Les héroïnes des mythes grecs à l’assaut des livres pour la jeunesse !

Depuis déjà quelques années, les librairies ont pris l’habitude d’aménager des étagères ou des rayons axés sur la mythologie dans leur secteur jeunesse, face à l’offre grandissante des éditeurs qui savent que ce domaine séduit les jeunes lecteurs. Mais loin de se contenter des versions « classiques », les histoires proposées laissent désormais une belle part à des réinterprétations plus modernes, où les héroïnes des mythes, qu’elles soient mortelles ou divines, se placent désormais sur le devant de la scène.  

Flora Boukri, Médousa, Gulf Stream éditeur, coll. “De l’autre côté du mythe”, tome 3, 2021, visuel de couverture de Noëmie Chevalier.

La mythologie grecque : un réservoir de récits merveilleux pour les plus jeunes

La mythologie grecque a été transmise jusqu’à nos jours par le biais de célèbres auteurs de l’Antiquité comme Ovide (Les Métamorphoses) et Homère (L’Iliade et L’Odyssée) pour ne citer qu’eux. Leurs récits, peuplés de monstres et de dieux, mettent en scène des héros glorifiés qui ont laissé une empreinte réelle dans notre imaginaire et même dans notre langue (ex : l’expression « talon d’Achille », les termes « narcissique » ou « médusé »). Achille, Hercule, Ulysse et bien d’autres, sont connus des plus jeunes pour leurs exploits au sein de formidables épopées. Les éditeurs ont pris l’habitude depuis des années de scinder le public jeunesse par âge dans un souci de cohérence. Classification que les autres professionnels ont ensuite reprise. Cependant, celle-ci n’est pas appréciée par tous, à commencer par les auteurs qui y voient une barrière invisible empêchant les lecteurs de s’intéresser à des livres rangés dans une section qui ne correspondrait pas à leur âge. Les contenus qui leur sont proposés répondent bien souvent à des codes matériels ou à un niveau d’écriture. L’âge du héros, le nombre de pages du livre, les thématiques abordées sont autant d’indices que les professionnels vont répertorier et classer selon un barème qui leur est propre[1]. Du côté des lecteurs, plusieurs critères vont susciter leur intérêt ou non pour le livre : l’identification à un héros et l’envie de suivre ses aventures sont parmi les premières raisons qui motivent le choix d’un livre selon une étude récente du CNL[2]. Le genre épique de ces histoires, les figures héroïques présentées, les monstrueux ennemis comme le cyclope ou l’hydre de Lerne, sont un ensemble de critères parfaits pour éveiller et émerveiller des générations de jeunes lecteurs. Bien que certains aient découvert ces héros via les adaptations sur grand écran réalisées au fil des ans (ex : Hercule des studios Disney, le film Troie datant de 2004 de W. Peterson), d’autres auront pu découvrir leurs aventures à travers les textes des auteurs antiques et leurs traductions. Ces textes sont aujourd’hui disponibles dans de nombreuses éditions, de façon plus ou moins édulcorées. De cette façon, ils peuvent être abordables pour des adolescents, ou au contraire davantage proches des textes antiques pour un public plus âgé, souvent scolaire. Pourtant les valeurs qui découlent des histoires transmises aux enfants ne sont désormais plus les mêmes. Les adjectifs et qualités qui étaient attribués aux personnages de ces histoires, notamment chez les femmes à cette époque, ne sont aujourd’hui plus réellement d’actualité. Désormais, les mythes transmis et adaptés pour un jeune public, présentent aussi des héroïnes, et leur point de vue sont désormais transmis par écrit dans ces récits !

Mais de quelles héroïnes parle-t-on ? 

Au sein de chaque grand mythe, se trouve une ou même plusieurs héroïnes qui viennent en aide au héros auquel est attribué une aventure. Malheureusement, la plupart du temps, certaines, en plus de n’être reléguées qu’en second plan, voient leur destin se terminer de façon tragique. Antigone est, certes une héroïne qui a eu droit à son nom sur une pièce de théâtre, mais Sophocle, comme Anouilh, ont chacun fait périr celle-ci de façon tragique. Les paroles de Cassandre, princesse troyenne célèbre de la guerre de Troie capable de voir l’avenir, ne seront acceptées par personne lorsqu’elle annoncera la chute de sa cité avant d’être assassinée. Toutes n’ont pas connu la mort mais il est certain qu’elles ne partagent pas le glorieux destin de leurs comparses masculins. Bien au contraire, Ariane, dont le célèbre fil sauvera Thésée d’une mort certaine dans le labyrinthe du minotaure, sera abandonnée sur une île par celui qu’elle aimait lorsqu’il repartira chez lui en héros. Pénélope, bien que louée pour sa ruse et son intelligence n’est souvent perçue que comme la « femme d’Ulysse » et son destin de dirigeante et de reine n’est jamais réélement décrit par Homère ne s’interessant uniquement dans l’Odyssée aux aventures de son époux. Les déesses ne sont pas véritablement épargnées par ce phénomène. Certaines ont bien évidemment comme Athéna su se démarquer, parce qu’encore une fois elles aident le héros à accomplir son destin, mais d’autres ont connu des sorts aussi peu enviables que ceux des mortelles. Perséphone, bien qu’étant une déesse, n’échappe pas à l’enlèvement et au mariage forcé avec son oncle roi des enfers, pour ne citer qu’elle.

Des réécritures qui remettent ces femmes à l’honneur

Aujourd’hui, les acteurs du livre, éditeurs comme auteurs, souhaitent se réapproprier ces histoires et revaloriser ces femmes qui ont contribué à la célébrité des mythes antiques. En réécrivant les évènements pour qu’elles se confrontent aussi aux monstres mythologiques, ou en faisant valoir leur point de vue, les auteurs parviennent à les faire sortir de ces éternels seconds rôles qu’on leur a longtemps attribués. Le quatrième tome de la série La Mythologie en cent épisodes – Le feuilleton d’Artémis en est un exemple récent soulignant le résultat d’une véritable démarche engagée de l’autrice contre ce schéma littéraire. Au sein de ce recueil sorti en 2019, ce sont de nombreux mythes tels que la guerre de Troie qui se retrouvent écrits du point de vue de la déesse de la chasse, offrant ainsi un nouvel angle d’attaque inédit à ces histoires maintes fois contées. L’autrice de ces livres est celle qui présente le mieux son héroïne : « Artémis est une déesse libre qui choisit son destin en fonction de ses désirs, de ses goûts, sans se conformer à aucun stéréotype.[3] ». En tant que déesse, le personnage se distingue déjà de la plupart des héroïnes mortelles ; cependant, son auteure fait aujourd’hui en sorte qu’elle « incarne la femme du XXI e siècle[4]». C’est l’image d’une femme forte, indépendante et combative qui est célébrée et montrée aux jeunes lectrices et lecteurs de ces livres. On notera aussi l’apparition de personnages féminins moins célèbres, et pourtant tout aussi intéressants comme Atalante, héroïne sauvage qui a vécu dans les bois et a mené des exploits héroïques tout en s’opposant à l’idée du mariage pendant très longtemps. Cette dernière est un autre exemple d’héroïne à contre-courant des idées et des préceptes de son temps qui se voit remise à l’honneur. Son attitude avant-gardiste pour l’époque inspire déjà deux titres dans différentes séries de Flammarion : Atalante la princesse des bois et Héroïnes et Héros de la mythologie grecque[5].

Artémis est une déesse libre qui choisit son destin en fonction de ses désirs, de ses goûts, sans se conformer à aucun stéréotype

Interview de Murielle Szac pour Bayard Editions, Murielle Szac dévoile le secrets du feuilleton d’Artémis, Youtube, 2019.

Des collections où ces héroïnes se déploient

Toutes les héroïnes ne se distinguent pas par les armes. Conter l’histoire du point de vue de celle qui a mis en place des stratagèmes ou ruses pour déjouer dans l’ombre les éventuelles menaces pouvant peser sur le héros, est aussi, un choix qui permet de les revaloriser. La collection « Histoires noires de la mythologie » chez Nathan n’hésite pas à raconter les mythes selon des points de vue féminins. Dans Les Cauchemars de Cassandre, on revient sur son don de voyance et c’est à travers ses yeux que le lecteur aborde le siège de Troie. Le titre Ariane contre le minotaure, quant à lui, met en avant celle grâce à qui Thésée a pu s’en sortir et Méduse Le mauvais œil revient sur le destin de la mortelle qui a été transformée en monstre. On ne découvre pas ici l’héroïne par le biais de Persée venant la terrasser, mais dans un contexte qui vient l’humaniser ce qui change notre perception de l’histoire.  

Ces livres sont des exemples précis, contenus le plus souvent dans un ensemble plus vaste : celui de la collection jeunesse. Ces collections ou séries centrées sur les mythes grecs, peuvent parfois prendre le parti de ne traiter que les figures féminines des mythes. L’éditeur Gulf Stream nous en offre un parfait exemple avec sa collection « De l’autre côté du mythe ». L’éditeur a un objectif : « […] rendre à ces voix de l’ombre la place qui leur est due : au cœur de l’histoire[6]». Cette série se concentre exclusivement sur les personnages féminins et va parfois jusqu’à réécrire et modifier de façon poussée l’histoire originelle afin que les femmes ne soient plus seulement des victimes sacrifiées. Gallimard jeunesse semble aussi jouer sur cet aspect avec sa série « Héroïnes de la mythologie » : l’histoire est en effet plus édulcorée, le ton davantage enfantin, mais les symboles et passages importants sont toujours présents. Le mythe devient accessible à des enfants plus jeunes et parvient aussi à transmettre les messages de l’histoire originelle tout en y insérant là-aussi des valeurs plus actuelles. Pénélope n’est plus seulement une jeune fille mariée qui va attendre patiemment Ulysse pendant 20 ans. C’est une dirigeante née qui parvient à éviter à Ithaque la ruine, un aspect du personnage sur lequel l’auteure a cherché à mettre l’accent. Sans Pénélope, Ulysse aurait trouvé un trône occupé, un pays effondré économiquement voire les deux à la fois lors de son retour de Troie.

Lore Olympus : une réécriture moderne du mythe de Perséphone au format numérique

Le renouvellement des textes et figures mythologiques passe aussi par le numérique. En 2018, Lore Olympus, une réécriture moderne du mythe de Perséphone est publiée sur la plateforme webtoon par Rachel Smythe. Le webtoon est un genre qui s’apparente à la bande dessinée ou au manga et qui se publie en ligne. Ce genre est né en Corée du Sud, mais aujourd’hui de nombreux éditeurs BD s’intéressent au phénomène et souhaitent aussi s’emparer de ce nouveau champ numérique de la lecture[7]. Dans le cas de Lore Olympus, le webtoon a tellement connu du succès sur la plateforme qu’il a rejoint le club très privé de ceux qui ont ensuite eu une publication en version papier. Transformé en roman graphique, le livre est paru en janvier 2022 chez Hugo Publishing en France.

Le Webtoon : l’avenir de la lecture ?

Outre son genre qui est susceptible de toucher beaucoup plus facilement un jeune public (c’est la tranche d’âge des adolescents qui est ici visée), Lore Olympus se veut être une véritable déconstruction du mythe originel. L’auteure le dit d’elle-même, la création des personnages passe par une réflexion sur l’adaptation de ces derniers dans notre monde actuel :

« I take their personalities and deconstruct them a little bit and then recontextualize them in like a modern-day. Some behaviors and traits like definitely work in the classical sense but they don’t make any sense in a modern setting[8] ».

Outre cette métamorphose des personnages, l’auteure cherche aussi à combler un vide. Comme elle l’explique, chez Ovide, Perséphone est une déesse fragile se faisant enlever, seules quelques lignes permettent de comprendre la finalité de son sort. Dans L’Odyssée, elle est déjà reine des enfers et se voit représentée aussi funestement que son royaume. C’est ce passage, cet entre-deux que l’autrice cherche ici à développer dans un décor plus moderne[9]. L’œuvre bien que se voulant romantique au contraire du mythe antique, n’abandonne pas totalement le sérieux de celle-ci. Des sujets plus durs sont montrés et questionnés : Perséphone se fait aussi violer dans cette version, (l’auteur du crime a changé et n’est pas celui du mythe originel). La solitude, la peur de parler, les dommages psychologiques, tout cela est appréhendé et c’est là encore une manière de donner la parole à un personnage jusqu’ici quasiment muet et une manière de sensibiliser les lecteurs à ces questions. Perséphone est un personnage auquel le lecteur cible peut facilement s’identifier. Ses peurs et ses joies d’adolescentes, son cheminement vers l’âge adulte qui passe par l’émancipation vis-à-vis de sa mère et des choix qu’elle lui impose, peuvent facilement résonner et trouver un écho chez les lecteurs ou lectrices.

Interview de Rachel Smythe auteure de Lore Olympus pour Webtoon, dans leur émission On the Air, en 2020, sur Youtube.

Que déduire de ce phénomène littéraire ?

Attardons-nous enfin sur les raisons de ce renversement. Pourquoi ces réécritures ont-elles prospéré, faisant parfois l’objet d’une véritable collection éditoriale ? L’évolution des mœurs, des valeurs et la prise en compte de plus en plus importante des questions féministes, peuvent être un premier élément de réponse. Les livres publiés sont bien souvent, notamment chez les éditeurs engagés, des reflets des questionnements actuels de la société. Les éditeurs indépendants, forts d’une ligne éditoriale engagée comme Talents hauts en sont un parfait exemple. Spécialisés dans le décryptage des stéréotypes et la lutte contre les discriminations (notamment sexistes), ces structures mettent en lumière des préoccupations qui n’étaient pas spécialement représentées par les anciens acteurs du livres. À cela s’ajoutent des questions d’ordre commercial. Si un sujet ou un modèle de personnage suscite de l’intérêt ou une forme d’engouement, cela signifie qu’il y aura un public pour acheter les livres représentant ces héros. C’est une donnée économique stratégique pour les éditeurs : mettre en avant des héroïnes, c’est porter certaines valeurs mais c’est aussi s’assurer des ventes d’un point de vue commercial. Tout cela s’est déjà démontré avec les votes des lecteurs qui, depuis quelques années, n’hésitent pas à préférer les héroïnes aux héros[10]. Ce phénomène de mise en avant des personnages féminins s’observe dans de plus en plus de romans pour la jeunesse de manière générale. Face à ce constat, de nouvelles interrogations surgissent. Ces héroïnes caractérisées par leur courage, leur force de caractère et d’autres traits qui ont souvent été l’apanage des héros classiques, seraient-ils en train de devenir un « standard commercial[11]. » ?


Bibliographie

Articles

Études

Documents audiovisuels

Sites web


Notes



Citer ce billet
hervele (2022, 6 août). Les héroïnes des mythes grecs à l’assaut des livres pour la jeunesse ! Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlx0

  1. Les Bibliothèques de la ville de Lausanne, Critères d’attribution des âges – public jeunesse, [en ligne], Direction de la culture et du développement urbain, 2020, p.5-6.[]
  2. Étienne Mercier, Tétaz Alice, Les Jeunes Français et la lecture, [en ligne], Centra national du livre (CNL), Ipsos, 2022, p.11.[]
  3. Bayard Éditions, Murielle Szac dévoile le secrets du feuilleton d’Artémis, [vidéo], Youtube, 2019, 0:51-1:00.[]
  4. TV5 Monde, Murielle Szac : Artémis une héroïne des temps modernes, [vidéo], Youtube, 2019, 0:23-0:25.[]
  5. Claudine C. Stupar, Panorama critique : les mythes grecs en littérature jeunesse, dans Nous voulons lire (NVL), n° 223, 2020, p. 43-44[]
  6. Gulf Stream éditeur, De l’autre côté du mythe, [en ligne], 2021.[]
  7. Laurence Houot, On vous explique pourquoi les éditeurs français misent sur le Webtoon, ce phénomène BD venu de Corée-du-Sud, [en ligne], France info, 2021.[]
  8. *J’ai pris leur personnalité et les ai déconstruites un petit peu et les ai recontextualisées dans un contexte moderne. Certains comportements et traits marchent dans un cadre classique mais ils n’ont aucun sens dans un contexte moderne. Webtoon, ON THE AIR w/ Rachel Smythe creator of Lore Olympus, Youtube, 2020, 0.17-0.20. []
  9. Shaennon Garrity, Flower goddess and Dead Queen: PW Talks with Racheal Smythe, [en ligne], Publiserhs Weekly, 2021.[]
  10. Anaïs Orieul, Les Héroïnes de de littérature jeunesse plus populaires que ces messieurs, [en ligne], terra.femina, 2016.[]
  11. Vivienne Albenga, Fictions pour la jeunesse : les nouvelles héroïnes cassent-elles vraiment les stéréotypes de genre ?, [en ligne], The Conversation, 16 novembre 2021[]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search