Les Banques de Ressources Numériques Éducatives

Depuis un certain nombre d’années, le ministère de l’Éducation nationale met en avant les possibilités offertes par le numérique et tente d’imposer de nouvelles technologies dans les pratiques d’enseignement. C’est dans cette optique que le ministère lance, en 2016, un appel d’offres pour le développement de Banques de Ressources Numériques Educatives (BRNE). 

 

1. Définition et genèse

C’est donc en 2016 que l’Éducation nationale a conduit une importante réforme entrainant une modification des programmes de l’école primaire et du collège qui s’est fait dans un véritable climat de tension. Cette réforme fut accompagnée d’un plan numérique qui en revanche est passé assez inaperçu aux yeux du grand public. Pour l’Éducation nationale, il ne s’agit pas de mettre à la disposition des professeurs et des élèves du matériel informatique, mais bien de développer des banques de ressources numériques éducatives, des contenus pédagogiques dématérialisés.

Le projet consiste à fournir des milliers de contenus, de services et d’outils associés comme des outils d’édition des ressources, de scénarisation et de suivi des élèves. Ces plateformes proposent des contenus didactisés et surtout accessibles « au sens de l’école inclusive pour les élèves aux besoins particuliers[1] ». Elles sont également adaptées à l’ensemble des usages, que l’on soit enseignant ou élève. Les services et outils associés constituent la partie interactive de la plateforme ; ils proposent à l’enseignant de réagencer, composer ou modifier les ressources en fonctions de ses choix pédagogiques.

On peut donner les résultats de l’appel d’offres de la réforme de l’école (cycle 3) et du collège (cycle 4)[2]. On remarque que les éditeurs scolaires historiques ont été les plus choisis (10 BRNE sur 14). De plus, Bayard est la seule maison grand public à avoir réussi à concurrencer les éditeurs spécialisés et pour cela, elle s’est associée à deux startup Educlever (spécialisé dans le e-learning) et Tralalere (spécialisé dans les contenus numériques éducatifs jeunes publics).

On note également la présence de ITOP éducation, une PME créée en 2003 et spécialisée dans le déploiement des Environnements Numériques de Travail (ENT) ainsi que celle de Maskott, une startup créée par des enseignants en 2004 qui est spécialisée dans la création et la distribution d’outils numériques pour l’apprentissage.      

Plus précisément, les résultats de l’appel d’offres sont donnés dans le tableau suivant[3] :

 

Cycle 3

Cycle 4

Français

BELIN

HACHETTE

Mathématiques

ITOP éducation

HATIER

Histoire-géographie

BELIN

BELIN

Sciences

BELIN

MASKOTT

Anglais

BAYARD

NATHAN

Allemand

DIDIER

HATIER

Espagnol

BAYARD/EDUCLEVER/TRALALERE

NATHAN

 

2. Les actions et les changements opérés chez les éditeurs

Pour les éditeurs scolaires, ce plan de développement de ressources numériques s’est révélé être un enjeu de taille. D’ailleurs, bien que de très nombreuses maisons aient répondu à cet appel d’offres, on remarque que chaque maison a des motivations qui lui sont propres. En effet, « un éditeur répond toujours à une commande institutionnelle [mais] proposer une offre ne signifie pas nécessairement qu’il y ait adhésion pleine et entière au projet[4] ».

Par exemple, les éditeurs qui ont du mal à recruter des profils spécialisés dans l’édition de ressources numérique ont pu nouer de nouvelles alliances avec des sociétés éditrices de plateformes ou encore des éditeurs de vidéos. D’autres maisons – les historiques telles que Nathan ou encore Hatier – ont pu répondre à l’appel pour conserver l’avantage concurrentiel qu’elles possèdent grâce aux manuels papiers et numériques et ainsi garder un certain monopole du marché. Enfin, pour discuter du cas de la maison Bayard en particulier, on peut supposer que l’objectif de l’éditeur grand public était d’explorer un nouveau marché, tout en renforçant sa visibilité dans un secteur qu’il connaît bien : la jeunesse.

Ainsi donc, lors de la création de ces plateformes numériques, le choix des partenaires a été une question centrale pour les éditeurs. Il est difficile de déterminer les raisons de leur choix et comme nous l’avons dit plus tôt, certains ont puisé dans leurs propres réseaux et d’autres ont noué de nouveaux partenariats. Par ailleurs, on peut supposer que les contraintes de calendrier ont poussé les éditeurs à aller au plus rapide. Par exemple, Hachette a recruté des spécialistes de l’infrastructure et de l’affichage dys- de chez Larousse. Or, le module utilisé est un jeu de polices de caractères déjà utilisé dans les ouvrages du livrescolaire.fr.

De plus, on peut noter que deux logiques se dégagent : la première consiste à s’appuyer sur un mode d’organisation industrielle proche de l’édition de manuels scolaires ; et la seconde consiste à expérimenter des modes d’organisation moins dépendante du contrôle éditorial. Plus précisément, d’un côté des acteurs ont présenté un processus de production éditorial classique auquel s’ajoutent des étapes supplémentaires. La construction de la banque relève de l’exploitation des ressources déjà incluses dans le catalogue de la maison auxquelles on rajoute par exemple des exercices interactifs. Ainsi, le contrôle éditorial reste à la charge de l’éditeur qui fait ponctuellement appel à des prestataires pour les fonctionnalités nouvelles.

De l’autre côté des acteurs, certains ont laissé la pleine maîtrise des formats ainsi que des contenus aux auteurs qui, très souvent, sont également enseignants pour se rapprocher au mieux des conditions et des pratiques d’enseignement en classe. D’autres ont fait le choix d’intégrer au cours du processus de développement des utilisateurs finaux – c’est-à-dire les enseignants, mais également les élèves – et de segmenter le processus pour s’éloigner d’un développement linéaire d’un projet encadré par un cahier des charges qui est un mode de développement plus classique.

 

3. Les problèmes soulevés par la mise en place de ces plateformes

Comme nous l’avons précisé plus tôt, ces BRNE ont donc fait l’objet d’un appel d’offres et un éditeur de contenus fut retenu pour chaque niveau de classe et pour chaque discipline. Il faut tout de même noter que cette démarche s’oppose à la culture de l’édition scolaire[5]. En effet, en France, l’offre de manuels a toujours été plurielle et ce changement de pratique peut apparaitre comme une menace pour la liberté pédagogique des enseignants dont le choix du manuel est fonction de son public d’élèves et de son projet pédagogique.

Malgré tout et en comparaison de la réforme des programmes, les BRNE n’ont pas réellement suscité d’inquiétudes. Bien évidemment, le fait qu’elles furent peu évoquées par les médias est l’une des raisons, mais elles furent également présentées comme une ressource complémentaire. Or, leur généralisation pourrait entraîner une diminution, voire même une disparition des financements pour l’offre plurielle des manuels papiers et numériques et ainsi, bloquer les enseignants dans leur démarche pédagogique.

De plus, la démarche de l’appel d’offres peut soulever un autre problème. Les manuels papiers et numériques sont conçus et réalisés par une équipe d’auteurs et d’éditeurs, puis sont proposés aux enseignants. Bien sûr, l’institution scolaire intervient pendant la fabrication – par l’intermédiaire de représentants du ministère, d’inspecteurs généraux ou encore d’inspecteurs pédagogiques régionaux – et donc s’assure de la conformité des ouvrages. Et lors de l’adoption des manuels par les enseignants, le ministère donne son avis sur les différents livres présents sur le marché. Mais cela n’empêchera en aucun cas un manuel qui n’est pas en conformité avec le programme officiel ou qui propose une méthode pédagogique particulière d’être adopté par l’enseignant.

Or les BRNE, parce qu’elles passent par un appel d’offres, ne pourraient en aucun cas offrir une proposition aussi dissidente. En effet, puisque les éditeurs proposent un projet au ministère et que celui-ci n’en sélectionne qu’un seul, l’institution pourra choisir celui qui se rapproche le plus de ses idées et des méthodes pédagogiques qu’il préconise. De plus, le fait que le ministère suive attentivement le travail de l’éditeur tout au long du développement de la plateforme numérique entraîne une orientation de la proposition éditoriale dans le sens qu’il souhaite. C’est comme si le manuel était soumis à une validation institutionnelle. La démarche d’appel d’offres entraîne donc un risque de formatage et la fin de la diversité de l’offre.

Enfin, il faut soulever le problème lié à l’accessibilité de l’offre. En ce qui concerne les manuels papiers et numériques, tous les citoyens peuvent les consulter sans problème, et en particulier, les parents d’élèves. Ce n’est pas le cas, pour les BRNE. En effet, elles ne sont accessibles qu’aux enseignants de la discipline et du niveau concernés. Pour avoir accès à une seule de ces ressources, il faut à la fois fournir une adresse mail académique et un code d’établissement. On met ainsi fin au droit de regard des Français sur le contenu des manuels de leurs enfants.

[1] « Les Banques de Ressources Numériques Éducatives du Ministre de l’Éducation nationale », 2017. http://youtube.com/watch?v=MCIpQJ3TF0g&t=659s

[2] Éduscol, site internet du ministère de l’Éducation nationale. https://eduscol.education.fr/

[3] ABENSOUR Corinne, GOMARIZ Frédéric, L’Édition d’éducation face aux défis du numérique, Paris, Éditions du cercle de la librairie, 2018, 104 p.

[4] « Mutations des filières de l’édition scolaire et du numérique éducatif à la lumière des BRNE », septembre 2017. http://stef.ens-paris-saclay.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHE=20264&OBJET=0017&ID_FICHIER=712664

[5] ABENSOUR Corinne, GOMARIZ Frédéric, L’Édition d’éducation face aux défis du numérique, Paris, Éditions du cercle de la librairie, 2018, 104 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search