L’offre numérique des presses universitaires en France : Un enjeu à l’échelle de l’Union européenne

 

L’édition scientifique en France est aujourd’hui le fruit de plusieurs acteurs, que ce soit les chercheurs de différents secteurs de la recherche – sciences, sciences humaines, droit – mais aussi les éditeurs. Les presses universitaires en France sont des structures éditoriales appartenant au service public des universités, et façonnent le paysage de la recherche. De leur naissance à aujourd’hui, leur but est resté inchangé : promouvoir et valoriser les travaux des chercheurs, enseignants-chercheurs, des doctorants et autres acteurs. Avec l’avènement du numérique, les presses universitaires doivent adapter leur savoir-faire en matière d’édition scientifique. Pour ce faire, elles peuvent compter sur de nouvelles dispositions sur l’édition électronique, mises en place à l’échelle européenne. 

Naissance des presses universitaires en France

Les presses universitaires font partie du paysage de l’enseignement supérieur, et sont apparues au XIIIe siècle en France, en même temps que les universités. Aujourd’hui, une très grande partie des universités sont dotées de leurs propres presses. C’est à partir des années 1960 que les presses universitaires se développent à une vitesse exponentielle. En effet, durant cette décennie, les universités françaises voient déferler en leurs seins un nombre important d’étudiants, résultat du baby-boom de l’après-guerre. Ces derniers étaient en forte demande de documentation scientifique et d’un meilleur accès aux informations afin de pouvoir étudier dans les meilleures conditions. Face à cette demande, les universités ont favorisé la production d’écrits universitaires dans le but d’instruire les étudiants. Les presses universitaires ont donc développé leurs activités dans ce sens.

Un enjeu déterminant encadré par le législateur

Contrairement à l’édition dite « privée », les presses universitaires sont des maisons d’édition qui ont pour but de promouvoir la recherche dans tous les domaines, que ce soit en droit, en sciences ou encore en sciences humaines. Cette valorisation est encadrée par la loi Savary de 1984, qui nous indique : « Le service public de l’enseignement supérieur s’attache à développer et à valoriser, dans toutes les disciplines et, notamment, les sciences humaines et sociales, la recherche fondamentale, la recherche appliquée et la technologie ». Cette loi pose déjà les limites entre l’édition privée et publique, à laquelle les presses universitaires appartiennent. Ici, ce n’est pas le principe de publiabilité qui prévaut ; le caractère scientifique des écrits proposés à la publication, résultat de différentes recherches par des universitaires, constitue une des seules conditions pour être publié. Depuis la mise en place de cette loi, le travail des presses universitaires est voué à sortir des frontières de l’enseignement supérieur pour s’ouvrir à tous, et ainsi faire circuler la recherche partout dans le monde.

Le numérique : un nouvel outil de diffusion de la recherche

De façon historique, l’édition scientifique a commencé sa diffusion en ligne à travers les revues publiées sur différentes plateformes, appelés aussi « portails » : Revue.org (1999),Persée (2003) Cairn (2005). Ce dernier a la particularité d’avoir été fondé par des maisons d’édition privées, mais aujourd’hui nous retrouvons des articles d’auteurs ayant été préalablement publiés dans des presses universitaires.

Ces plateformes ont été le tremplin pour diffuser l’édition scientifique en numérique. En effet, la sortie quasiment systématique et très régulière des articles de revues a permis de constituer une base solide accessible en numérique sur ces portails, ce qui a pu donner une certaine légitimité à la parution en numérique des revues scientifiques. Avec l’avènement du numérique, l’édition scientifique des presses universitaires – par devoir de valorisation et de promotion de la recherche – doit désormais s’approprier ce nouveau canal de diffusion pour mener à bien la mission qui lui incombe.

Dans les universités françaises, la grande majorité des presses diffusent leurs ouvrages sur la plateforme OpenEdition. Cette dernière est spécialisée dans les sciences humaines et sociales, entrant ainsi dans le champ d’action de l’édition universitaire. OpenEdition offre un espace où l’éditeur public publie numériquement son ouvrage ou sa revue. La particularité de ce système repose sur la notion de libre accès, qui renvoie là encore à la prérogative principale des presses universitaires.

Le libre accès permet aux usagers des abonnés de la plateforme OpenEdition d’avoir accès au format PDF ou ePub de l’ouvrage ou de la revue mis en ligne dans son intégralité, de façon gratuite. Pour les non-abonnés, il leur est possible d’acheter la publication.

Le numérique change le regard que l’on porte sur un ouvrage ou une revue classique. En effet, selon Benoit Bertou, dans son article « La publication numérique en sciences humaines et sociales : vers un nouveau modèle de diffusion du savoir ? », nous informe que les ouvrages entrent dans un système d’information pur et simple : il faut avoir accès à l’information. En effet, chaque ouvrage ou revue constituent la brique d’un mur porteur, et sont à leur tour la base d’autres travaux de recherches.

Le numérique a pour but de pérenniser la recherche, mais en renouvelle aussi les pratiques. La France et l’Union Européenne veulent faire de l’édition numérique un moyen d’extension de la recherche.

Le numérique au coeur des prérogatives de l’Union européenne

Avec le temps, le développement des outils de diffusion ainsi que l’accroissement des travaux de recherches en eux-mêmes, les besoins ont également évolué. Afin de continuer à faire de la recherche, il fallait ouvrir les travaux à plus de monde, sans limite d’accès, toujours dans le but d’enrichir et de pérenniser la recherche et la science au sens large. 

Horizon 2020 

Horizon 2020 est un programme mis en place par l’Union européenne, pour la période 2014-2020, dont l’objectif est de financer la recherche et l’innovation. 

Plus précisément, ce programme a pour projet d’intervenir auprès de tous les acteurs de la chaine de la recherche, dans le but d’asseoir la position de l’Union européenne à l’échelle mondiale sur ces sujets. 

Il en découle une forte idée d’innovation dans le domaine de la recherche. Le numérique est l’une des avancées majeures, notamment dans la diffusion des travaux de recherche. 

Horizon 2020 a en effet trois grands objectifs : d’abord atteindre l’excellence scientifique, en soutenant par exemple la recherche collaborative ; puis affirmer la primauté industrielle ; enfin, répondre aux défis de notre siècle en mettant en avant des projets sur le climat, l’agriculture durable… 

Les financements européens pour la recherche concernent surtout l’idée de développement et de diffusion des idées. Le numérique semble donc être la réponse à cette volonté. 

Dans une communication de la Commission au Parlement Européen, au Conseil, au comité économique et social européen et au comité des régions pour un meilleur accès aux informations scientifiques, il a été souligné que « les résultats de la recherche, notamment les publications et les collections de données, doivent être diffusés rapidement et à grande échelle grâce à des moyens numériques. Cela contribue à l’accélération des découvertes scientifiques, au développement de nouvelles formes de recherche à forte intensité de données et à l’adoption systématique des résultats de la recherche par les entreprises et l’industrie européennes. Pour stimuler le progrès scientifique et technologique, l’Union européenne (UE) devrait revoir ses politiques et pratiques en matière de diffusion des informations scientifiques et adopter les mesures nécessaires pour améliorer l’accès aux résultats de la recherche scientifique financée par des fonds publics[1]. » Pour ce faire, l’Union européenne prévoit de développer la notion de libre accès des informations et des données de la recherche. En effet, cette communication nous apprend également que le libre accès découle notamment d’une hausse des prix des publications des revues papier. Le libre accès en numérique permet donc d’accéder gratuitement sur internet à des travaux, des articles ou des ouvrages, et ce sans limites, que ce soit dans le temps où dans le nombre de consultations en lui-même. 

Horizon 2020 a posé les jalons de l’innovation de l’édition scientifique vers une plus grande utilisation du numérique, dans le but de diffuser et d’enrichir la recherche au-delà des frontières de l’Europe. Chaque pays de l’Union a donc mis en place des législations qui leur sont propres pour parvenir à atteindre les objectifs fixés par le programme. 

En 2018, la France met en place Le Plan national pour la science ouverte. Dans la mouvance instituée par l’UE, ce Plan a pour but d’ouvrir la recherche au monde et de développer les outils numériques pour participer à sa diffusion. Deux options sont proposées : la possibilité de publier des revues ou des ouvrages en accès ouvert ou effectuer un dépôt dans « une archive ouverte publique comme HAL[2]. » 

La science ouverte, comme le prévoit ce plan, concerne directement l’édition scientifique produite par les presses universitaires. En effet, l’une des mesures du Plan National pour la science ouverte est de « dynamiser les presses universitaires et plus largement le secteur éditorial qui feront le choix de l’accès ouvert[3] », mais aussi de réfléchir à de nouveaux modèles économiques alliant publication et accès ouvert. Le gouvernement met clairement en avant les presses universitaires et leur travail. Il reconnait leur importance dans la diffusion de la recherche, et s’inscrit dans une volonté de modernisation de l’édition scientifique et universitaire. 

Cela avait déjà été commencé en 2016 avec la loi pour une République numérique qui, dans son article 30, met en place l’idée de libre accès de la recherche avec les archives ouvertes ou HAL[4]. Lors de la promulgation de cette loi, le but était de préparer le terrain pour entamer la transition numérique de l’édition scientifique. 

Aujourd’hui, au niveau législatif et financier, de nombreux projets ont été mis en place afin de faire évoluer l’édition scientifique – produite par les chercheurs et mise en valeur par les presses universitaires vers l’open access. Le numérique est un outil que les presses doivent utiliser pour parvenir à faire sortir la recherche des frontières de l’université. Afin de continuer à développer la recherche, à l’enrichir, le numérique semble être la solution à privilégier. Les presses universitaires peuvent donc compter sur les dispositions européennes pour mener à bien ce projet d’ouverture de la recherche sur le monde. 


[1]Source : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52012DC0401&from=EN

[2]Source : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Actus/67/2/PLAN_NATIONAL_SCIENCE_OUVERTE_978672.pdf

[3]Ibidem

[4]Source : https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/page/la-loi-pour-une-republique-numerique(consulté le 27/04)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search