Rocambole aujourd’hui

Alors que la lecture vient d’être choisie comme grande cause de la fin du quinquennat du président Emmanuel Macron et que la série Netflix Lupin fait rayonner internationalement l’œuvre de Maurice Leblanc, plusieurs startups françaises cherchent à développer de nouvelles manières de diffuser numériquement la littérature populaire d’hier et d’aujourd’hui. Parmi ces littératures populaires, le roman-feuilleton du XIXe siècle est celui qui influence le plus le livre numérique aujourd’hui, qui reprend alors à son compte la nature séquentielle du récit et rend l’écrit (dématérialisé) à des usages quotidiens. 

Capture d’écran ‘https://www.rocambole.io/old-home’, (02/07/2021)

Comme une série Netflix, Amazon Prime Vidéo, ou Disney+, un feuilleton littéraire numérique peut être lu partout et par tout le monde du fait du grand soin apporté à son accessibilité. Pionnier des nouvelles applications de lecture, le projet Rocambole (2019) veut faire du récit littéraire une série au sens télévisuel du terme. Sur l’application Rocambole, on ne parle pas de chapitres mais « d’épisodes », dont on mesure la taille au temps de lecture plutôt qu’au nombre de pages ou de lignes. Un épisode Rocambole dure cinq minutes, pas une de plus ! Il se lit dans le train comme à la maison. Ici, la reprise du modèle feuilletonesque profite du rayonnement inédit offert par les possibilités d’une diffusion « 100% dématérialisée ».

Capture d’écran Twitter ‘https://twitter.com/Rocamboleapp’, (01/07/2021)

En développant l’interactivité de ses « séries à lire », Rocambole souhaite aussi que lectorat s’investisse d’une nouvelle façon dans le texte littéraire. Grâce au numérique, l’utilisateur de Rocambole peut interagir soit avec le créateur du contenu qu’il lit, soit avec d’autres utilisateurs qui suivent le même contenu que lui. Inspiré par les réseaux sociaux et par les plateformes d’auto-édition, les développeurs de Rocambole ont adapté leur fonctionnement (le like, le partage, le commentaire, le feed, etc.) au domaine littéraire pour dynamiser la présence du lecteur dans le récit. Rendues plus vivantes par toutes les interactions qu’elles génèrent, les séries Rocambole peuvent se vivre comme des expériences lectoriales individuelles et collectives fondées avant tout sur le partage et l’échange entre utilisateurs du service. 

Capture d’écran ‘https://www.rocambole.io/old-home’, (02/07/2021)

Couplé à la familiarité sous-jacente à l’usage quotidien d’un service, le développement d’une meilleure interactivité du texte littéraire permet une plus grande proximité entre toutes les parties impliquées dans l’aventure éditoriale (éditeur/auteur/lecteur), qui perd ainsi de son opacité. (Ré)impliquer le lecteur dans le livre, ici fractionné et dématérialisé, c’est peu à peu l’introduire à des questionnements extra-littéraires sur les conditions de productions du livre qu’il lit. Ce nouveau lecteur est alors aussi passionné que concerné.

Ponson du Terrail par Nadar

À l’avenir, Rocambole et d’autres applications similaires concurrentes pourraient aussi avoir un rôle dans la conservation des romans-feuilletons du XIXe siècle dont elles s’inspirent. En effet, beaucoup de chefs-d’œuvre de ce siècle, purs expressions du génie populaire, souffrent d’une postérité en demi-teinte et d’une actualité éditoriale plus que lacunaire. Quiconque par exemple a voulu lire récemment une édition complète, cohérente et documentée des aventures de Rocambole de Ponson du Terrail — commencées en 1857 par la publication du premier tome de la suite romanesque Les Drames de Paris — s’est heurté à une offre éditoriale très limitée, composée à moitié de très veilles éditions papier et d’E-Books libres de droits. Bien souvent, la taille monumentale des récits, la faible audience intéressée et la nécessité  d’accompagner le roman d’un paratexte assez complet, font figure d’arguments d’autorité et empêchent la réédition des grands auteurs du roman-feuilleton. Mais quel dommage pour nous, lecteurs du début du XXIe siècle, de passer à côté d’œuvres géniales et de grands noms du XIXe, tels que : Marie Aycard, Léon Gozlan, Louis Lurine, Frédéric Soulié, Eugène Sue, Eugène Guinot ou Philibert Audebrand. 

Couverture du premier fascicule d’une réédition du cycle romanesque de Rocambole, publiée aux Éditions Rouff en 1908-1910. Illustration de Louis Bombled.

Devant les difficultés techniques posées par ce type de récit, l’outil numérique apparaît comme la solution idéale pour diffuser à un nouveau public une littérature souvent méprisée d’un point de vue académique, mais qui constitue une étape importante dans l’histoire des lettres françaises. Et, plus que le livre numérique lui-même, les applications de séries littéraires pourraient, tout en aidant à la conservation de ce précieux patrimoine littéraire, offrir une expérience de lecture fidèle à celle imposée hier par la prépublication des textes dans les grands journaux de l’époque. Comme à leur publication tout au long du XIXe siècle, ces exercices de prose populaire seraient rendus aux usages quotidiens que leur nature originelle demandait.

Alors, pourquoi ne pas (re)trouver bientôt Rocambole sur Rocambole… 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search