui appartient à tel groupe marginalisé n’écrit pas sur ce sujet. Des réprimandes qui sont, somme toute, assez injustes. C’est le cas de Aiden Thomas, personne transgenre et Latinx, connu notamment pour Cemetery Boys, un ownvoice. Il vient en effet de publier Lost In The Never Woods, réécriture du célèbre Peter Pan, qui ne se focalise donc pas sur ces aspects de son vécu.

Il faut donc faire attention : « il n’est [en effet] pas de la responsabilité des auteurs et autrices issu·e·s de la diversité d’écrire des personnages qui leur ressemblent [15] ». La demande, en clair, se résume à laisser plus de place aux auteur·trice·s issu·e·s de groupes marginalisés, de ne pas voler leurs histoires, mais aussi, de ne pas les cantonner à celles-ci : le but est de donner à tous les mêmes opportunités.

 

 « Nous n’existons pas qu’à travers nos luttes [16] »

 

Ces revendications dévoilent tout de même un autre point important dans l’industrie du livre. En effet, ce manque de diversité et de représentation nous interroge sur la volonté des maisons d’édition à publier des personnes minorisées. De plus, les maisons d’édition se contentent parfois de surfer sur « une vague de diversité » : on retrouve souvent un livre par maison d’édition sur tel ou tel sujet. L’écrivain Cordélia prend l’exemple en 2016 de la réédition de livres jeunesse sur le thème de la transidentité [17].

Ce manque de représentation peut également tout simplement résulter de la mauvaise habitude, plutôt sectaire, que l’on a prise à publier toujours le même type de personnes et de personnages. Pire encore : on retrouve ce manque de diversité au sein même de la profession. En se basant cette fois sur des statistiques aux États-Unis, on se rend compte que dans l’ensemble des sphères du monde du livre, un nombre infime de ces groupes est intégré. Je vous renvoie aux graphiques alarmants sur le manque d’inclusion des minorités publiés sur le blog d’Élodie-Aude, autrice. Vous retrouverez d’autres chiffres sur l’inégalité de textes publiés sur ces sujets par des auteur·trice·s concerné·e·s en suivant ce lien.

Toutefois, il est important de noter que c’est bien dans la littérature traduite, plus particulièrement anglo-saxonne, ou dans la fanfiction que la plupart des personnes concernées se retrouvent obligées de piocher pour avoir un minimum de représentation tant le marché éditorial français en est privé.

De manière générale, ces auteur·trice·s ont donc moins d’opportunités et sont moins mis·e·s en avant par l’ensemble des acteur·trice·s du monde du livre, ce qui nous amène à nous demander pourquoi les maisons d’édition n’investissent pas autant de moyens, en temps, en argent, en mots, à ces auteur·trice·s et ces livres. De plus, on constate également que la France manque de diversité dans ses étagères alors qu’au Québec, par exemple, une bibliothèque entière est dédiée à la littérature LGBTQIA+. Il est donc aujourd’hui crucial de traduire et s’inspirer de la littérature des autres pays [18].

 

Des maisons d’édition qui se revendiquent ownvoices ou à la recherche de tels écrits

Aux États-Unis, nous retrouvons la maison d’édition Blue Crow Publishing qui souhaite savoir dès la réception du manuscrit s’il s’agit d’un ownvoice dans le but de privilégier ces textes. Cet éditeur œuvre dans le but d’accorder plus d’opportunités aux groupes marginalisés en essayant de se battre pour la reconnaissance qu’ils méritent, également en termes de promotion et de rémunération.

En France, la maison d’édition Vox Eorum est née en 2020 dans le but de construire un catalogue jeunesse et Young Adult entièrement ownvoice. Cette maison d’édition, par ses revendications, se dote d’une identité marquée, unique et vitale, et s’inscrit véritablement dans l’évolution de notre société et de l’industrie du livre, traversée par l’ensemble de ces questions.

Le sensitivity reading : une profession qui fait polémique

Le sensitivity reading, dans une moindre mesure, rejoint les objectifs du ownvoices. Il s’agit en fait d’une profession qui s’est de plus en plus développée aux États-Unis ces dernières années, alors même que le monde du livre tend à intégrer de plus en plus de personnes issues de la diversité. Le but est de relever les passages pouvant offenser l’un de ces groupes marginalisés : en somme, de traquer « les fautes de fonds sur les représentations des minorités [19] ». Il s’agirait alors d’une façon de proposer une meilleure représentation des personnes concernées et de les inclure dans le processus éditorial : « L’examen du sensitivity reader est un constat, sourcé un tant soit peu par l’histoire des discriminations et le contexte dans lequel le livre serait publié [20] ».

En France, cette profession, et cette demande, dérangent : la société crie à la censure ! Et pourtant, les tâches incombées au sensitivity reader sont loin de ce qu’est réellement la censure. En effet, il ne s’agit pas d’effectuer un « examen préalable […] qui aboutit à autoriser ou interdire [la] diffusion totale ou partielle » d’une publication ni « d’interdire tout ou partie d’une communication quelconque », en somme, les définitions de censure données par Le Larousse : concevoir le sensitivity reading de cette manière, c’est donner à ce·tte correcteur·trice « plus de pouvoir qu’iel n’en a [21] ». Cette relecture est tout simplement une façon de rester vigilant et d’éviter d’écrire des mots qui vont faire mal [22].

De plus, cette profession se rapproche de missions d’ores et déjà existantes telles que le consulting éditorial ou encore la vérification auprès de spécialistes du bon traitement de sujets touchant aux domaines de l’histoire, du droit, de la psychologie, la criminologie, etc. Ces formes de relecture sont donc loin d’être nouvelles. Alors pourquoi cette relecture de fond pose-t-elle tant problème ? Fait-elle peur parce qu’elle implique d’accepter d’avoir tort, d’accepter de devoir se remettre en question, d’accepter la critique ?

Il est malheureusement commun d’intérioriser divers clichés. Écouter les retours d’une personne concernée permet non seulement d’apprendre et d’enrichir ses connaissances et sa vision du monde mais cela met aussi en jeu la question de la responsabilité de l’auteur et des autres acteur·trice·s du livres (éditeur·trice·s qui font le choix de publier tel ouvrage, tels mots, tel·le auteur·trice, etc.). De plus, le ownvoices et le sensitivity reading permettraient de ne pas perpétuer des stéréotypes stigmatisant et des propos violents sous couvert de dénonciation.

La France tend à se cacher derrière le « joker de l’interprétation » pour justifier les ouvrages aux propos jugés problématiques, afin de dédouaner l’auteur·trice et de maintenir « l’illusion d’un lectorat où tous les individus se retrouvent [23] ». Ces propos problématiques, souvent des stéréotypes perpétués, peuvent, malheureusement, relever d’une « paresse intellectuelle ou créative [24] ».

Plusieurs des sources que j’ai lues et que vous retrouverez en bibliographie font habilement remarquer que l’ensemble de ces problèmes ne se poserait pas, ou dans une moindre mesure, si plus de personnes issues de minorités étaient intégrées aux secteurs professionnels du livre et notamment à la sphère éditoriale. Ainsi, l’inclusion et la diversité iraient davantage de soi.

 

« La question n’est pas tant de faire disparaître toutes les discriminations de la littérature ; mais bien de responsabiliser l’auteur·trice dans la manière dont il les véhicule [25] ».

 

Toutefois, quelques questions indissociables de ce processus de relecture se posent : pour s’inscrire définitivement dans la profession, ce travail nécessite-t-il une formation quelconque ? Qui est légitime pour effectuer cette tâche ? Comment intégrer la rémunération de ce nouvel acteur de la chaîne du livre ? Devons-nous inclure cet acteur de la même manière que les maisons d’édition font appel à des spécialistes sur des thèmes précis ?

Il semble en effet indispensable de penser à l’intégration de cette profession sur le marché éditorial français et de s’interroger sur les différents enjeux du sensitivity reading. De plus, il est important de se rendre compte qu’il s’agit d’un véritable travail de relecture de fond, qui ne doit pas être considéré comme un travail bénévole.

Attention, de la même façon que les personnes issues de groupes marginalisés n’ont pas le devoir d’écrire exclusivement des livres sur leur expérience en tant que minorité, il ne s’agit pas là de cantonner ces personnes concernées au rôle de sensitivity readers et de ne pas les laisser écrire elles-mêmes leurs histoires [26].

 

CONCLUSION : VERS UNE REMISE EN QUESTION ?

Quelques mots personnels

Je n’ai pas écrit cet article seulement parce que je me sens concernée par le sujet en tant que future professionnelle du livre, ni même parce que je suis proche de personnes souffrant de ces injustices. Bien sûr, je suis révoltée et attristée à la lecture de chaque témoignage, mais surtout, ces questions sont de véritables enjeux dans l’industrie du livre, plus encore dans notre société actuelle.

À titre personnel, je souffre d’un handicap invisible au quotidien, et c’est le livre Alana et l’enfant vampire de Cordélia, publié en 2020 chez Scrineo, qui m’a fait l’effet d’une bombe sur le manque de représentation auquel j’avais, moi aussi, fait face. Il s’agit en fait d’un roman d’urban-fantasy qui, entre autres, fait figurer un personnage principal sujet aux douleurs et à la fatigue chroniques.

Aujourd’hui, je sais également qu’enfant j’aurais eu besoin de voir des personnages qui n’étaient pas minces pour me sentir moins seule. De la même manière que j’aurais aimé ne pas atteindre l’âge adulte avant de questionner d’autres aspects de ma vie privée liés à ces thématiques. Trouver ce genre de personnages montre que nous avons également le droit d’exister et que nous aussi nous pouvons être un héros ou une héroïne.

Lors de la rédaction de mon mémoire de Master 1 sur la littérature jeunesse en 2020, j’ai remarqué que ma bibliothèque manquait cruellement de diversité, et ce, même pour ce qui est des représentations de personnages qui me ressemblent personnellement : alors où est le problème ? Comment avancer ?

Quelques mots pour faire le bilan

Il est indéniable, de nos jours, de reconnaître l’importance de la représentation, notamment pour un public jeunesse. En vue de la nature même de ce public, et des adultes qu’iels vont devenir, il est aujourd’hui plus que capital d’intégrer les personnes issues de groupes marginalisés dans nos représentations quotidiennes et de les inclure dans les sphères professionnelles.

Après les constats et choix éditoriaux que nous avons signalés, n’est-il pas temps de se remettre en question ? N’est-il pas temps de reconnaître que le problème n’est pas seulement le manque de représentations et de diversité mais aussi l’invisibilisation des concernés dans le milieu professionnel du secteur du livre ? Pourquoi ne pas leur donner plus systématiquement la parole ? Pourquoi ne pas les écouter sur d’autres sujets que ces problématiques ?

Le ownvoices et le sensitivity reading, dans une certaine mesure qui n’est non négligeable, constitueraient deux solutions pour avoir accès à plus de représentation, mais surtout à des représentations plus justes. Ces notions permettraient de faire face à moins de clichés et d’entendre plus de voix authentiques afin de se découvrir et de se déconstruire en écoutant l’autre.

Le but de cet article est avant tout d’inciter à prendre conscience de ces inégalités afin d’évoluer en tant que (futur·e) professionnel·le du livre, mais également en tant que personne.

Il me semble également que cet article permet de constater que de plus en plus d’acteur·trice·s du livre deviennent blogueur·se·s, chroniqueur·se·s ou actif·ve·s sur les réseaux sociaux puisque j’ai pris appui sur de nombreux témoignages de lecteur·trice·s, d’écrivain·e·s et professionnel·le·s du monde du livre qui ont intégré ces pratiques à leur quotidien. Par ailleurs, ce détour par les réseaux sociaux peut également être le résultat du peu de place qu’on accorde à ces personnes dans les débats professionnels.

Aujourd’hui, on parle également même d’intégrer des Trigger Warnings ou des Content Warnings (en somme, une forme de prévention aux thèmes difficiles abordés) en début de romans pour les personnes qui en auraient besoin. Certain·e·s auteur·trice·s les répertorient sur leur site. Il s’agit en tout cas d’un autre débat qui semble poser problème auprès de certain·e·s lecteur·trice·s.

L’ensemble de ces sujets s’inscrit dans l’avancée du secteur du livre actuel. Ce sont donc des questions qu’il est nécessaire d’intégrer à notre réflexion, voire à notre pratique.

Alors que les mouvements #MeToo, Black Lives Matter, Stop Asian Hate, Trans Rights Are Human Rights – et bien d’autres encore pour les personnes intersexes, les personnes grosses ou les neuroatypiques – font de plus en plus de bruit, et que de plus en plus de monde clame son soutien, parfois superficiel, il est plus que jamais temps d’écouter et de relayer la parole des concerné·e·s.

 

RECOMMANDATIONS DE LECTURES (ouvrages et blogs)

En ligne

Si l’avis des concerné·e·s vous intéressent (ce qui devrait vous intéresser) sur ces sujets et sur de nombreux autres quant à l’industrie du livre, je vous conseille notamment les blogs d’Élodie-Aude, de Delphine et de l’écrivain Cordélia, que j’ai amplement cité·e·s dans ce présent article.

Laura Nsafou, autrice racisée, publiée aux éditions Synapse et aux éditions Cambourakis et connue notamment pour ses albums Le chemin de Jada et Comme un million de papillons noirs (au côté de Barbara Brun, l’illustratrice), alimente régulièrement un blog sous le nom de Mrs Roots. J’ai également pris appui sur ses écrits pour la rédaction de cet article.

Si vous souhaitez plus de détails sur le ownvoices ou le sensitivity reading, référez-vous par exemple aux articles de l’autrice Élodie-Aude.

Sur le sujet des couvertures, vous retrouverez l’article complet de Delphine, actrice du monde du livre, sur son blog.

Je conseille également la lecture de cet entretien sur la représentation, faisant figurer un témoignage ainsi qu’un retour critique sur la question épineuse des ownvoices.

Le blog PlanèteDiversité, que j’ai également dûment cité, est un site très fourni et très précieux qui discute de ces enjeux et recense habilement l’ensemble des ouvrages concernés selon les thématiques, les goûts et autres.

Livres de fiction
Cemetery Boys : ownvoice, transidentité, gay, Latinx
Felix Ever After : ownvoice, transidentité, personnages racisés
Birthday : ownvoice, transidentité, dépression
Alana et l’enfant vampire : handicap invisible, identité de genre
Tant qu’il le faudra : activisme, LGBT+, personnages racisés, ownvoice
The Hate U Give : ownvoice, personnage féminin noir, racisme, violences policières
An Unkindness of Ghosts : ownvoice, personnage féminin noir, autisme
Turtles All the Way Down : ownvoice, TOC, anxiété
The Falling in Love Montage : romance F/F, personnage gros
La Sirène & La Licorne : romance F/F

BIBLIOGRAPHIE

Sources et lectures

AFP, « Charlie et la Chocolaterie : Charlie aurait dû être un petit garçon noir », dans le Huffington Post, 2017 : https://www.huffingtonpost.fr/2017/12/25/charlie-et-la-chocolaterie-charlie-aurait-du-etre-un-petit-garcon-noir_a_23315295/

CHASE, Garret, ‟The Power of Representation”, dans Garrettrchase1, 2021 : https://garrettrchase1.medium.com/the-power-of-representation-686d8c23c84b

Delphine, « Quand l’édition française aime l’Asie mais seulement quand elle ne vient pas d’auteurices asiatiques (jeunesse & young adult) », sur le blog de Delphreads, 2020 : https://delphreads.wordpress.com/2020/05/09/quand-ledition-francaise-aime-lasie-mais-seulement-quand-elle-ne-vient-pas-des-auteurices-asiatiques-jeunesse-young-adult/

Elodie-Aude, « Qu’est-ce qu’un OWNVOICE et pourquoi c’est important ? », sur le blog de La Booktillaise, 2020 : https://labooktillaise.wordpress.com/2020/08/06/quest-ce-quun-ownvoice-et-pourquoi-cest-important/

Elodie-Aude, « Qu’est-ce qu’un SENSITIVITY READER et à quoi sert-il ? », sur le blog de La Booktillaise, 2020 : https://labooktillaise.wordpress.com/2020/08/06/quest-ce-quun-sensitivity-reader-et-a-quoi-sert-il/

FARUQI, Saadia, “The Struggle between Diveristy and #OwnVoices”, in MgBookVillage, 2019 : https://mgbookvillage.org/2019/08/09/the-struggle-between-diversity-and-ownvoices/

LAURENT, Samy, « La Reine des Neiges : Hachette réédite un livre après une erreur qui invisibilise les lesbiennes », dans Tetu, 2019 : https://tetu.com/2019/12/20/la-reine-des-neiges-hachette-reedite-un-livre-apres-une-erreur-de-traduction-qui-invisibilise-les-lesbiennes/

LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », dans En quête d’un grand peut-être, Guide de littérature ado, Paris : Éditions du Grand Peut-être, 2020, p. 132-138.

Little, « [DISCUSSION] Qu’est-ce que le #ownvoices et pourquoi c’est important ? », sur PlanèteDiversité, 2020 : https://planetediversite.fr/2018/03/15/discussion-quest-ce-que-le-ownvoices-et-pourquoi-cest-important/

Mrs Roots, « Sensitivity Reader et le faux débat de la censure… », sur le blog de Mrs Roots, 2019 : https://mrsroots.fr/2019/07/25/sensitivity-reader-et-le-faux-debat-de-la-censure-%EF%BB%BF/

PINTOR, Anne-Laure, « Que peut-on dire aux adolescents dans la littérature ? », sur le blog du Master Monde du Livre, 2014 : https://mondedulivre.hypotheses.org/1952

 

Livres dont les couvertures d’une édition à l’autre ont été comparéesJENKINS REID, Taylor, The Seven Husbands of Evelyn Hugo
NICOLAS DAVIS, Charlotte, The Good Luck Girls
LEE, Stacey, The Downstairs Girl
GOO, Maurene, I believe in a thing called love
KLAGES, Ellen, Passing Strange
HAWKINS, Rachel, Her Royal Highness
MCQUINSTON, Casey, Red, White & Royal Blue
Autres livres de fiction citésALBERTALLI, Becky, Love, Simon
ALBERTALLI, Becky, Leah on the Offbeat
THOMAS, Aiden, Lost in the Neverwoods
BENKO, Kamilla, La Reine des Neiges II, La forêt des ombres (trad. par Amélie Sarn)

[1] PINTOR, Anne-Laure, « Que peut-on dire aux adolescents dans la littérature ? », sur le blog du Master Monde du Livre, 2014 : https://mondedulivre.hypotheses.org/1952

[2] Delphine dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », dans En quête d’un grand peut-être, Guide de littérature ado, Paris : Éditions du Grand Peut-être, 2020, p. 138.

[3] LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 134.

[4] Ibid., p. 132-138.

[5] Ibid., p. 133.

[6] Ibid.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Delphine dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 136.

[10] AFP, « Charlie et la Chocolaterie : Charlie aurait dû être un petit garçon noir », dans le Huffington Post, 2017 : https://www.huffingtonpost.fr/2017/12/25/charlie-et-la-chocolaterie-charlie-aurait-du-etre-un-petit-garcon-noir_a_23315295/

[11] LAURENT, Samy, « La Reine des Neiges : Hachette réédite un livre après une erreur qui invisibilise les lesbiennes », dans Tetu, 2019 : https://tetu.com/2019/12/20/la-reine-des-neiges-hachette-reedite-un-livre-apres-une-erreur-de-traduction-qui-invisibilise-les-lesbiennes/

[12] Élodie-Aude dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 138.

[13] LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », p. 138.

[14] FARUQI, Saadia, “The Struggle between Diveristy and #OwnVoices”, in MgBookVillage, 2019 : https://mgbookvillage.org/2019/08/09/the-struggle-between-diversity-and-ownvoices/

[15] Elodie-Aude, « Qu’est-ce qu’un OWNVOICE et pourquoi c’est important ? », sur le blog de La Booktillaise, 2020 : https://labooktillaise.wordpress.com/2020/08/06/quest-ce-quun-ownvoice-et-pourquoi-cest-important/

[16] Ibid.

[17] Cordélia dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », p. 133.

[18] LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 135.

[19] Ibid., p. 137.

[20] Mrs Roots, « Sensitivity Reader et le faux débat de la censure… », sur le blog de Mrs Roots, 2019 : https://mrsroots.fr/2019/07/25/sensitivity-reader-et-le-faux-debat-de-la-censure-%EF%BB%BF/

[21] Ibid.

[22] Élodie-Aude dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 137.

[23] Mrs Roots, « Sensitivity Reader et le faux débat de la censure… », sur le blog de Mrs Roots, 2019.

[24] Ibid.

[25] Ibid.

[26] Cordélia dans LÉVÊQUE, Tom et Nathan, « Diversité et représentations en littérature ado », Op. cit., p. 137.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search