L’ebook en Italie : entre rêve et cauchemar

Les chiffres de l’ebook au sein du pays de Dante pourraient faire saliver leurs voisins français. En effet, en 2019 selon le rapport annuel de l’Association Italienne des Éditeurs, 24% des Italiens déclaraient lire des livres électroniques et 40% des ouvrages publiés étaient également disponibles en version électronique. La même année en France, la vente d’ebooks représentait environ 8% des ventes totales d’ouvrages. Si en Italie aussi la production d’ebooks est généralement réservée aux grands éditeurs de littérature de genre (les romans d’aventure et les romans policiers sont les plus représentés), le marché de l’ebook semble s’être davantage démocratisé. Il s’étend maintenant au secteur éducatif et universitaire ainsi qu’à la littérature jeunesse. Nous pouvons noter que la ville de Bologne accueille chaque année l’un des plus grands festivals de littérature jeunesse mondiale. C’est d’ailleurs au sein de l’Université de Bologne qu’un laboratoire de l’édition électronique a été créé en 2016, en partenariat avec le cursus « Humanités et savoirs digitaux ».

L’Italie, bien loin de son image traditionaliste, tourne son regard vers l’avenir du livre et de son intégration dans le monde digital. Bien entendu il serait idéaliste d’émettre l’idée que l’ebook ne soulève aucune objection en Italie. Le philosophe et chercheur Roberto Casati développe l’idée selon laquelle l’ebook n’est pas seulement coupable de redéfinir la question de la « violation du copyright » mais aussi de bouleverser les liens sociaux que le livre papier avait renforcé. En effet le livre papier se prête et s’offre en gage d’amitié (Contre le colonialisme digital, instructions pour continuer à lire, Gius.Laterza & Figli Spa, 2013).

C’est davantage la question des droits qui nous intéresse ici, en effet elle est au centre des préoccupations des secteurs du cinéma et de la musique, qui ont entamé leur conversion au digital il y a déjà bien longtemps, le secteur musical étant le premier à s’être converti au format dématérialisé. C’est au tour du livre de s’inquiéter de sa diffusion. Si en France le problème du téléchargement illégal reste encore minoritaire, l’Italie fait face à un véritable fléau. Selon une recherche effectuée par l’Observatoire des Nouveaux Médias de l’Université de Milan, 32% des sondés utilisent régulièrement ou exclusivement  des sites illégaux pour acquérir des livres électroniques. Selon Nicola Cavalli, auteur de cette recherche, le problème viendrait du fait que le livre électronique est perçu comme ayant peu de valeur et comme ne nécessitant pas un travail éditorial en tant que tel. Pour un livre papier au prix de 22€, 49% des sondés pensent que le prix juste pour sa version électronique est de 7€, soit environ le quart du prix initial. Fait encore plus frappant, 14% seraient prêts à payer un prix maximum de 2€.

On remarque donc ici que la notion de prix psychologique est au cœur du problème, si le prix réel de l’ebook ne correspond pas à l’idée que s’en faisait le futur acquéreur, ce dernier est tenté de se tourner vers le téléchargement illégal. 75% des sondés déclarent même qu’un téléchargement gratuit du livre serait avantageux pour l’éditeur et l’auteur, ceux-ci bénéficiant d’une circulation facilitée de leur ouvrage. Ils ajoutent que le téléchargement illégal n’a pas de conséquence sur les acteurs du livre. Cette idée est profondément éloignée de la vérité du marché éditorial et de son économie. Le rapport de Nicola Cavalli se conclut par un constat accablant, il écrit ne pas avoir choisi d’intégrer davantage de sondés de moins de 20 ans dans son étude car ce public « ne lit pas ».

Cette dimension de la diffusion et des droits d’auteur du livre est d’autant plus préoccupante dans le cas d’un livre électronique car la loi prévoit, et cela est le cas en Italie comme en France, que la revente d’un ebook doit être faite avec l’autorisation des ayants droits de l’ouvrage. Ce dernier peut être copié à l’infini sans baisser en qualité, contrairement à un exemplaire papier unique. Sachant cela, nous comprenons d’autant plus la gravité du téléchargement illégal d’ouvrages. Ils se diffusent ainsi à grande échelle, sans que cela ne profite aux acteurs qui ont rendu ces ouvrages possibles. En 2019, L’Association des Editeurs Italiens a tiré la sonnette d’alarme. Selon eux, le téléchargement illégal représenteraient une baisse de 23% du chiffre d’affaire brut du secteur. Le rapport insiste sur le fait que ce fléau doit être combattu par tous puisqu’il serait la cause de la suppression de près de 3600 postes et d’une baisse de revenus fiscal pour la pays d’environ 200 millions d’euros. Le secteur universitaire serait le plus touché, alors qu’il est déjà fragilisé depuis de nombreuses années. 80% des étudiants sondés auraient déjà téléchargé illégalement un ouvrage universitaire. Un tiers d’entre eux déclare ne pas mesurer la gravité ou les conséquences découlant de cet acte. Il faut noter que la paupérisation des étudiants italiens serait une des causes majeures de cette hausse stupéfiante des actes digitaux illégaux. Cela est d’autant plus vrai qu’en Italie le prix du livre aurait augmenté de 847% ces cinquante dernières années. Contrairement à la France, qui bénéficie de la loi Lang de 1981, le prix du livre en Italie n’est pas fixe, il est dépendant de la loi du marché et de l’évolution du pouvoir d’achat.

Ces constats sont certes effrayants, mais il serait trop facile de céder à une vision pessimiste. Tout d’abord, il a été prouvé maintes fois que le téléchargement illégal n’avait pas « tué » l’industrie musicale mais l’avait plutôt dynamisé. L’émulation créée par les sites de téléchargement illégaux a également profité à l’industrie du disque et aux services de streaming musical. L’utilisateur « pirate » n’est pas un utilisateur « perdu » puisqu’il a été démontré qu’il ne faisait pas partie des utilisateurs habituels et n’avait pas l’intention première d’utiliser des moyens légaux. Pourquoi en serait-il autrement pour le livre électronique ? Selon Attilio Castelucci, professeur à l’Université de Rome, le marché se rend compte, toujours un peu tard, du changement de comportement des utilisateurs. L’industrie musicale s’est aperçue petit à petit que les auditeurs ne voulaient plus acheter un album entier mais plutôt un titre en particulier. Quant au livre, le secteur semble suivre la même route, l’accès légal à des extraits, à des chapitres particuliers ou à des tomes est facilité.

S’inspirant de l’exemple de Spotify, la plateforme de streaming musical à succès, deux anciens étudiants de l’Université de Milan ont créé en 2017 la plateforme Perlego. Ce « Spotify des livres universitaires » repose sur un système d’abonnement mensuel donnant accès à plus de 200 000 références. Se rendant compte qu’ils dépensaient une partie conséquente de leur maigre budget en livres universitaires et  qu’ils n’en lisaient finalement que quelques chapitres, cette idée de projet a germé. Déjà 200 éditeurs ont rejoint la plateforme et ce nombre ne cesse de grandir. En France, ce type de plateforme existe déjà (nous pouvons citer Cairn.info ou Persée), et ont prouvé que leur modèle économique est non seulement stable, mais aussi bénéfique pour l’ensemble du secteur éditorial.

Pour les italianistes…

CASATI, Roberto, Contro il colonialismo digitale, Istruzioni per continuare a leggere, Laterza, Roma-Bari 2013, pp. 130

VILLANO, Maria, Il libro digitale : la parola agli editori, Bologna, Clueb Editore, 2019

CASTELLUCCI, Attilio, Editoria e digitale. Una riflessione sulle nuove tecniche di riproducibilità del prodotto artistico, Insula Europea, 2017


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search