La littérature de jeunesse d’Afrique noire francophone en Afrique

Vulnérabilités d’un secteur éditorial prometteur

Le marché du livre jeunesse en Afrique subsaharienne francophone est essentiellement scolaire. Il échappe en grande partie aux éditeurs nationaux1 du fait de l’importation massive de livres venus du Nord, essentiellement de France.

Cependant la littérature jeunesse d’Afrique noire francophone, plurielle et dynamique, est remarquée à l’international (l’incontournable Foire de Bologne ainsi que dans d’autres salons du livre reconnus). Mais différents facteurs endogènes freinent son développement sur le continent où elle s’écrit.

Cet article propose un bref aperçu du paysage éditorial jeunesse de l’Afrique francophone en interrogeant ses atouts et son devenir, alors que la scolarisation des jeunes n’est pas généralisée, que la langue de l’écrit n’est pas forcément la langue maîtrisée ou parlée par les enfants etque la place de la littérature écrite peut-être relativement modeste par rapport à la littérature orale.

Editer pour la jeunesse en Afrique noire francophone : un acte militant

  • qui contribue au développement économique

Choisir de travailler sur le continent avec des acteurs locaux à toutes les étapes de la chaîne du livre contribue à la création de richesses endogène. Des dizaines de maisons d’édition en Afrique Subsaharienne francophone ont fait ce choix2.

  • qui favorise la réappropriation culturelle

La littérature jeunesse en Afrique francophone s’inscrit dans un cadre post-colonial.

« Être éditeur en Afrique francophone, c’est associer à la charge commune aux éditeurs, le devoir ou le souci d’aider l’Afrique, c’est-à-dire ses enfants, à découvrir et aimer l’Afrique, à s’approprier son histoire et à l’écrire maintenant. » , dira Béatrice Lalinon Gbado des éditions Ruisseaux d’Afrique3.

En effet, depuis les années 1990 des dizaines de maisons d’édition jeunesse engagées ont fleuri sur le continent africain. Elles ont contribué au développement et à la publication d’une littérature ancrée dans le quotidien et les réalités de ses jeunes lecteurs, tout en développant un discours sur soi, structurant et décomplexé.

© Cacou Victoire

Un courant majeur de l’édition jeunesse continentale vise à la réappropriation culturelle. Les initiatives se multiplient dans tous les pays. Les super-héros africains mis en scène dans les bandes dessinées de de la maison d’édition Ago au Togo, par exemple, sont issus de mythes et légendes du continent africain.

  • et tente d’ouvrir la littérature aux langues nationales

Comme l’espace linguistique francophone en Afrique est plurilingue la question du choix des langues est particulièrement complexe et polémique. Si la francophonie fait l’objet de critiques acerbes, il n’en demeure pas moins qu’écrire en français permet de promouvoir à l’échelle des continents une littérature singulière quelle que soit l’origine des lecteurs. Car même si les lecteurs ne lisent pas le français, les livres écrits dans cette langue sont susceptibles d’être plus facilement traduits que bien des langues nationales africaines4.

Cependant, au sein de la vingtaine de pays d’Afrique qui se réclament de la francophonie, seul un locuteur sur huit maîtrise réellement le français. Le texte n’est donc pas toujours accessible au jeune public. De plus la scolarisation est encore incomplète dans le primaire et le secondaire (¾ des enfants ne sont pas scolarisés sur le continent). Si les taux de scolarisation et une aide à l’éducation massive5 ont augmenté depuis 1999 en Afrique Subsaharienne, des efforts considérables doivent encore être menés, notamment en faveur de l’éducation des filles, des enfants les plus pauvres et ceux issus de la ruralité6.

© Teki Bernadette

Mais écrire en langues d’origine ne va pas non plus de soi. La codification des langues nationales est encore insuffisante. Et lorsqu’elles sont codifiées, elles sont encore rarement enseignées. Et si elles l’étaient il faudrait que ses locuteurs soient scolarisés…

En tous les cas, les rares données fiables que le Salon de l’écrit et du livre en langues africaines (SAELLA7) proviennent du Sénégal. Dans ce pays la publication nationale serait pour l’année 2016 à 90 % en français. Puis viendrait la publication en langues vernaculaires (7 % dans les principales langues nationales du pays) et 3 % en arabe8.

Ce faible pourcentage peut s’expliquer par le fait que la langue nationale est rarement langue d’enseignement en Afrique francophone. C’est toutefois le cas au Rwanda avec le kinyarwanda. Ainsi Agnès Gyr-Ukunda, fondatrice en 1995 des éditions Bakamé (nom d’un lièvre très populaire dans les contes pour enfants rwandais), propose des livres en kinyarwanda, langue commune aux Tutsis et aux Hutus. Cette maison, oeuvrant pour la paix au Rwanda, a été notamment fondée pour aider tous ces enfants à surmonter leurs traumatismes.

On trouve également des éditions bilingues, français et langue « nationale ». On trouve aussi des livres audio permettant d’entendre l’histoire en langue « nationale »9.

Quel accès au livre ?

  • Les difficultés de la diffusion-distribution sur le Continent

Mais la circulation du livre africain sur le continent reste problématique, selon Raphaël Thierry10, du fait des barrières douanières, du non respect des accords internationaux de détaxation des biens culturels, des monopoles de diffusion et de l’incertitude concernant le suivi postal.

En 2003 l’association régionale d’éditeurs, Afrilivres, avait été créée afin de permettre la diffusion et la distribution des livres du continent, à l’intérieur des pays et à l’international (autres pays d’Afrique ou France). Mais les objectifs que cette association s’est fixés n’ont pas été atteints. Et malgré des recommandations en 2011, elle est encore aujourd’hui, considérée comme inefficace, peu professionnelle et élitiste11.

  • Le relatif désintérêt du libraire africain pour l’édition (jeunesse) continentale

Sous-représentation en librairie

Pour les libraires du continent africain, le livre africain (tous secteurs confondus) représente seulement 5 à 10 % de leur chiffre d’affaires (voir les libraires interrogés12 par l’Institut Français et Afrilivres). Ils reconnaissent toutefois la qualité éditoriale de certaines maisons d’édition jeunesse, comme Ruisseaux d’Afrique13.

Représentation faible mais croissante dans les événements culturels

Des événements culturels comme « La Caravane du livre et de la lecture »14 au Bénin, depuis 2004 et reconduite chaque année dans une quinzaine de pays d’Afrique permet notamment aux scolaires de découvrir des textes littéraires. Si ses détracteurs critiquent une représentation majoritaire de textes venus de France15, on organise durant la Caravane des expositions-ventes de livres d’auteurs nationaux ou du continent à prix réduit sur les différents sites de l’événement. En une quinzaine d’années la Caravane, au Bénin par exemple, a promu plus de cent écrivains béninois vivant sur le territoire national ou à l’étranger, d’une vingtaine d’auteurs africains. Au Mali, notamment, la Caravane du livre et de la lecture sillone le pays à la rencontre des publics ruraux16.

  • La lecture publique, un précieux relais à favoriser

Sur le site Afrilivres, qui ne référence que de rares maisons d’édition jeunesse du continent, les livres jeunesse17 dont les prix sont renseignés coûtent de 2 à 20 €.

Or, d’après les sources du média en ligne NOFI18, le revenu moyen mensuel des Africains de la zone CFA est compris entre 40 € et 80 €. Un livre, même à 2 €, reste un produit de luxe pour les Africains,à moins de le trouver dans les « librairies du poteau » ou « librairie par terre ».

Les rares bibliothèques sont souvent celles des centres culturels, comme l’Institut Français ou les Alliances françaises. Elles sont par conséquent essentiellement fréquentées par des étudiants et des lycéens. De ce fait la littérature du continent, lorsqu’elle est présente sur les rayonnages, est fortement concurrencée par les éditions du Nord.

Des ONG ont toutefois mis en place certaines initiatives, telle, « Amis des bibliothèques des villages africains » (FAVL19). FAVL œuvre à la propagation de petites bibliothèques publiques dans les villages du Burkina Faso en collaboration avec les mairies. Ce réseau propose indifféremment des textes de la littérature française et africaine. Les enfants y découvrent les livres jeunesse de Fatou Keita (Côte d’Ivoire) ou d’Ansomin Ignace Hien (Burkina Faso), par exemple. Et les lycéens ainsi que les adultes apprécient de pouvoir y trouver entre autres des romans africains.

Des systèmes de bibliobus assurent aussi la desserte de villages et d’établissements scolaires « colportant » des textes du continent.

Quelles perspectives pour la littérature jeunesse ?

  • L’éclosion de l’édition numérique

Le fort développement des réseaux de téléphonie mobile encourage l’édition numérique en Afrique francophone. Ce peut-être une solution contre la difficile conservation des livres, du fait des taux d’humidité élevés. Si l’édition numérique est encore marginale20, elle représente aussi une alternative, face aux difficultés d’acheminement du livre. Et même si le format Epub, notamment, n’est pas adapté aux livres illustrés, certains éditeurs numérisent leur fonds ou créent des e-books.

Les éditions Gashingo du Niger, membre de l’Association francophone des graphistes libres (AFGRAL), sont pionniers dans ce domaine. Ils ont permis de produire le premier livre numérique jeunesse des éditions Jeunes Malgache. D’autres éditeurs, comme Graines de Pensées21 (Togo), propose une offre papier et numérique.

Pour la valorisation et la commercialisation du livre jeunesse, la Librairie Numérique Africaine (LNA), commercialise des milliers de titres notamment de littérature jeunesse (livres numériques, des audiolivres, des cédéroms et des livres imprimés), depuis son lancement en en 2013 à Dakar,. La crise du COVID lui a donné une visibilité inattendue22.

Une startup sénégalaise, Kusoma, propose quant à elle un service de bibliothèque et de librairie numérique depuis 201523.

  • Atteindre des millions de lecteurs potentiels

Face à ce constat qui peut sembler alarmant, la littérature jeunesse produite sur ce continent doit pouvoir se développer si elle parvient à atteindre sa cible. Dramane Boaré, des Classiques ivoiriens affirme que

« Les parents sont prêts aujourd’hui à mettre les moyens nécessaires pour que leurs enfants aient des livres qui leur correspondent et les aident réellement à grandir. »

© Teki Bernadette

Cet éditeur semble parler de classes suffisamment « favorisées » pour acheter des livres jeunesse produits sur le continent, à lire sous format papier ou sur un smartphone, évoquant des réalités familières. Un rapport de la Banque africaine de développement (BAD), paru en 2011, estime à 300 millions d’individus24 les « classes moyennes » en Afrique. Même si les critères fluctuent d’un pays à un autre, l’Africain de « classe moyenne » peut se définir comme celui qui n’est « ni pauvre, ni riche ». C’est celui qui mange à sa faim et peut se loger, quitte à combiner travail du secteur formel et du secteur informel et qui dispose en général de capacités de consommation inférieures à 10 $ (soit 8,20 €25) par jour et par personne.

Ces classes moyennes investissent majoritairement dans l’éducation, envisagée comme levier de promotion sociale.

Contrairement aux élites souvent éduquées à l’étranger, ces classes moyennes sont les enfants de leur territoire, pratiquant, à côté des langues officielles, les langues d’origine sans complexe ni mépris.

Sources et bibliographie

1– L’édition scolaire en Afrique francophone provient à + 80 % d’Hachette International. Et les co-éditions avec Hachette ou Hatier favorisent ces grands groupes au détriment des maisons d’édition africaines.

2– Hugues, Laurence. Une carte postale de l’édition indépendante en Afrique francophone Sub-saharienne. Bibliothèque(s), n° 92-93, juin 2018, p. 114-115

3– Panneterie, Olivia de la. Être éditeur en Afrique Francophone aujourd’hui. Bibliothèque(s), n° 92-93, juin 2018, p. 116-121

4– Cf. le succès de librairie Le Petit garçon bleu de Fatou Keïta au programme de CE2 en Côte-d’Ivoire, traduit en anglais et en allemand.

5 – L’éducation en Afrique Subsaharienne : les idées reçues. [En ligne]. In AFD. Mis en ligne le 21 janvier 2018.

En téléchargement pdf sur Afrique : pour une éducation de qualité | AFD – Agence Française de Développement. (Consulté le 18 avril 2021)

6 – Afrique : pour une éducation de qualité. [En ligne]. In AFD. Mis en ligne le 21 janvier 2018.

Site disponible sur Afrique : pour une éducation de qualité | AFD – Agence Française de Développement (Consulté le 18 avril 2021)

7– Le SAELLA a été créé pour promouvoir les langues nationales.

8– Association des éditeurs francophone du Sud du Sahara. Rapport général du Salon de l’écrit et du livre en langues africaines : du 20 au 23 janvier 2016 au Mali.[s. l.] : Saella, 2016.

9– Les livres-audio en dioula, langue majoritaire, parlée mais non enseignée de l’auteure ivoirienne Fatou Keïta.

10 – Thierry, Raphaël. Le marché du livre africain et ses dynamiques littéraires : le cas du Cameroun. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2015.

11– Institut Français ; Afrilivres ; Association Internationale des Libraires Francophones et al. Structures de diffusion et de distribution du livre africain en Afrique. Modèles de transport entre pays africains et vers l’international. Centrale de distribution d’Afrilivres. État des lieux et recommandations. Paris : Archipel 21, 2011.

12 – Le livre africain occupe en général de 5 à 10 % du chiffre d’affaires des librairies que nous avons interrogées.

13 – Institut Français ; Afrilivres ; Association Internationale des Libraires Francophones et al. Structures de diffusion et de distribution du livre africain en Afrique. Modèles de transport entre pays africains et vers l’international. Centrale de distribution d’Afrilivres. État des lieux et recommandations. Paris : Archipel 21, 2011.

14– La Caravane est portée par l’Association des libraires professionnels du Bénin (ALPB) en collaboration avec plusieurs associations et partenaires internationaux et locaux

15– Institut Français ; Afrilivres ; Association Internationale des Libraires Francophones et al. Structures de diffusion et de distribution du livre africain en Afrique. Modèles de transport entre pays africains et vers l’international. Centrale de distribution d’Afrilivres. État des lieux et recommandations. Paris : Archipel 21, 2011.

16– Ibid.

17– Albums, contes, romans, bandes dessinées, contes, nouvelles, documentaires.

18– Speaks, Makandal. Comparaison du salaire minimum légal dans la zone CFA, NOFI [En ligne]. Disponible à : Comparaison du salaire minimum légal dans la zone CFA (nofi.media) Consulté le 12 mai 2021)

19– Kevane, Michel ; Sanou, Dounko. Qui sont les lecteurs du village ? L’expérience de FAVL . Bibliotheque(s), n° 92-93, juin 2018, p. 52-54

20– La numérisation permet toutefois déjà aux scolaires, étudiants ou chercheurs, par le biais des smartphones ou par les bibliothèques publiques d’avoir accès aux ouvrages publiés.

21– Panneterie, Olivia de la. Être éditeur en Afrique Francophone aujourd’hui. Bibliothèque(s), n° 92-93, juin 2018, p.116-122

22– Cazin, Esther. Afrique de l’Ouest : la crise sanitaire révèle l’édition numérique [En ligne]. Actualitté, 12 mars 2021. (Consulté le 24 avril 2021). Disponible à : Afrique de l’Ouest : la crise sanitaire révèle l’édition numérique (actualitte.com)

23– Thierry, Raphaël. Un aperçu des dynamiques de l’édition africaine pour la jeunesse dans la période contemporaine [En ligne]. 2016

Disponible à : Un aperçu des dynamiques de l’édition africaine pour la jeunesse dans la période contemporaine | Takamtikou (bnf.fr) (Consulté le 24 avril 2021)

24– Clélie Nallet. Identifier les classes moyennes africaines : Diversité, spécificités et pratiques de consommation sous contrainte. [En ligne]. In : IFRI, Programme Afrique Subsaharienne, Décembre 2015

Disponible à : Identifier les classes moyennes africaines: Diversité, spécificités et pratiques de consommation sous contrainte (archives-ouvertes.fr). (Consulté le 3 mai 2021)

25– Taux de change au mois de mai 2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search