Bilinguisme et livre audio : quel apport pour la littérature jeunesse ?

Capture d’écran du site Bluedot : https://www.editionsbluedot.com/

Tandis que le passage de la tradition orale aux livres papier aura nécessité plusieurs siècles et innovations telles que l’industrialisation de l’imprimerie et l’alphabétisation, l’ère du numérique s’impose continûment et facilite l’accès à de nouvelles ressources. Parmi celles-ci, le livre audio et le bilinguisme.

Le livre audio représente-il un nouveau fer de lance dans le secteur de la littérature jeunesse et que peut-il lui apporter lorsqu’il est associé au bilinguisme ?
L’imprimé occupe incontestablement un rôle central en France, pourtant l’oralité est fondatrice pour la lecture et l’écriture puisque tout écrit peut être lu à voix haute. Cette dimension orale conserve une place de choix à travers les salons littéraires, la tradition des contes ou bien aujourd’hui les livres audio. Quant au bilinguisme, il gagne du terrain grâce au brassage culturel mis en œuvre par la mondialisation.

L’ascension du livre audio et du bilinguisme ces dernières années

Le livre audio : « un endroit silencieux où l’on prend le temps d’écouter » 1

Si le livre audio est né avec une forme physique, il a acquis depuis quelques années une forme numérique grâce aux différentes innovations d’enregistrement et de techniques sonores. Le lecteur étant aussi souvent collectionneur, l’adoption de la forme numérique restait lente et hésitante. Effectivement, la matérialité de l’objet livre ainsi que le contact au papier sont privilégiés au fichier audio2.

La tendance s’est cependant inversée lors des confinements successifs depuis 2020 dus à la Covid-19.
Entre 2020 et 2021, la vente du livre audio numérique a en effet augmenté de 13.4% à l’inverse du livre audio physique qui a perdu 16.4%3. De même, en médiathèques, l’emprunt de livres audio numériques a augmenté de 34% en 20204. Les confinements ont donc permis aux publics de se familiariser avec la dimension numérique. Lors de la pandémie, la notion de « temps pour soi » a été (re)découverte, faisant émerger par la même occasion de nouvelles activités. Le livre audio a conquis par sa praticité : il peut être écouté partout, tout le temps et permet un gain de temps et de mobilité5. Ce support permet aussi de stimuler l’imagination. Il implique l’exaltation des émotions grâce aux voix et aux bruitages qui sont associés à la lecture développant un nouveau plaisir de l’écoute6. Il devient possible de rencontrer des livres audio dans des langues étrangères voire en langues inventées pour les œuvres de fantaisie par exemple.

Les langues au service de la communication interculturelle

Il existe deux grandes catégories de personnes parlant une langue étrangère à celle du pays dans lequel elles habitent. D’une part, les individus ayant appris une langue différente de celle de leur pays et la pratiquant dans leur vie quotidienne grâce à l’avènement des réseaux sociaux par exemple. D’autre part, les immigrés dont la langue maternelle n’est pas la langue du pays d’accueil. Certains tentent de transmettre leur langue d’origine à leurs enfants tandis que d’autres voient la nécessité de leur faire apprendre une langue supplémentaire.

L’intérêt pour les langues étrangères en France n’est pas récent puisque certaines librairies dès la fin du XVIIIe siècle proposent déjà des œuvres en langues étrangères dans le but de les rendre accessibles aux immigrés, voyageurs et bilingues7. Il faut attendre le XXIe siècle pour que la littérature en langues étrangères soit complètement accessible aux enfants. L’éveil aux langues par les livres est intéressant puisqu’il favorise la découverte de la diversité linguistique et les réactions positives à ce sujet. La littérature jeunesse propose donc de nombreux ouvrages en langues étrangères parfois associés au livre audio afin de parcourir de nouvelles possibilités éditoriales.

Tour d’horizon de l’édition bilingue jeunesse

Si la littérature jeunesse est un secteur éditorial foisonnant en France, il en va de même pour la catégorie bilingue – à moindre échelle. L’omniprésence du conte depuis toujours et l’importance des abécédaires qui permettent aux enfants d’apprendre une langue sont concurrencées par les albums et romans. Ces derniers liant le plaisir de la lecture à l’apprentissage de la langue. Chaque maison d’édition possède cependant un angle d’attaque précis.

L’approche classique

Le catalogue de Didier jeunesse8 se compose principalement de contes et comptines. La collection « Comptines du monde » regroupe des livres CD dont l’audio est en langue originale (langues rares et dialectes comme le tzigane ou bien le breton). Les paroles sont transcrites à l’écrit puis traduites en français. « Les petits cousins » est également une collection de comptines en langues plus connues telles que l’anglais, l’italien et l’allemand. L’audio est sur CD ainsi qu’en ligne et propose la version originale suivie de l’équivalent en français. La transcription et la traduction sont aussi présentes sur le livre. Enfin, les livres de la collection « Les Bilingues » sont composés de deux textes suivis : un en langue originale puis un second en français. Aucun lien n’est fait entre les deux versions, ils sont simplement l’un à la suite de l’autre.

La non-traduction

Les éditions Syros proposent la collection « Tip tongue »9 dont les chapitres des livres passent progressivement du français à la langue choisie (anglais, allemand ou espagnol). Le protagoniste de l’histoire est français, visite un pays étranger et rencontre ses habitants. Il n’a donc pas d’autre choix que de parler dans la langue du pays pour se faire comprendre.

Les éditions Talents Hauts10, quant à elles, possèdent quatre collections bilingues. « Oops & Ohlala » et « Filou & Pixie » ne comportent des livres qu’en anglais et français dans lesquels un premier personnage par une langue et un second par une autre langue. « Filou & Pixie » propose des BD tandis que « Oops & Ohlala » s’adresse à des lecteurs plus petits souhaitant lire des albums. Les collections « Mini Dual » et « Dual » ont un fonctionnement différent : les chapitres sont successivement en français puis en anglais. L’alternance de langues implique un niveau un peu plus important du lecteur : la « Mini » se propose pour le niveau A2 et la « Dual » pour les B1. Cette dernière se décline en trois collections destinées à trois langues : l’anglais, l’espagnol et l’allemand.

Pour ces deux éditions, le parti pris de ne pas traduire les textes est intéressant pour l’importance du rôle donné aux illustrations et aux contextes. L’enfant doit fournir un effort de réflexion. De même, des fichiers audios sont gratuitement téléchargeables sur le site internet.

Les langues secondaires

Enfin, les éditions L’Harmattan ne publient que des livres en langues peu connues à travers la collection « Contes des quatre vents »11 proposant des livres mono, bi ou tri lingues. Le parti pris de n’utiliser que des langues rares comme le créole, le bambra ou le mawinatongo par exemple est intéressant car il ouvre la littérature bilingue à d’autres populations mais représente un risque éditorial certain. Par ailleurs, il n’existe pas de version audio de ces œuvres, ce qui est dommage étant donné l’importance de l’oralité des langues, notamment pour les enfants.

Focus sur les éditions Bluedot : une posture particulière

Les éditions Bluedot12 ont réussi à se démarquer de leurs collègues dans un paysage très fourni grâce à leur politique éditoriale qualitative et engagée : le bilinguisme y est lié à la pédagogie et l’écologie.

Capture d’écran du site Bluedot : https://www.editionsbluedot.com/

Qu’est-ce-que le point bleu ?

Bluedot se traduit mot pour mot de l’anglais par « point bleu » en français et symbolise la planète Terre.

C’est une maison d’édition indépendante spécialisée en littérature jeunesse bilingue : chaque paragraphe anglais est traduit en français. Les livres incluent des fichiers audio gratuits sur le site internet. Bluedot est né en 2014 à Lyon de l’initiative d’Anne Bellon et Sara Novello. Leur devise : « Des livres à lire, écouter, regarder », le but étant de proposer un catalogue éveillant à la protection de l’environnement et permettant de pratiquer la lecture bilingue. Les quinze albums publiés possèdent tous une version audio et sont accessibles aux enfants à partir de 3 ans.

Les éditrices ont pour volonté de publier des livres qualitatifs sur du papier à grain, les illustrations sont travaillées sur papier et non en numérique afin de doter les livres d’une qualité particulière. De même, les auteurs et illustrateurs sont tous spécialisés dans des secteurs différents tels que la haute couture ou bien la scénographie. Quant aux illustrations, les techniques et outils varient des crayons aux encres en passant par les collages.

La particularité bilingue de leurs œuvres permet aux deux jeunes femmes de publier à l’international.

L’écologie : premier pilier de la maison

Les éditions Bluedot portent une attention particulière à différents points de leur production. Que ce soit pour le livre en tant qu’objet ou bien son contenu lui-même, les ambitions écologiques de la maison s’affirment.

La conception et l’impression des livres sont effectuées en minimisant autant que possible leur empreinte écologique. Les éditrices travaillent avec des labels tels que PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification) pour la gestion durable des forêts et IMPRIM’VERT qui correspond à un imprimeur respectueux de l’environnement. L’imprimeur est d’ailleurs basé dans la Loire et les auteurs illustrateurs sont principalement de la région Auvergne Rhône Alpes. De la même manière, Bluedot propose sur son site internet une liste de partenaires acteurs dans la défense de l’environnement. Sont donc mises en avant des associations telles que : BLOOM contre la destruction des océans et des pêcheurs ou bien le salon Primevère présentant des alternatives militantes et éthiques à la société actuelle. L’écologie se retrouve par-dessus tout dans les albums dont les thèmes sont liés à la nature et la protection de l’environnement. À travers les livres, les enfants sont sensibilisés à l’importance des jardins, la cause des animaux marins, etc. Certains albums sont également accompagnés de fiches pédagogiques ou de postfaces réalisées par des professionnels. Ces textes introduisent les enfants aux sujets écologiques abordés dans les livres et leur communiquent des informations sur les partenaires liés à ces causes.

Capture d’écran de la fiche Le rêve des dragons : https://www.editionsbluedot.com/albums/le-reve-des-dragons/

Les dimensions bilingues et audio de ces livres ouvrent la cause écologique à un public beaucoup plus étendu : les livres sont accessibles aux enfants qui parlent les deux langues. Également, les fichiers audio permettent aux jeunes lecteurs qui ont des problèmes de vue ou des troubles de l’apprentissage d’accéder à des contenus écologiques intégrés à des histoires.

La pédagogie : second pilier de la maison

Le format audio donne aussi accès à l’apprentissage d’une langue qui peut être compliqué lors de la lecture seule. Selon l’article « Le livre audio, une nouvelle dimension au plaisir de lire »13, les enfants atteints de troubles « dys » rencontrent des difficultés pour lire et se concentrer. Ils sont donc souvent accompagnés par un adulte qui effectue une lecture à voix haute. Cela leur permet de se souvenir des mots plus aisément et de réussir à les associer à une action. Dans ce contexte, le livre audio est une solution d’aide à l’apprentissage et à la compréhension. D’une part, il représente un gain de temps et diminue donc la fatigue oculaire qui survient lors d’une concentration prolongée. Ensuite, l’audio représente une certaine autonomie pour l’enfant qui peut se désolidariser de l’adulte qui lisait à voix haute : grâce à l’écoute de la version audio, le jeune lit la version écrite plus aisément et peut travailler seul.

Outre les enfants en difficulté, les livres audio bénéficient à tous pour la découverte et l’apprentissage de mots et prononciations d’une langue étrangère. Les livres du catalogue de Bluedot éditions ont pour vocation de sensibiliser les enfants à l’anglais et à différentes cultures au travers du format audio. C’est le cas de Dannbi, la recette magique qui introduit les habitudes culturelles des coréens. L’association des deux permet un niveau de compréhension plus important. Il est alors extrêmement intéressant pour l’éditeur d’employer des conteurs pour la production d’une piste audio qualitative et attrayante.

Le catalogue de la maison est également riche en ressources annexes aux livres. Sur les fiches des albums apparaissent des coloriages, jeux ou planches naturalistes inclus dans les livres mais que le lecteur retrouve gratuitement sur le site internet. Ces ressources semi-pédagogiques stimulent la réflexion de l’enfant.

Au terme de cet article, on se rend compte que l’utilisation du livre audio est en constante progression. Il n’a de cesse de s’améliorer afin de répondre à de nouvelles attentes telles que faciliter l’apprentissage, susciter la curiosité et renouveler l’acte de lecture. Lorsqu’il est mis en relation avec le bilinguisme en littérature jeunesse, le livre audio offre aux maisons d’édition un nouveau support à explorer afin d’attiser la curiosité des enfants sur des sujets sociétaux importants et d’actualité comme l’écologie ou l’importance de la diversité culturelle et linguistique.



Citer ce billet
moutonga (2023, 15 juin). Bilinguisme et livre audio : quel apport pour la littérature jeunesse ? Monde du Livre. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxc

  1. « L’écoute d’audiolivre comble un besoin : c’est presque une addiction » Frederica MALINVERNO, ActuaLitté, 20/10/2021. Disponible sur : https://actualitte.com/article/103038/audiolivres/l-ecoute-d-audiolivre-comble-un-besoin-c-est-presque-une-addiction[]
  2. « Le livre audio, une nouvelle dimension au plaisir de lire », SNE, 11/04/2018. Disponible sur : https://www.sne.fr/actu/le-livre-audio-une-nouvelle-dimension-au-plaisir-de-lire/[]
  3. « États-Unis : croissance de 12,2% pour le marché du livre en 2021 », Clément SOLYM, ActuaLitté, 26/01/2022. Disponible sur : https://actualitte.com/article/104454/economie/etats-unis-croissance-de-12-2-pour-le-marche-du-livre-en-2021[]
  4. « Baromètre sur les usages du livre numérique », SNE. Disponible sur : https://www.sne.fr/numerique-2/barometre-sur-les-usages-du-livre-numerique/[]
  5. « Le livre audio, une nouvelle dimension au plaisir de lire », Ibid.[]
  6. Ibid.[]
  7. « La librairie étrangère à Paris au XIXe siècle. Un milieu perméable aux innovations et aux transferts », Diana COOPER-RICHET, Actes de la Recherches en Sciences Sociales, 1999, n° 126- 127. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1999_num_126_1_3281[]
  8. Didier jeunesse. Disponible sur : https://didier-jeunesse.com/collections[]
  9. « Tip tongue », Syros. Disponible sur : https://www.syros.fr/recherche/collection/tip-tongue-1171[]
  10. Talents Hauts. Disponible sur : http://www.talentshauts.fr/27-bilingues[]
  11. disponible sur : https://jeunesse.harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=collection&no=150[]
  12. Bluedot. Disponible sur : https://www.editionsbluedot.com/[]
  13. « Pourquoi Utiliser un Livre Audio pour Dyslexique ? », Sandra, Livre Audio Gratui, 07/03/2019. Disponible sur : https://livreaudiogratuit.fr/pratique/livre-audio-pour-dyslexique/[]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search