Rencontre publique avec les éditions Le Port a jauni

Première page du livret d’information de la rencontre publique avec les éditions Le Port a jauni organisée par le master « Monde du livre » d’AMU et l’Alcazar, Marseille, 27 mars 2019

Retranscription de la rencontre publique avec les éditions Le Port a jauni, en présence de Mathilde Chèvre, éditrice, et Walid Taher, caricaturiste de presse, auteur et illustrateur, le 27 mars 2019.


Introduction

Depuis quinze ans, le master professionnel “Monde du livre”1 en partenariat avec l’Île aux livres2, organise une rencontre publique avec un éditeur du paysage de l’édition pour la jeunesse et l’un de ses auteurs-illustrateurs. Les étudiants du master 2 travaillent durant un an sur le catalogue de l’éditeur choisi sous la responsabilité de Cécile Vergez-Sans, dans le cadre du cours « Politiques éditoriales ». La rencontre publique, qu’ils animent, est l’aboutissement de ce travail.

En 2019, nous avons travaillé avec les éditions Le port a jauni, qui publient des livres bilingues franco-arabes. Nous avons donc eu la chance d’accueillir, Mathilde Chèvre, l’éditrice du Port a jauni ainsi que Walid Taher.

Cet article est une retranscription de l’interview de nos deux invités.

Interview

Mathilde Chèvre, vous vivez entre Marseille, le Caire et Damas. Vous êtes auteure et illustratrice et vous dirigez l’association le Port a jauni depuis sa naissance en 2001.

Vous vous vous spécialisez dans la mise en place d’ateliers à destination des enfants. En 2013 vous soutenez une thèse intitulée Renaissance enfantine : la création arabe en littérature pour la jeunesse depuis 1967. Reflets de société, Égypte, Syrie et Liban. Avec le temps, le Port a jauni évolue en maison d’édition et c’est en 2007 avec la Roue de Tarek que la maison publie son premier livre.

Walid Taher, vous êtes caricaturiste de presse pour plusieurs grands journaux égyptiens, auteur et illustrateur de livres pour enfants et directeur artistique aux éditions Shorouk en Égypte où vous avez publié de nombreux ouvrages. Vous avez été formé aux Beaux-arts du Caire. Depuis 2014 vous travaillez avec Mathilde Chèvre à la réalisation d’albums et de carnets poétiques, en tant qu’illustrateur ou auteur-illustrateur. Vous vivez à Marseille depuis 2016.

Pouvez-vous revenir, Mathilde Chèvre et Walid Taher, sur l’album issu de votre collaboration, Mes Idées folles ? En quoi pourrait-il être considéré comme emblématique de votre maison d’édition ?

Mathilde Chèvre – C’est une belle surprise que vous ayez choisi Mes Idées folles comme point de départ.

Walid Taher – Au point de départ des Idées folles, il y a une série de dessins que j’ai faite qui avait pour thème des créatures, un mélange entre l’homme et l’animal. Avant ce livre nous avions fait un premier album ensemble qui s’appelle Sept vies. Il représente les états d’âme d’un chat : il change de trait graphique à chaque fois qu’il change d’état d’âme. Après cela on a convenu de travailler sur un nouveau livre.

M. C. – Mais je ne proposais pas de texte.

W. T. – N’ayant pas de texte à illustrer j’ai travaillé sur une série de dessins.

M. C. – Cette série de dessins, en tant qu’éditrice, j’ai proposé qu’on la présente à Ramona Badescu.

W. T. – On a donc donné la série de dessins à Ramona que je ne connaissais pas. Dans ce travail le dessin a précédé l’écriture. Personnellement, je n’avais jamais travaillé comme ça, c’est-à-dire que le dessin n’avait pour moi jamais décenché l’écriture. Dans mon souvenir, Ramona a posé comme condition que nous ne nous immiscions pas dans son écriture. Elle a écrit à partir de la série de dessins, sans discussion avec nous.

M. C. – Moi, je n’ai aucun souvenir de ça par exemple. C’est bien d’avoir plusieurs témoignages. J’aimerais rajouter qu’effectivement commencer par Mes Idées folles est un beau choix. Pour moi, ce livre est emblématique de la façon et de l’envie de travailler du Port a jauni en bilingue. Pourquoi faire des livres en français et en arabe ? – on pourra en discuter plus tard –, mais l’idée c’est aussi de travailler sur différentes formes de traduction, pas uniquement d’une langue à l’autre mais d’une aire culturelle à une autre, d’une poésie à une autre. Et aussi de travailler autour de la traduction du dessin : en quoi est-ce qu’un corpus d’images est une source d’inspiration pour une écriture, de la même façon que de se promener dans la nature est une source d’inspiration pour une écriture poétique ? Les Idées folles est un peu un condensé de tout ça.

Walid arrive avec une série d’images et il me dit que ce sont des créatures imaginaires. À un moment donné on a pensé qu’on allait faire un abécédaire avec des cartes d’identité, un peu en référence à un poème de Mahmoud Darwich qui dit « Retiens bien ça, je suis arabe et ma carte d’identité c’est le numéro 5000 ». Et je me suis dit que c’était intéressant de faire une série de cartes d’identité comme ça. Donc on a commencé à écrire les cartes d’identité de ces créatures et Ramona a dit : « Mais pour moi ce ne sont pas du tout des créatures, ce sont des idées. Et j’ai depuis longtemps envie d’écrire un livre sur la façon dont les idées arrivent dans notre cerveau, la manière dont on aimerait bien les ranger, les ordonner, les mettre dans des étagères, dans des boîtes. En fait elles sont comme des enfants qui arrivent dans la cour de récréation, ça fait un grand cirque ». C’est à partir des images qu’elle a effectivement écrit ce texte. Elle y a passé beaucoup de temps parce qu’il fallait les placer, réfléchir à la manière de les ordonner. Du coup c’est un support très intéressant en atelier pédagogique, dans des classes ou dans une bibliothèque, parce qu’on peut reprendre la même série de dessins. Et puis si on prend, par exemple, « une qui danse », ce dessin-là qu’est-ce qu’il évoque comme idée pour vous, sans lire le texte ? Quelle idée vient à vous à la vue de cette image ? Peut-être que c’est une idée seule… Qu’en penses-tu Walid ?

W. T. – Pour moi ce ne sont pas des dessins d’idées mais une interaction, un entremêlement entre l’animalité et l’homme. C’est une idée qui vole.

M. C. – Et pour toi, Cécile Vergez-Sans, c’est quoi cette idée ?

C. V.-S. – Une idée tournante.

M. C. – Voilà, le principe du livre, c’était ça ! C’était d’écrire un livre à partir d’images qui permettrait de mener un atelier avec les enfants, puisque depuis l’origine du Port a jauni nous contribuons à ce que l’on appelait à l’époque “l’éducation populaire”. En tous cas, ça permet de mener beaucoup d’ateliers d’art plastique et d’écriture avec des enfants et de réaliser des livres. Les livres sont des supports à des ateliers et ce livre-là marche très bien parce qu’on voit, même en gardant le même ordre d’images, qu’on peut réécrire des centaines d’autres livres.

W. T. – Là où ce livre pour moi est une expérience artistique c’est qu’il n’a pas un texte ni une histoire unique. C’est un livre avec un texte graphique et un texte écrit. C’est un livre qui repose sur l’interaction entre un texte d’images et un texte de mots. On retrouve ce procédé dans d’autres œuvres.

M. C. – Pour moi, le livre prend tout son sens du fait de la traduction. Traduire des images en mots, traduire l’univers d’un illustrateur en poésie, traduire ce qu’on a dans la tête. Il se lit dans le sens arabe parce que quand Walid dessine, il dessine comme il écrit. Et quand on a appris à lire et à écrire en arabe on a une énergie graphique qui va plutôt de la droite vers la gauche, c’est-à-dire dans le sens de lecture de l’arabe. On n’a pas du tout parlé de la mise en scène sonore, mais là aussi c’est un livre abouti, car on a confié après l’édition ce travail à Catherine et Vincent (leur groupe s’appelle Catherine Vincent). Ils ont vécu longtemps en Syrie et ont pris en charge la version sonore que vous venez d’entendre, avec un acteur syrien qui s’appelle Mohammad al-Rashi. Donc c’est aussi une prolongation des livres que d’en faire leur version sonore. C’est-à-dire que mettre les deux langues ensemble – on va en reparler –, ça implique beaucoup de choses, plein de jeux éditoriaux, mais aussi le projet qu’on développe consiste à faire entendre les deux langues ensemble, pas uniquement de les écrire.

Vous avez évoqué pas mal de choses qui sont assez caractéristiques, je pense, du travail du Port a jauni. Et justement on se demandait pourquoi le « Port a jauni » ?

M. C. – Ce n’est pas encore tout à fait l’heure, mais si vous allez au bord du Vieux-Port, vous vous installez, les pieds dans l’eau, vous attendez un peu la fin de journée. Le soleil se couche et le port a jauni. On cherchait un nom qui soit d’abord une phrase, je voulais un nom de structure éditoriale qui soit une phrase, comme un début d’histoire et le fait que l’on ait placé le début de cette histoire au port de Marseille c’est aussi parce que toute personne qui a fait un petit tour de Méditerranée s’est bien rendu compte que la Méditerranée n’est pas une ligne avec un Sud et un Nord mais un cercle et on essaye de faire en sorte que ce ne soit pas un gouffre non plus. Disons que l’on va prendre l’image positive du cercle. Quand on est assis au bord du port d’Alexandrie on pense à nos aimé.e.s de Marseille et de Beyrouth, et quand on est assis au bord du port de Marseille on pense à nos aimé.e.s de partout. Et si vous voulez la vraie histoire, ça c’est ce qu’on a construit a posteriori, parce que la vraie histoire est qu’on cherchait un nom d’association en 2001. Marius et Jeannette de Robert Guédiguian venait de sortir.Et dans ce film il y a une chanson qui dit : « Il pleut sur Marseille, le port a jauni, il pleut sur Marseille, Notre-Dame sourit ». Et on avait trouvé ça super drôle cette idée du port a jauni. Mais depuis, il y a deux ans, une journaliste m’a dit : « Je suis allée chercher les paroles de la chanson et ce n’est pas « le port a jauni » mais « le port rajeunit ». Alors maintenant je ne peux plus raconter ça, donc j’ai inventé une autre histoire.

Pour vous Mathilde, qu’avez-vous voulu faire en créant cette maison d’édition ? Quels étaient les grands enjeux ?

M. C. – Le port a jauni tel qu’il est maintenant, c’est-à-dire son projet éditorial consiste à publier dix livres par an à peu près, en bilingue français-arabe en jouant avec les deux sens de lecture. Pour moi c’est l’aboutissement, en tout cas c’est l’endroit où se rejoignent plusieurs chemins personnels qui sont d’abord une conviction dans l’éducation populaire. J’ai moi-même grandi au sein d’une Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) et j’ai conscience de l’importance que ceci a eu pour moi. Donc le Port a jauni a une dimension pédagogique. C’est une structure qui fait beaucoup d’ateliers en école, en centres sociaux, en prisons, en salons du livre et en bibliothèques. J’ai fait delongues études en littérature arabe, pendant plusieurs années j’ai vécu entre le Caire et Damas. Et le sujet de ma thèse était : « Quels sont les livres pour enfant qui ont été créés dans le monde arabe, surtout au Moyen Orient, dans les années 70 ? ».

Les premières maisons d’édition de création d’albums qui apparaissent sont des maisons portées par des questions idéologiques et politiques dans la lutte pour la cause palestinienne en particulier, et cela amène les questionnements suivants : En quoi les albums pour enfant sont-ils à la fois le reflet d’une société à un moment donné et la projection idéalisée d’une société dont on rêve lorsque l’on écrit aux enfants ? Peut-être se dit-on en France que les albums ne sont pas un projet de société. Mais un regard extérieur au pays voit tout à fait le projet de société qui est porté par les livres pour enfant. Il suffit de faire un pas de décalage, on le voit beaucoup mieux dans la société de l’autre. C’était beaucoup plus facile pour moi de faire une thèse sur les livres pour enfant dans le Moyen-Orient.

Aucune étude n’avait encore été menée, j’ai donc fait une recherche de terrain. Pendant quatre ans, je suis allée à la rencontre des gens, dont Walid Taher, des gens qui étaient des acteurs contemporains ou passés de l’édition arabe : auteurs, éditeurs, illustrateurs. Cela crée beaucoup d’amitiés et lance également des études d’art plastique, des études d’histoire, avec la conviction que la place donnée au livre dans un parcours personnel a donné le projet éditorial du Port jauni.

Walid Taher, vous êtes directeur littéraire au sein du Port jauni. Pouvez-vous nous expliquer plus précisément votre rôle ?

M. C. – Nous sommes tous directeurs.trices dans la maison.

W. T. — En dehors de mon rôle d’auteur – je rajoute que c’est un rôle de grande connivence avec le travail qui est fait en tant qu’auteur –, le point d’interaction avec la maison d’édition est le moment où l’on discute ensemble du choix des titres : quel serait le livre pertinent à faire ? sur quel poète arabe ? avec quel illustrateur ? C’est un rôle de conseil, en lien avec ce qu’il serait important, pour quelqu’un du monde arabe, de voir traduit, ou de voir mis en valeur dans la maison d’édition.

La spécificité du Port a jauni est aussi le bilinguisme. Pourquoi ce choix des albums bilingues français-arabe et que signifie cette démarche à vos yeux ?

W. T. – La traduction pour moi c’est aussi le point de croisement entre les cultures, sans la traduction quel serait notre point de rencontre ? La traduction est une façon de traverser la mer et de publier des livres pour enfant dans les deux langues. C’est d’ouvrir la mer, créer un espace ouvert pour que les enfants le parcourent, le traversent.

Pour moi, la traduction est aussi le point de croisement entre les cultures : sans la traduction, quel serait notre point de rencontre ? Elle est une façon de traverser la mer et de publier des livres pour enfants dans les deux langues. On ouvre la mer, on crée un espace ouvert pour que les enfants le parcourent, le traversent.

M. C. – Walid a le point de vue de quelqu’un qui a vécu en Égypte et qui vit à 50% maintenant entre la France et l’Égypte depuis quelques années.

Pour moi, le fait de faire des livres français bilingues en arabe s’explique par mes études d’arabe, la première raison, c’est que je maitrise les deux langues, et que le fait qu’elles se lisent dans deux sens différents, qui pourrait paraitre un écueil éditorial, pose la question : comment faire un livre qui se lit à la fois dans le sens arabe et dans le sens français ?

C’est devenu un principe ludique, ça m’amuse beaucoup d’imaginer des façons de faire des livres qu’on peut lire dans plusieurs sens. Il y a ensuite une question évidente d’engagement, qui ne l’était pas au début. Initialement, il s’agissait de mettre ensemble de l’arabe écrit dans un contexte poétique et artistique. Quand on fait des longues études d’arabe, on apprend des « promenades » entières de poésies par cœur, on lit des grands romans, on plonge dans une culture, et en faisant ma thèse j’ai rencontré des dizaines et des dizaines d’illustrateurs et de corpus d’images qui étaient des grandes sources d’inspiration pour moi. Entre la poésie et les images, il y avait un monde entier à faire se croiser avec l’illustration et la poésie en français. Petit à petit, je me retrouve à devoir répondre à des questions tacites qui sont « pourquoi l’arabe ? ». Je me sens particulièrement concernée que l’on puisse voir cette langue écrite dans le contexte actuel, dans un contexte artistique et poétique, d’avoir un autre témoignage de ce qu’être arabe veut dire.

Nous voulions justement revenir sur le fait que vous faisiez uniquement des albums jeunesse. Notamment vous Walid, pourquoi en tant que caricaturiste à l’origine avez-vous choisi de travailler sur les albums pour enfant par la suite, en tout cas avec Mathilde ?

W. T. – J’ai commencé ma carrière d’illustrateur dans une revue connue dans le monde arabe qui s’appelle Sabâḥ el-khir. J’ai été marqué par une phrase d’Othman, un caricaturiste qui avait travaillé pour l’UNICEF et dont ma phrase préférée est « pour qu’après-demain, après après-demain soit meilleur ». Je travaillais à la fois pour la presse et pour l’édition pour enfant.

M. C. – J’ajoute que c’est très fréquent d’être pluridisciplinaire quand on est illustrateur dans le monde arabe.

W. T. – L’idée que l’on fasse pousser des graines, qu’elles poussent et améliorent le lendemain, me parait très pertinente.

Vous avez publié Katkout en 2016, je crois savoir qu’il a une place particulière dans votre parcours et votre travail. Pourriez-vous nous en parler un peu plus précisément ?

M. C. – Le titre complet de Katkout est“al katkût layssa kalban” : “le poussin n’est pas un chien”. C’est un livre que j’ai découvert en 2004 alors que je vivais au Caire, dans une librairie qui venait juste d’ouvrir qui s’appelle Maktabat al diwân, sur l’île de Zamalik. Je vois ce livre et je me suis dit “oh, tu as complètement loupé quelque chose, il y a toute une histoire que tu ne connais pas”. Pour arriver à la publication de cet ouvrage-là, il fallait forcément qu’il y ait une histoire littéraire de livres pour enfants que je pensais n’avoir pas perçue.

Ce livre a été écrit par un auteur de nouvelles essentiellement, Garennabi Elhalou et illustré par Hilmi Touni. Hilmi Touni fait partie de la génération de ces artistes dans les années 1970, qui étaient illustrateurs de presse ou peintres, ou qui dessinaient les affiches pour la cause palestinienne. Ils se sont regroupés autour d’une maison d’édition en 1974 qui s’appelle Dâr al-fatâ al-arabî et qui a été financée en grande partie par des hommes d’affaires palestiniens et par l’OLP. Elle a été créée à Beyrouth et c’était la première fois dans le monde arabe qu’une maison d’édition était créée pour faire des livres pour enfants, seulement des livres pour enfants. Ce projet-là comptait des gens qui venaient d’Egypte comme Hilmi Touni, comme Mohieddine Ellabbad avec son Carnet du dessinateur mais aussi des syriens, Zakaria Tamer ainsi que des gens qui venaient d’Irak et du Liban. Le siège de la maison d’édition était à Beyrouth.

Hilmi Touni est vraiment un des plus prolifiques illustrateurs du monde arabe. Il est toujours vivant, il est né en 1930 donc il est très âgé à présent. Il a fait au moins une centaine de livres. C’est un personnage essentiel, qui s’est posé les questions suivantes : qu’est-ce qu’une image pour enfants, quel est notre patrimoine visuel, d’où vient-on quand on est égyptien ou qu’on est d’un autre pays arabe, quel est notre patrimoine visuel… ? On reparlera peut-être de ses miniatures peintes avec Le Carnet du dessinateur, mais il fait réellement partie de cette génération qui s’est posé une question d’identité graphique et qui a ensuite enseigné aux Beaux-Arts du Caire. Ils ont entre autres eu comme élève Walid Taher.

Katkout est un livre qui m’a beaucoup marquée, parce que graphiquement je l’ai trouvé magnifique et aussi parce que l’histoire est racontée à la première personne. C’est l’histoire d’un enfant qui grandit et dans la représentation de la mère, il y a toute une évocation de ce qu’on retrouve en poésie arabe. Une page reprend la description physique de la mère, avec une sensualité qu’on retrouve dans les textes poétiques : on retrouve les sources d’inspiration d’illustrations qui sont présentes dans les maisons peintes de la vallée du Nil. Le livre parle du fait de grandir et de traverser n passage, de changer d’état, d’un état où tout est rond comme le ventre de la mère, les fleurs, tout cet univers très intime. Puis on sort et les choses sont beaucoup plus raides, verticales, anguleuses. On ne change pas d’état une seule fois, dans la vie on change d’état plusieurs fois.

C’est un livre qui m’a beaucoup inspirée. Il a donné une première série de livres : s’il y a un fil conducteur dans tout le travail du Port a jauni, c’est le fait de traduire. Une première traduction de “traduction”, comme disait Walid, c’est une première compréhension de ce que traduction veut dire : passer d’une langue à l’autre. On prend des livres qui ont déjà été publiés dans le monde arabe, comme Katkout qui a donc d’abord été édité par les éditions Dâr al-Shurûk, à une époque où Walid Taher en était le directeur artistique. C’est lui qui a fait ce choix éditorial il y a quinze ans maintenant. Un premier sens et une première ligne éditoriale est d’aller choisir dans le monde arabe des albums qui ont déjà paru et de les traduire en français, les publier en bilingue.

Walid Taher, que pensez-vous du Katkout, et que pouvez-vous nous en dire par rapport à la production d’albums pour la jeunesse en Égypte, où cet album a d’abord été publié ?

W.T. – Hilmi Touni, l’illustrateur, c’est le professeur pour les gens de notre génération. À l’époque, je faisais partie de l’équipe de Dâr al-Shurûk, une maison d’édition qu’on pourrait qualifier de “Gallimard égyptien”. On avait envie qu’il vienne travailler avec nous et il est arrivé en nous proposant ce livre. Plus qu’un choix de notre part, je considère ce livre comme un cadeau. Hilmi Touni incarne nos valeurs anciennes, sans pour autant nous faire sentir nostalgique du temps passé. Il incarne un patrimoine, un mode de vie, un ensemble de valeurs qu’il réinvestit dans ses récits qui sont eux le résultat d’une production contemporaine.

Comment choisissez-vous les livres issus du monde arabe et quel est le processus de traduction ?

M. C. – J’ai une grosse « valise » qui s’appelle une thèse, remplie de livres. Pour cette thèse, le corpus s’élevait à environ cent cinquante titres que j’avais extraits d’une production allant des années 70 à aujourd’hui. Je peux dans un premier temps choisir dans ce corpus.

Je procède également par élimination. Je me suis questionnée sur ce que je ne voulais pas publier. J’en suis arrivée à la conclusion que je ne voulais pas choisir des thèmes attendus. Par exemple, si je vous dis « monde arabe », on pense à bédouin, désert, Les milles et une nuits, Sindbad et un peu à la marge Kalila wa Dimna. Encore la semaine dernière, lors d’un atelier avec Walid, il n’y avait pas un seul enfant auquel vous demandiez « À quoi vous fait penser l’Egypte ? » qui ne vous réponde « Pharaon » ; ou bien « que vous évoque le mot « arabe » ?» sans entendre « le désert, les bédouins ». Ça fait partie des poncifs et des représentations collectives.

Enfin, il y a une autre question qui est plus subtile pour le coup : c’est la question politique. Il existe un grand corpus de création pour enfants qui tourne autour de l’engagement politique, de la question palestinienne, de la guerre. L’enjeu de cette création arabe est de se faire miroir du monde, de parler à l’enfant du monde dans lequel il grandit. Comme beaucoup de livres abordent déjà la question de la guerre, j’ai choisi la poésie, pour une question de goût personnel mais aussi au regard du contexte politique. J’ai une ligne éditoriale basée sur la dimension poétique, avec une collection spécifique. Plus globalement, on s’interroge sur la valeur et la puissance poétique d’un ouvrage.

Certains albums évoqués appartiennent à différentes collections. Pourriez-vous nous présenter les collections de la maison ?

M. C. – Traduire, c’est prendre des albums déjà publiés dans le monde arabe, mais c’est aussi jouer avec les deux sens de lecture de l’arabe et du français. La Roue de Tarek est un exemple de livre qui se lit dans plusieurs sens : Tarek est un enfant qui court derrière sa roue, c’est son jeu préféré. Mais un jour cette roue court plus vite que lui, elle lui échappe et il part à sa recherche. Le livre tourne. Tout le long de son chemin, Tarek demande où est sa roue. A maintes reprises Tarek croit retrouver sa roue mais ce n’est jamais la sienne. Le livre tourne encore. Là, Tarek se dit : « Celle-là c’est ma roue ». Or, les filles lui disent : « Mais tu sais très bien que ce n’est pas ta roue, c’est une baignoire ». Et là le livre tourne encore, Tarek continue son chemin. Encore une fois il croit retrouver sa roue mais ce n’est pas la sienne, c’est le soleil ou un vieux taxi tout crevé mais ce n’est pas la sienne.  La nuit tombe, il finit par rentrer chez lui ; et là, il retrouve sa roue transformée en balançoire par les enfants du quartier. Il l’essaie, et c’est ainsi que la roue de Tarek est devenue la balançoire du quartier.

Il y a aussi Chakharim bakharim, Abracadabra. Ce livre aurait pu s’appeler fîl fel mandîl (NDLR : “un éléphant dans le mouchoir”), mais il fallait que le titre soit un mot magique. L’auteur, qui est Soudanais, a appelé ce livre Abracadabra. C’est l’histoire d’un magicien pas comme les autres. Acclamé par son public, le magicien Chahbandour dit toujours jala jala, « faites un vœu » ou « ouvre les yeux ». Il fait des tours incroyables comme sortir des mouches de son mouchoir ou transformer un serpent en or, il fait pousser une forêt dans une boîte d’allumettes… Quand le livre semble terminé… Abracadabra ! « Le magicien arrive, une grande clameur s’élève… ». Les tours se déroulent dans un sens ou dans l’autre, c’est l’histoire du palindrome. Ce n’est pas un principe éditorial qui marche toujours, c’est pour ça qu’il ne peut pas être le seul. C’est une collection qui joue sur les sens de lecture.

Puis, si on pousse plus loin la question de traduire et qu’on intègre tout ça, le fait de travailler avec des auteurs et des illustrateurs du monde arabe, et jouer avec les sens de lecture nous amène à la poésie, grand genre littéraire dans le monde arabe. Il  se ramifie en de nombreux genres et sous-genres. S’il y a bien quelque chose qui m’a émue et transportée en apprenant la langue arabe, c’est d’apprendre par cœur des poèmes, dont les Roubaiyat qui sont des quatrains. Roubaiyat vient de arba’a qui veut dire « quatre », et Roubaiyat veut dire quatrain. On a donc également une collection de poèmes, Walid est très investi et actif dans le choix des poèmes. On publie au mois de juin la suite de cette série ; ce sera les Roubaiyat de Saïd, poète égyptien et oncle de Walid. D’ailleurs, peux-tu nous parler des Roubaiyat ?

W. T. – Le point de départ de cette série est le poète Salah Jahin né en 1930 et mort en 1986. Il a écrit ses quatrains chaque semaine pour la fameuse revue Sabâḥ al-khîr, mais aussi des pièces de théâtre, et il était également caricaturiste de presse. Je fais partie de cette génération, dans les années 60 et 70, qui a été nourrie et inspirée par son travail.

Je voulais qu’on mette en valeur un poète égyptien, et Salah Janin est un monument, c’est un peu le Pierre Desproges de la poésie arabe. Dans les Rubaiyat, on retrouve un côté extrêmement philosophique, désespéré et drôle en même temps. C’est un travail d’écriture de grande envergure : il est ce poète qui, dans une langue populaire, seulement parlée qu’est le dialecte égyptien, parvient à transmettre des choses profondes. Durant sa carrière, il a écrit pas moins de deux cents Rubaiyat, deux cents quatrains.

En collaboration avec la famille Jahin, on a choisi pour le Port a Jauni de classer les Rubaiyat par thèmes. Chaque thème regroupe une dizaine de Rubaiyat ; nous avons les Rubaiyat de printemps, les Rubaiyat sur la ville, sur les animaux…

M. C. – Il faut s’éloigner de cette conception figée qui dit que la langue arabe serait coupée en deux, avec d’un côté les dialectes et de l’autre l’arabe littéraire, l’un qui se dit et l’autre qui s’écrit, l’un qui est populaire et l’autre savant. Cela fait partie des poncifs que la famille Jahin travaille à décomposer. Ils écrivent une langue qui a beaucoup d’oralité mais qui est pour autant extrêmement élaborée. Quand nous avons traduit certaines Roubaiyat, Walid et moi-même avons dû faire des recherches concernant des mots très populaires.

W. T. – C’est une famille faite d’expérimentateurs linguistiques. On avait envie aussi de mettre à l’épreuve leur écriture face à une traduction et à une mojtama’, c’est-à-dire une société qui n’est pas la leur, celle de la France. Ce n’est pas une expérience facile, parce que la langue de Salah Jahin est très subtile et drôle, et on avait peur de ne pas réussir à transmettre cet humour dans la traduction, ce qui voudrait dire que ce serait une traduction complètement ratée ! On voit donc la différence d’humour d’une culture à une autre.

Une fois, j’ai fait l’expérience d’illustrer les Roubaiyat en Egypte. J’allais illustrer pour des enfants des livres qui allaient vivre non seulement dans des pays arabes mais aussi en France. Ce qui était intéressant, c’était d’illustrer en sachant que j’allais changer de style à chaque fois, puisque la consigne était de donner à chaque recueil un style graphique qui lui est propre. Ce n’était pas un principe de départ, mais comme il y avait déjà eu plusieurs recueils, j’ai voulu proposer un style différent pour celui-ci. Pour moi, cette série de livres est une réussite. Je découvre avec vous l’importance et la joie que peut procurer cette traduction profonde d’une poésie qui est très égyptienne, très populaire, et pas spécialement faite pour les enfants. D’en faire un recueil destiné aux enfants permet qu’elle trouve finalement sa place dans une culture différente, celle de la France.

M. C. –  On sait que ces livres marchent avec les enfants. On a fait des dizaines et des dizaines d’ateliers en école et dans différents endroits. On se disait “Non mais ces Rubaiyat ça ne va pas du tout marcher, c’est trop philosophique, un peu abstrait” mais le côté « bizarre, bizarre ! » plaît beaucoup aux enfants.

Voici un extrait de  Par la fenêtre des Rubaiyat 

“Voitures, embouteillages, chauffeurs irrités

Celui qui trouve un trottoir est sauvé

Mais si tu étais près de moi mon amour

La vie ne semblerait-elle pas un peu plus gaie ?

Bizarre, bizarre !”

“J’ai regardé le ciel en marchant tête en l’air

Je me suis pris les pieds dans les trous et les pierres

J’ai dit, mais seulement une fois à terre

Pourtant pas une fois mais vingt j’avais été prévenu.

Bizarre, bizarre !”

Et les Rubaiyat prennent tout leur sens dans la série.

M. C. – Dans cette collection de poèmes, on résout la question du sens de lecture. Si je prends le livre dans ce sens-là, j’ai une couverture en arabe qui est une porte d’entrée. Une page après, j’ai un poème. L’évolution de la narration ne se pose plus. On peut faire un poème comme une longue promenade, c’est le cas dans Nous irons au bois, par exemple.

C’est la collection qui s’est le plus développée et qui est la plus fournie maintenant. Elle permet d’explorer à la fois le patrimoine poétique arabe avec la traduction des Roubaiyat par exemple, mais nous avons également sorti un livre l’année dernière, Les Tireurs sportifs, qui est la traduction d’un poème contemporain syrien écrit par Golan Haji. Ce livre n’aborde pas un thème très joyeux, puisqu’il fait référence à une situation d’oppression politique qui tourne à la dictature, qui correspond au moment où les loups sortent du bois. C’est une très belle écriture, et on peut lire dans un sens ou dans l’autre, car même s’il a sa propre évolution, on peut également le voir comme un palindrome. Cette collection permet à la fois d’explorer la poésie en dialecte, mais aussi la poésie contemporaine. Nous avons publié en mars dernier un poème qui est une ode anté-islamique. C’est un poème qui a été écrit avant l’Islam ; c’est de la poésie du désert, appelée Mu’allaqa. C’est écrit dans un arabe très ardu. J’ai appris la Mu’allaqa de Imru al-Qays en Syrie avec un vieux monsieur qui me la faisait apprendre par cœur. J’avais comme projet secret d’en faire une publication pour enfants. C’est grâce à Golan Haji, le poète syrien, et sa femme, également poète et française de surcroît, que le projet a pu voir le jour, car c’est à eux que j’avais confié l’idée d’écrire une version contemporaine de la Mu’allaqa. Cela faisait sens puisqu’ils la connaissent, bien sûr, tous les deux par cœur.

C’est pour moi un grand aboutissement de parvenir à faire écho à la vaste prairie fleurie que représente le monde de la poésie arabe. On n’a pas besoin d’avoir un nom arabe pour y participer.

Là où il y a toujours un lien avec la poésie arabe, c’est de trouver une thématique dans l’écriture ou dans les thèmes abordés dans les textes. Par exemple, le recueil Poèmes en Paysages est le premier de la collection. Il a été écrit par Géraldine Hérédia, une poète contemporaine française, et illustré par Clothilde Staës qui vit en Ardèche.

La Mu’allaqa, cette poésie qui date du Ve siècle, écrite dans la péninsule arabe par des bédouins, des poètes nomades, a pour caractéristiques des thèmes récurrents, comme le fait de pleurer sur les ruines de la tribu, le sable, le désert, les orages… Un jour, durant la période où j’apprenais par cœur la Mu’allaqa, je me trouvais sur un salon du livre. Je tombe sur les images de cette illustratrice qui vit en Ardèche et j’ai trouvé qu’il y avait un lien vraiment fort entre ce corps en paysage qu’elle illustrait et cette poésie que j’étais en train d’apprendre. Je me suis donc donné comme axe d’écriture de partir de cette série d’images représentant le corps en paysage. Je me suis demandé : « Quel poème je pourrais bien écrire à partir de cette image ? »

Voilà l’exemple de la genèse d’un album.

Il n’est pas anodin de publier des albums bilingues français-arabe, d’autant plus dans le contexte actuel… Est-ce que vous considérez qu’il y a un côté engagé dans votre maison, dans votre travail ?

M. C. –Pour moi, il existe un engagement majeur. Celui de mettre en avant toutes les déclinaisons possibles de ce qu’être arabe veut dire et ce qu’être en lien avec le monde arabe veut dire. L’engagement, s’il y en a un, consiste à travailler sur un tissage. Il s’agit de lier “être arabe” avec un grand patrimoine poétique et visuel, ainsi qu’avec une diversité et une production graphique aussi plurielle que celle de Walid Taher. L’histoire de la Méditerranée dont j’ai parlé plus tôt dans l’entretien n’était pas une image gratuite. Je pense vraiment que la perception graphique qu’on peut avoir des choses, entre la ligne, le gouffre, ou un tissage, ne donne pas la même conscience de soi et de la relation à l’autre.

Mais je n’ai pas tellement envie de m’engager exclusivement sur la question du lien avec le monde arabe, bien qu’il soit sûr que ça y participe.

On me renvoie de plus en plus à la question de l’engagement. Aujourd’hui, le simple fait de mettre les deux langues ensemble relève de l’engagement et, ne vous y trompez pas, ce n’est pas vrai que d’un côté ; c’est-à-dire « de mon côté » français. « De l’autre côté » [arabe], j’ai vécu des situations très étonnantes.

Par exemple, au salon du livre de Montreuil, un homme syrien, responsable d’un programme d’acquisition de livres arabes pour la bibliothèque de Munich est venu me voir car il voulait des livres arabes.

Je lui ai donc dit que je n’avais que des livres arabes, mais lui voulait de « vrais livres arabes ». Comme je ne comprenais pas ce que cela voulait dire, il m’a expliqué que « des livres arabes sont des livres faits par des Arabes. » Je ne pouvais donc plus lui proposer les albums comme Poèmes en paysage, bien que je puisse vous expliquer pourquoi Poèmes en paysage m’évoque la jâhilîya, la poésie anté-islamique, pourquoi Les Chaises – un recueil qui parle de toutes les chaises sur lesquelles on s’est assis dans une vie – a un lien profond avec la poésie arabe. Ce dernier me fait penser à un poème de Mahmoud Darwich, dans lequel l’action de faire son café fait revenir toute la mémoire du monde. Ainsi, l’objet devient le lieu de convocation de la mémoire.

Finalement, il n’y a même pas besoin d’argumenter, car on a le droit de publier dans les deux langues, même si pour chaque poème il y a un tissage. Mais, cet homme voulait de « vrais livres arabes » et, au bout d’un moment, j’ai compris qu’il parlait de livres écrits par des gens avec des noms arabes.

Je lui ai dit que je trouvais cette démarche embêtante parce que, dans le cas contraire, si l’on ne devait garder dans la littérature française que les livres d’auteurs avec des noms français, on serait obligé de balayer de grandes œuvres. J’ai joué le jeu et je lui ai dit : « vous voyez, Walid Taher est un vrai Arabe, Salah Elmour est un vrai Arabe, Salah Jahine est un vrai Arabe, Hilmi Touni est un vrai Arabe ».

Il a donc choisi un des Roubaiyat, et lorsqu’il l’a ouvert, a dit « Ah non mais ce n’est pas de l’arabe ». Il s’agit d’un dialecte égyptien. Il y avait donc des critères qui ne faisaient que se superposer, pour être un vrai Arabe. Il fallait avoir un nom arabe et que ce soit écrit en arabe littéraire. Donc tout le reste de la production, pour lui, sortait du champ, et c’est là que je me suis dit qu’il y avait un vrai problème. C’est la raison pour laquelle je réponds sur « l’autre côté » parce que vous vous attendez à ce que je parle de voile, de barbus, d’islam et de djihadistes. Ce n’est pas que le sujet soit inintéressant mais j’ai pas du tout envie d’y rentrer. Pour moi, il sort complètement du cadre de la même façon, que ce monsieur qui voulait de « vrais livres arabes ». C’est là que l’on voit que le tissage devient de l’engagement. Mais, enfin, nous sommes loin d’être les seuls à faire ce tissage-là. On va demander à Walid.

W. T. – Je n’ai pas du tout une impression d’engagement politique, cependant j’ai tout à fait une sensation d’engagement humaniste. J’ai envie de travailler sur la continuité de ce que l’humain veut dire et ne pas m’intéresser à ce que les revirements de la question politique peuvent impliquer. Je travaille sur la continuité de l’humain.

Je pense que ça va être le mot de la fin. Merci de votre participation. Nous allons laisser maintenant la parole au public.

Bonjour, je ne sais pas si ça a été évoqué, en tout cas je n’ai pas relevé : les traductions en français, c’est vous, Mathilde, qui les faites ?

M. C. –Depuis que Le port a jauni est devenu une maison d’édition à part entière en septembre 2015, on évolue et les choses bougent beaucoup. Pour les premières traductions, il y avait un traducteur qui traduisait du français vers l’arabe et je m’occupais des traductions de l’arabe vers le français. C’était une toute petite équipe.

J’ai traduit, par exemple, les Roubaiyat et le Katkout, mais depuis c’est avec grand plaisir que je me retrouve en position de chef d’orchestre. Je trouve qu’il y a vraiment quelque chose de très artistique et très jubilatoire dans le fait de faire soi-même les livres et de les faire en orchestre avec Benoît Guillaume, Ramona Badescu, Walid bien sûr, et toute une équipe d’auteurs-illustrateurs et de traducteurs.

Donc maintenant, en fonction de la nature du texte, j’ai plusieurs traducteurs. Nous sommes six, à peu près, à traduire. Par exemple pour Mu’allaqa, c’est Nathalie Bontemps s’est occupée de la traduction parce qu’elle est poète et qu’elle est une remarquable arabisante. Elle a vécu dix ou quinze ans en Syrie et a une connaissance très fine de l’arabe.

Ce n’est donc pas une traduction qu’elle a fait mais une adaptation. Elle a fait une vraie production littéraire. Maintenant, du français vers l’arabe, c’est principalement Nada Issa qui s’en occupe, et qui est très subtile dans sa traduction en arabe.

Bonjour, est-ce que vous vendez vos livres dans le monde Arabe ? Si oui, comment sont-ils reçus ?

M. C. – Les livres sont vendus en France via la diffusion-distribution des Belles lettres depuis un an et demi, ou deux ans maintenant, et c’est vraiment une joie de travailler avec cette équipe de représentants qui vendent des livres et non pas des boîtes de conserves ou des chaussettes. Dans le monde arabe, il est en train de se passer une chose intéressante, car on a une légitimité symbolique croissante. Walid a remporté l’année dernière le prix Mahmoud Kahil, qui est le prix de l’illustration dans le monde arabe, avec un livre qui s’appelle Balad, dont on n’a pas parlé ici [mais dont vous voyez une des images dans l’affiche]. C’est un très beau livre sur l’exil, très métaphorique et qui possède aussi une dimension politique. Je suis honorée qu’on l’ait fait ensemble. C’est donc Walid, avec ce livre, qui gagne le prix. C’est à la fois très étonnant et très réjouissant que le monde arabe récompense des livres faits ensemble. Ensuite la diffusion-distribution étant ce qu’elle est dans les pays arabes, il n’y a pas de diffusion internationale, il n’y a pas de diffusion internationale dans les pays arabes [de diffusion organisée entre les différents pays arabes], il n’y a pas un diffuseur qui prend les livres et les dépose du Maroc à l’Irak, sachant que ce serait possible puisque c’est une langue qui est apprise dans les écoles du Maroc à l’Irak.

Toute personne lettrée, et même tout enfant lettré, peut lire les livres du Port a jauni. On compte une exception avec les Roubaiyat qui sont en égyptien, mais l’égyptien étant une langue autoritaire et dominante, il est lu et compris dans beaucoup de pays du monde arabe. Bien que nous ayons quelques points de vente, ces derniers sont toujours mis en place au gré des rencontres humaines. Si quelqu’un que l’on connaît part au Maroc, on lui donne une valise, qu’il remettra à une personne, qui l’apportera à un point de vente potentiel ou encore à une autre personne… Pour le moment, c’est comme cela que l’on fonctionne et je pense que seul l’établissement de partenariats pourrait changer cette situation. C’est d’ailleurs ce qu’avait fait Farouk Mardam-Bey des éditions Sindbad Actes Sud, mon mentor, ma source d’inspiration première qui soutient beaucoup tout ce que l’on fait.

Il m’a longuement expliqué comment il avait résolu cette question de diffusion-distribution dans les pays arabes, car pour nous, il s’agit, encore aujourd’hui, d’une question primordiale. Il y est donc parvenu en établissant des partenariats avec des éditeurs dans chaque pays, au Maroc, en Algérie, en Égypte… Walid est d’ailleurs en discussion en Égypte mais on rencontre encore certaines difficultés. Par exemple, il nous arrive de rencontrer des libraires français qui aiment nos livres, les achètent pour eux mais qui ne les présentent pas dans leur librairie. Je ne sais pas pourquoi, soit parce que c’est en arabe, soit parce qu’ils pensent que c’est trop compliqué à vendre. De la même façon, les éditeurs arabes aiment beaucoup notre travail et nous décernent des prix, mais ils ne veulent pas acheter les droits de nos livres parce qu’ils considèrent qu’ils sont trop ardus, trop poétiques.

Mais on est en train de gagner quelques premières batailles qui disent qu’on en gagnera d’autres. Pour la première fois, on est en train de faire une vente de droits en Égypte du livre Balad, et c’est très important que les livres soient republiés dans les pays arabes.

Bonjour, merci beaucoup de partager votre expérience avec nous. Est-ce que vous savez qui sont vos lecteurs ? Plutôt des personnes bilingues ? Des enfants, des adultes ? Est-ce un public tourné vers la poésie ?

M. C. – C’est une question pour moi, je ne peux pas demander à Walid de vous répondre. D’après les salons et le retour des représentants, les premiers acheteurs du Port a jauni sont des artistes. Ce sont des gens qui choisissent les livres pour des raisons poétiques ou artistiques. Et après, de toute évidence, toute personne qui a un lien – et nous sommes quand même nombreux à avoir un lien avec le monde arabe –, quel qu’il soit, qu’elle soit « d’origine », ou que ce soit un voyage, ou qu’elle possède un intérêt intellectuel, ou encore un engagement politique… Mais le bilinguisme français-arabe n’est pas la première chose que les gens voient étonnamment. La première chose que les gens voient, c’est la dimension esthétique, et ça me fait très plaisir, car c’est le but. Cela élude la question de l’identité, même si je m’applique à ne plus jamais dire le mot « identité ». Cependant il est vrai que souvent on prend un livre parce que la mère du petit garçon est algérienne et son papa est français ou son papa est syrien et sa maman est chinoise, et cela joue dans les lectorats. Et après, pourquoi est-ce que les libraires défendent les livres, ça c’est une autre question, et pourquoi est-ce que les médiathécaires choisissent les livres, ça c’est encore une autre question. Les plus ferventes supportrices – ce sont souvent des femmes – du Port a jauni, sont les médiathécaires parce qu’elles voient très bien où elles vont mettre le livre, elles voient très bien dans quelles circonstances il va être lu, elles voient très bien quelle maman va s’asseoir à côté de son enfant et enfin pouvoir lui lire une histoire pendant qu’il la lui reraconte en français. Elles, elles voient tout ça, c’est une autre dimension du lectorat, c’est celle que je ne vois pas forcément, moi.

Je suis ravie d’être parmi vous, je suis tunisienne, et l’ironie du sort fait que je connais les livres de Walid Taher et votre maison d’édition. C’est extraordinaire de les découvrir, d’autant plus que j’écris des poèmes, j’aime beaucoup la poésie arabe et française et je suis enseignante. C’est très beau ce que vous faites. On dit « traduire c’est trahir », mais avec vous, je jouerai sur la syllabe tra-, vous travaillez pour faire un tissage culturel, un tissage de langues, c’est fantastique. Malheureusement vos livres ne parviennent pas, par exemple, en Tunisie ou en Algérie…

M. C. – Merci. Et vous ne faites que raviver le souci, dont non seulement j’ai conscience mais qui est aussi un objectif de travail dans les années à venir, qui est comment faire ? Vous m’auriez dit « je suis marocaine », je vous aurais dit « ah, attention, au Maroc, on a quatre points de vente, la Librairie des colonnes à Tanger, Kalila Wa Dimna à Rabat, Le Carrefour des livres à Casablanca et Sarrazine à Marrakech, donc il faut aller leur demander ». Mais, effectivement, l’Algérie c’est l’écueil. On est en discussion avec les éditions Barzakh, j’aimerais arriver à développer ces partenariats pour que les livres traversent les frontières, car les faire entrer en Algérie, par exemple, c’est compliqué. Et en Tunisie nous cherchons des points d’accord. En soi ce n’est pas compliqué, il suffit juste qu’un éditeur veuille les publier. Mais on peut discuter, si vous voyez des points de vente précis qui pourraient être intéressés, je vous donne un carton de livres, et ils voyagent.

Bonjour, j’ai une question qui concerne les illustrations. Ce qu’on remarque, c’est la diversité de styles des illustrations, même si on reconnaît une certaine identité, celle de Walid Taher, fait-il ses choix ? Est-ce que ça vient de lui ? Une demande de l’éditeur ? De l’auteur du texte ? Et est-ce que cette diversité de styles est un atout ou peut lui être reproché ? J’ai parfois l’impression que l’on demande à l’illustrateur d’avoir une identité très marquée, alors que dans ce cas, au contraire, on voit une grande diversité.

W. T. – Pour répondre à la première question que vous me posez – à savoir qui choisit le style que l’on va adopter pour le livre –, c’est le texte qui choisit. L’image est ma traduction, à moi. Enfin, c’est une traduction. De mon frottement avec un texte, je cherche quels outils, quelles sensations, tout ce qui émane d’un texte, et la façon dont je vais le traduire. En fait, le livre, c’est lui qui réussit, ou qui ne réussit pas. Quelque part, ce n’est pas mon problème. Je fais ce que je peux pour qu’il réussisse mais, finalement, c’est le livre qui est une réussite, c’est lui qui réussit à devenir livre. Dans le monde arabe comme en France, les éditeurs aiment bien reconnaître un style, et qu’un style soit reconnaissable, parce que c’est plus vendeur. Pour moi c’est vraiment un danger et j’aime bien leur faire des surprises. Parfois ils ne sont pas vraiment ravis de mes surprises et ils me disent « non moi je voulais un livre qui ressemble au livre untel ».

M. C. – Je peux vous répondre, en tant qu’éditrice, sur comment les différents styles apparaissent. Alors pour le coup, j’aime les surprises. D’une part, effectivement, Walid est absolument incontrôlable d’un point de vue artistique, c’est-à-dire qu’il fait absolument ce qu’il veut, et vous ne risquez pas de lui faire faire deux fois un dessin. Donc une fois que cela est acté, c’est une grande aventure car, par contre, il a une production artistique absolument volubile, donc il peut faire trois livres par an sans aucun problème, plus les cinq ou dix qu’il fait pour les autres éditeurs, car il continue, bien sûr, à travailler pour le monde arabe.

Bonjour, merci pour cette rencontre, je suis très touchée parce que vous faites. Je travaille dans des écoles maternelles, dans les quartiers nord, vous avez parlé d’ateliers, est-ce que vous venez dans les écoles ou est-ce qu’il faut venir… ?

M. C. – Non, j’aime bien aller chez les gens. J’aime voir comment travaille un illustrateur, je passe des mois et des semaines à aller voir les ateliers d’illustrateurs, c’est comme ça que naissent les livres, je vois des séries de dessins. De la même façon, je préfère venir dans votre école, et aussi parce que pour les enfants, c’est bien d’aller leur rendre visite dans le lieu de l’école. J’aime beaucoup rentrer dans les écoles. Donc chaque titre du Port a jauni a un atelier, chaque atelier a pour objectif qu’à la fin, qu’il dure une heure et demie ou qu’il dure six jours, l’enfant reparte avec un livre qu’il a fait, avec de l’illustration et de l’écriture. Et que l’enfant ait travaillé la question de la narration graphique et de la narration textuelle, de l’articulation entre les deux, et de préférence leur faire prendre conscience du grand espace qu’il peut y avoir à travers un même thème. À partir d’un même thème, on produit un texte, on écrit un texte, on dessine, et l’espace blanc qu’il y a entre les deux, c’est-à-dire que le dessin n’est pas une illustration du texte ni le texte un récit du dessin, mais il y a entre les deux ce grand espace qui est l’espace du créateur-lecteur, de celui qui va faire naître le livre, l’espace dont parlait Walid quand il disait que le livre n’a qu’à se débrouiller tout seul, c’est le lecteur qui se débrouille tout seul. Chaque titre a un atelier, et nous sommes très modulables, on adapte en fonction du temps que l’on a, mais chaque enfant va repartir avec un petit livre qu’il aura fait lui-même. Et, là où c’est très nourrissant pour nous – ce n’est pas du tout un nous de majesté, c’est un nous de l’équipe du Port a jauni – c’est que tous les auteurs de la maison d’édition sont aguerris dans le fait de faire des ateliers, la plupart en tout cas. Même Walid quand il est arrivé d’Égypte, il me disait « mais qu’est-ce qu’on va faire dans les écoles ? – On va faire des ateliers, Walid. – Mais ça sert à quoi ? », parce qu’il n’y a pas eu les années 70 et l’éducation populaire en Égypte. Et maintenant on sort un atelier et on rêve des graines que l’on vient de semer dans la tête de ces enfants. Donc ça a été très intéressant de voir comment on peut mener des ateliers ensemble, avec Walid, qui, comme vous pouvez le voir, a beaucoup progressé en français [ironique], au bout de trois ans. Walid arrive très bien à faire des ateliers maintenant, sans parler avec les enfants, en dessinant avec eux, c’est-à-dire l’inverse, au niveau pédagogique, de ce que je prêchais au début, surtout « on ne dessine pas à la place des enfants ! », maintenant oui, on dessine en même temps, ensemble. Il a fait évoluer les pratiques. Il y a également des livres qui sont le résultat de consignes d’ateliers. Par exemple il y a quelques années on m’a commandé des ateliers d’écriture avec des enfants qui étaient primo-arrivants, les UPE2A3, et ils étaient complètement bloqués, pas seulement par la langue, ils étaient bloqués aussi parce qu’ils arrivaient de Syrie ou d’ailleurs et qu’ils étaient tétanisés. Alors, Mo Abbas, un des principaux artisans des ateliers d’écriture du Port a jauni, a dit « mais moi j’ai une consigne d’atelier super pour ça, tu les fais écrire sur toutes les tables autour desquelles ils ont mangé, tu leur fais raconter, vous faites une liste version Perec de toutes les tables et ensuite vous en choisissez une, chacun en choisit une et raconte pourquoi cette table-là est importante pour lui, tu convoques la mémoire par l’objet ». Quelques années après, on a fait Les Chaises sur ce même principe. Il arrive souvent que ce soit les consignes d’ateliers qui donnent ensuite naissance aux livres.

W. T. – J’ai envie d’exprimer un désir, un espoir, j’aimerais qu’on continue ce projet d’édition, pas uniquement nous, mais vous, d’autres, des projets fondés sur l’idée de traduire, parce que traduire et lier ça à des projets artistiques, à la littérature et à la poésie, c’est le moyen de se rencontrer, ce n’est pas la télévision.

C. V.-S. – Mathilde me disait « est-ce que c’est le mot de la fin ? », alors effectivement ce n’est pas le mot de la fin, justement, je rejoins ce que disait Walid, ce n’est pas le mot de la fin, cette rencontre, et sans doute que les questions en ont témoigné, ouvre beaucoup, c’est ce qui est formidable. Quand les portes vont s’ouvrir, vous allez retrouver les livres à l’extérieur, ceux dont on a parlé puis ceux dont nous n’avons pas eu le temps de parler, parce qu’on aurait pu rester ensemble encore très longtemps et parler de beaucoup d’autres livres. Donc nous, avec les étudiants, nous vous remercions d’avoir partagé ce moment avec nous, nous remercions évidemment Mathilde et Walid pour ce moment et pour l’année que nous avons passée avec eux, avec leurs livres, dont vous avez compris le plaisir qu’elle nous a donné. Moi non plus je n’ai pas le mot de la fin, sinon remercier encore une fois nos invités, remercier l’Alcazar, vous inviter à la découverte de L’île aux livres, et, bien sûr, remercier les étudiants.

M. C. – Je ne vais pas te laisser finir toute seule. Cécile Vergez-Sans, quand on s’est rencontrées, on était chercheuses toutes les deux, on faisait notre thèse sur les livres pour enfants. Et c’était une surprise et un honneur qu’elle choisisse Le Port a jauni pour travailler cette année. Parce que vous vous êtes rendu compte que c’est une petite maison d’édition. Il y en a des moyennes et des très grosses en France. Nous, c’est vraiment microscopique. C’était joyeux, toute l’année, de savoir que vous étiez en train de décortiquer le catalogue et de travailler sur nos livres et c’était un plaisir de voir la compréhension que vous en avez eue, par la façon dont vous avez mené la rencontre, et je vous en remercie beaucoup.

Affiche de la rencontre publique avec les éditions Le Port a jauni, organisée par le master « Monde du livre » d’AMU et l’Alcazar, Marseille, 27 mars 2019
  1. Aix-Marseille Université, département de Lettres modernes[]
  2. Centre de conservation du livre pour la jeunesse à la Bibliothèque de l’Alcazar, à Marseille.[]
  3. Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants ou UPE2A[]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search