Les œuvres classiques à l’heure du numérique : Au Bonheur des Dames en livre numérique enrichi

Les classiques et le numérique

Ce que l’on appelle communément œuvre classique est une œuvre faisant partie du patrimoine culturel ; autrement dit, une œuvre patrimoniale. Toute œuvre inscrite au patrimoine permet la construction d’une identité collective, mais néanmoins risque de disparaître avec le temps. Une œuvre patrimoniale sous-entend donc une nécessité, plus ou moins grande, de conservation. C’est ici que le numérique entre en jeu, entre autres formes de préservation. En effet, depuis l’essor du livre numérique en France, nous observons une volonté grandissante d’adapter les œuvres classiques à ce nouveau format. Cela est perçu comme un moyen de la renouveler, en créant des objets nouveaux : les livres numériques enrichis. Un livre numérique enrichi est un livre auquel on a ajouté d’autres contenus et médias, tels que des enrichissements sonores, audiovisuels et hypertextuels. Il peut être ainsi lu en réalité augmentée. Il ne faut pas le confondre avec le livre homothétique, qui correspond à la numérisation d’un ouvrage imprimé. Ce renouveau de l’œuvre classique permet de dépasser les limites du livre papier, dans le but de redonner vie aux écrits qui ont forgé notre patrimoine culturel : cela “permet de visualiser l’œuvre comme un espace qui transcende la clôture supposée de l’œuvre que l’objet-livre renforce[1]“.

Ainsi, nous touchons ici à la question de “remédiatisation” de l’œuvre, c’est-à-dire le fait de donner accès à l’ancien média dans le nouveau média. Plus spécifiquement, le texte classique est adapté sous une forme plus actuelle, plus novatrice, qui l’inscrit dans l’ère du temps. Dans son article Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation[2], Arnaud Laborderie fait la distinction entre deux types de médiatisations : « hypermediacy » et « immediacy ». L’hypermediacy est un cas de remédiatisation dans lequel le premier média est toujours visible, tandis que dans le cas de l’immediacy, le premier média est dissimulé par d’autres. Dans cette idée de préservation des ouvrages classiques, la médiatisation de ces textes au format numérique – augmenté ou non – devient un enjeu patrimonial.

La conservation du patrimoine sous-entend que c’est au bénéfice de tous, suivant la définition d’une œuvre patrimoniale comme construisant une identité collective. Il serait cependant intéressant de voir que certains publics bien précis sont plus visés que d’autres par ces nouvelles formes de lecture, et notamment la jeunesse.


La jeunesse, un public cible

Le livre numérique est utilisé depuis quelques années dans le milieu scolaire. En effet, de nombreux manuels sont proposés sous ce format, et il n’est pas rare de voir des écoles du primaire ou du secondaire proposer des tablettes numériques à leurs élèves en début d’année scolaire. Ces nouveaux formats et nouvelles pratiques offrent l’avantage pour les enfants de pouvoir manipuler en toute autonomie les manuels ou livres et donner accès aux élèves à des ressources numériques et interactives que le papier n’offre pas.

Aujourd’hui, ce sont certes des manuels scolaires qui sont proposés aux élèves, mais pas seulement, avec le nombre grandissant de numérisations d’œuvres de littératures, classiques ou contemporaines. Selon une étude d’Opinion Way[3], datée de 2014, la littérature est d’ailleurs le genre le plus lu en numérique. Aujourd’hui, quels sont les avantages et les inconvénient d’une lecture en numérique, et notamment pour la jeunesse ?

Les limites :

La peur principale quant à ce nouveau mode de lecture concerne l’attention qui y est apportée. En effet, les livres numériques enrichis sont caractérisés par la présence de nombreux hyperliens qui renvoient à toutes formes de médias enrichissant la lecture. Cependant, et ce notamment pour les enfants, la présence de nombreuses sources de distraction rend la lecture difficile. L’objet devient plus un gadget qu’un livre, et le nombre souvent élevé d’interactions donne l’impression d’être en présence d’un jeu plus que d’un objet de lecture. On sort alors de la lecture linéaire, pour entrer dans ce que certains critiques appellent une “pseudo-lecture[4]“, dans laquelle le lecteur ne fait plus vraiment attention à rien, car il est dans l’obligation de prêter attention à trop de choses. Cet amas d’éléments serait aussi un empêchement à l’immersion totale dans l’histoire, notamment lorsqu’il s’agit d’une œuvre de fiction. Selon la même idée que précédemment, trop d’informations nuiraient au plaisir simple de la lecture et tendraient à rendre le texte trop lourd à lire.

Les points positifs :

Ce dernier argument peut être utilisé en faveur des ouvrages numériques. En effet, la présence de nombreux liens hypertextes permet de rajouter du contenu qui aide à la compréhension et donne des détails – et parfois même des explications – qui n’auraient pas dû être là. Cela apporte donc une forme de plus-value au livre initial. Pour contredire un autre argument cité plus haut, certains éditeurs considèrent que la présence de nombreux liens permet aussi une lecture plus intuitive, là où certains y voient quelque chose d’au contraire très encadré. En effet, les arguments contre voient toutes ces animations comme des injonctions à lire d’une certaine manière, laissant peu de place à la liberté du lecteur. Ceux en faveur, au contraire, pensent que l’immersion du lecteur peut être complète justement grâce à l’ajout d’effets visuels et sonores. De plus, l’esthétisme d’un livre numérique enrichi est sans égal avec celui d’un livre papier puisque la qualité des images proposées et le rendu des couleurs rend le visuel de certains livres numériques similaire à des livres d’art. Un des derniers arguments en faveur du livre numérique est la possibilité de rendre certains textes bien plus accessibles, et c’est ce que nous allons voir avec l’exemple d’Au Bonheur des Dames.


Au Bonheur des Dames

Au Bonheur des Dames est une œuvre classique écrite par Emile Zola et parue en 1883. Elle raconte l’histoire d’une famille qui vit à Paris au XIXe siècle, au temps de l’essor des grands magasins. Adapter un tel récit a toujours été un enjeu considérable, notamment lorsqu’il s’agissait de faire découvrir la prose de Zola à de jeunes élèves de collèges. Larousse a publié en 2009 un exemple d’édition papier adaptée. Il s’agit du texte complet, accompagné d’outils de lecture, d’analyses de l’œuvre et de repères liés pour s’y retrouver. Ce type de formats permet aux lecteurs de comprendre plus facilement l’œuvre, mais également d’avoir accès à des notions importantes autour de l’œuvre sans avoir à aller les chercher par eux-mêmes.

La BNF, en partenariat avec Orange, a proposé la version numérique de ce genre de publications. En effet, en 2018 est paru ce même texte en version enrichie. Lorsque l’on arrive sur le site, l’onglet “Lire” nous permet d’avoir accès au roman mais pas seulement : certains passages sont lus par l’acteur Lambert Wilson, et des images issues des archives de la BNF sont reliés à de nombreux paragraphes, pour illustrer le propos. Par exemple, lors de la description du magasin, une image d’un grand magasin similaire de l’époque est placée en lien hypertexte.

Outre la partie lecture, nous avons accès à la partie “Explorer”, qui renvoie à des thèmes liés à l’œuvre, sur fond de grand magasin. Chaque thème ouvre un lien vers des fiches explicatives plus ou moins longues qui participent à l’entière compréhension du texte. Cette mise en page renvoie au contenu proposé par des éditions papier enrichies, mais offre l’avantage d’être plus attractif et plus accessible puisque destiné à tout le monde.

Ici, nous avons l’exemple d’une version numérique enrichie, qui permet d’illustrer l’œuvre et de la rendre plus accessible. Destiné à “tous publics”, nous pouvons imaginer que le format original ravira les plus grands et saura attirer les plus jeunes, parfois réticents à ce genre de lectures. Ainsi, c’est une version qui peut convenir à tous, mais porteuse d’un intérêt pédagogique spécial. En effet, c’est un classique difficile à lire d’un auteur réputé pour sa prose complexe : la présence d’informations, d’images, et d’une lecture audio permet de mieux s’immerger et de comprendre la valeur de ce texte. C’est un des moyens de le préserver et lui donner une autre vie.

Le site de la BNF propose un autre classique sous un format enrichi : Candide ou l’optimisme de Voltaire. Cette version ressemble à celle que nous venons d’étudier, mais est peut-être plus développée encore. En effet, la page est divisée en trois parties : “Livre”, “Le monde”, “Le jardin”. La partie “Livre” correspond au texte complet, associé à des images du manuscrit, et offre la possibilité d’écouter l’acteur Denis Podalydès qui le lit. “Le monde” illustre toutes les étapes de voyage de Candide sur fond de carte du monde. Lorsque l’on clique sur une destination, on peut accéder aux chapitres correspondants, ainsi qu’à un large panel de ressources annexes qui donnent des informations historiques et philosophiques (sur les chapitres lus ou les lieux visités). Enfin, “Le Jardin” présente un arbre, en référence à la fameuse maxime “Il faut cultiver notre jardin”. Sur les branches sont présentés des liens qui donnent accès à des ressources philosophiques en lien avec le roman.

Ainsi, l’objectif de la BNF, en proposant ces ouvrages enrichis, semble être à la fois la préservation d’œuvres patrimoniales importantes – en les adaptant aux nouvelles pratiques éditoriales numériques – et l’enrichissement de la lecture de ces classiques, qui paraissent ainsi plus accessibles au grand public.


Conclusion

Cette étude avait pour but de montrer que le livre papier et le livre numérique ne sont pas opposés mais bien plus complémentaires. En effet, rien ne pourra égaler l’action de lire un livre, de le toucher, de le sentir, de tourner les pages, etc. Au contraire, un livre numérique – qui plus est enrichi et augmenté – apportera un complément plutôt qu’une concurrence. Les diverses possibilités technologiques permettent aujourd’hui de créer des objets novateurs qui ont l’avantage d’être accessibles à des publics en difficulté, des jeunes enfants, ou des adultes curieux. Adapter des classiques à l’heure du numérique est un enjeu de taille, avec un réel objectif. Rendre accessibles et plus interactifs des classiques que bon nombre de personnes rechignent à lire est un moyen essentiel de les faire vivre encore et encore, à travers les âges et les évolutions. L’adaptation d’Au Bonheur des Dames par la BNF en est un exemple probant, mais de nombreuses autres structures en ont fait leur objectif. Pour terminer cette étude, je ne citerai que l’Apprimerie, une maison d’édition numérique créatrice d’e-books. En effet, ils proposent une collection de livres numériques nommée “Les classiques interactifs”, avec notamment l’adaptation du Horla de Guy de Maupassant et de Voyage au centre de la Terre de Jules Verne. Ces œuvres sont proposées au format epub, avec, pour accompagner la lecture, des illustrations et une musique composée spécialement pour le projet. Cet exemple de maison d’édition purement numérique n’en est qu’un parmi d’autres, qui contribuent à leur échelle à la conservation des œuvres patrimoniales, tout en les rendant accessibles à tous, pour repousser encore plus les barrières de l’élitisme culturel.


Notes

[1] LOUICHON, Brigitte. « Le patrimoine littéraire : un enjeu de formation », Tréma [en ligne], 43, 2015.

[2] LABORDERIE, Arnaud. Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation. Lille : Doctorales de la SFSIC, 2015.

[3] SAEMMER, Alexandra et Nolwenn Tréhondart. « Les figures du livre numérique « augmenté » au prisme d’une rhétorique de la réception », Études de communication [En ligne], 43, 2014.

[4] TREHONDART, Nolwenn. « Le livre numérique : quels enjeux de littérature en contexte pédagogique ? », Pratiques [en ligne], 183-184, 2019.


Bibliographie et ressources numériques

ZOLA, Emile. Au Bonheur des Dames. Paris : Editions Larousse, coll. “Petits Classiques”, 2009. 473 p.

Au Bonheur des Dames en ligne : Au Bonheur des Dames – Futur Livre

LABORDERIE, Arnaud. Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation. Lille : Doctorales de la SFSIC, 2015. URL :

Le livre numérique enrichi : enjeux et pratiques de remédiatisation (litmedmod.ca)

LOUICHON, Brigitte. « Le patrimoine littéraire : un enjeu de formation », Tréma [en ligne], 43, 2015. URL :

http://journals.openedition.org/trema/3285

SAEMMER, Alexandra et Nolwenn Tréhondart. “Les figures du livre numérique “augmenté” au prisme d’une rhétorique de la réception”, Etudes de communication [en ligne], 43, 2014. URL :

http://journals.openedition.org/edc/6036

TREHONDART, Nolwenn. “Le livre numérique : quels enjeux de littérature en contexte pédagogique ?”, Pratiques [en ligne], 183-184, 2019. URL :

http://journals.openedition.org/pratiques/7732

TREHONDART, Nolwenn. « Pratiques de conception du livre numérique enrichi : enjeux idéologiques et créatifs ». Interfaces numériques [en ligne], 7, 2018. URL :

http://dx.doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.3619


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search