L’alliance des maisons d’édition et de Netflix : l’exemple du Grishaverse

Helena4241, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Les liens entre le monde de l’audiovisuel et la littérature pour adolescents et young adult ont toujours été importants. Après le succès de certaines adaptations au cinéma de sagas littéraires comme Twilight, Harry Potter, Divergente, ou encore Hunger Games, ce sont désormais les plateformes de streaming qui s’emparent des titres littéraires pour les adapter sur leur plateforme. Cependant, la plupart le font en favorisant plutôt le format des séries à celui des longs-métrages. Devant un tel engouement, Livres Hebdo, revue professionnelle du monde du livre, n’hésite pas à dévoiler que : « 47 % des séries sont des adaptations littéraires »[1]. Avec l’arrivée sur la plateforme en avril 2021 de l’adaptation de la trilogie de Leigh Bardugo Shadow and Bone et la sortie de l’adaptation de Heartstopper d’Alice Oseman le 22 avril 2022, le géant du streaming s’empare des succès littéraires de la jeunesse afin de les mettre en scène.

Quelles sont les conséquences des plateformes de streaming pour le monde éditorial ?

Nous allons voir comment les différents acteurs de l’audiovisuel, et en particulier ceux du service de vidéo à la demande, se sont rapprochés des acteurs de l’édition. Après avoir effectué un état des lieux des liens entre les plateformes de streaming, avec un focus particulier sur Netflix, et les maisons d’édition, nous analyserons l’adaptation du Grishaverse de Leigh Bardugo et les conséquences de cette adaptation sur les livres de l’auteur.  

Pour une culture transmédiatique

L’expansion de Netflix et son activité de création de séries originales a amené l’entreprise à se rapprocher des maisons d’édition. Ces structures éditoriales sont devenues des ressources précieuses pour la plateforme, constamment en recherche de nouveaux projets d’adaptation. L’entreprise en vient même à signer des partenariats avec des maisons d’édition afin de s’accorder l’exclusivité sur l’entièreté de leur catalogue. Par exemple, en 2020, Netflix signe un partenariat avec la maison d’édition américaine de comics Boom ! Studio qui possède notamment les franchises Firefly, Dune ou encore Garfield.

« Nos industries se ressemblent »

Selon Juergen Boos, patron de la foire internationale de Francfort, les cessions de droit sont boostées par Netflix et par les acteurs du livre audio. La forte présence de Netflix dans les contrats de cession de droit amène à une modification de la composition des foires du livre ; en effet, la vice-présidente de Netflix a été l’invitée du CEO[2] Talk de la foire de Francfort en 2019. Lors de son discours, Kelly Lugenbiehl, vice-présidente des contenus créatifs internationaux de Netflix, a tenu à souligner les similarités entre les lecteurs et les publics présents sur cette plateforme : « Ils consomment une série par épisodes alors que les lecteurs enchaînent les chapitres, nos industries se ressemblent ».[3] Ceci est une preuve de l’importance des adaptations tirées de la littérature et du rapprochement qui s’effectue entre Netflix et les maisons d’édition. Depuis 2016, la foire de Francfort propose un événement « book-pitching : from book to screen » pendant lequel les professionnels du livre, qu’ils soient auteurs, éditeurs ou agents, peuvent défendre un titre de leur choix devant des producteurs de cinéma. Nous retrouvons un événement similaire pendant le festival de Cannes avec « Shoot the Book ! » qui a eu lieu pour la première fois en 2019. Pour les entreprises de l’audiovisuel, les foires du livre sont des lieux de prospection, Kelly Lugenbiehl a pu quitter la foire de Francfort en remportant les droits d’adaptation en série de trois titres littéraires. Cette forte présence des acteurs de l’audiovisuel dans les potentiels clients des cessions de droit poussent les éditeurs à analyser d’une autre manière les manuscrits qu’ils reçoivent : « Cela change même nos façons de lire les livres. Un titre qui ferait un bon long-métrage ne trouve plus preneur, contrairement à un livre qui possède les bons critères pour le petit écran, à savoir un univers singulier et des personnages forts. »[4] explique Maÿlis Vauterin, autrefois directrice des droits étrangers, audiovisuels et annexes des Éditions Stock. Cependant, Marie Dormann, directrice des droits annexes et dérivés chez Albin Michel, nuance ce propos : « C’est à la fois très excitant… et très aléatoire. Le pari des adaptations demeure une science très inexacte ! »[5]

« [Affirmer que Netflix a acheté les droits d’adaptation audiovisuelle pour une série] est la garantie que le livre va être mis en lumière pendant deux à trois ans, dans plusieurs pays, et avec, à chaque fois, une nouvelle salve de ventes de l’ouvrage. »

Pour les éditeurs, Netflix et sa horde d’abonnés (presque 10 millions en France selon Les Échos[6]) représente un nouveau marché à conquérir. Xavier D’Almeida, directeur de collection aux Éditions Pocket Jeunesse, se désolait dans un article pour Livres Hebdo de perdre des lecteurs « au profit de Netflix ». Un rapprochement entre les deux entités permettrait de compenser ces pertes et de potentiellement mettre fin à la concurrence entre Netflix et les éditeurs. Dans le même article, la directrice d’Hachette Romans, Cécile Térouanne, explique que la littérature young adult « est un secteur très difficile (…), après le boom des grosses licences, les ventes sont plus faibles et les succès incontournablement liés aux séries Netflix[7]. » Il devient donc indispensable pour les éditeurs de préserver des liens avec la plateforme de vidéo à la demande. Une adaptation devient un argument de taille pour la vente des ouvrages[8] » déclare Héloïse d’Ormesson dans un article pour Les Échos.  Cependant, les productions des dernières années nous forcent à nuancer notre propos. Christine Bager déplore : « Dans certains cas, le visionnage Netflix a remplacé les ventes de livres [9] ». Ainsi, le succès d’un film n’est pas forcément synonyme d’une augmentation fulgurante des ventes du livre.

Max Mustermann | ccnull.de https://ccnull.de/foto/a-person-holding-a-tablet-with-popular-on-demand-video-streaming-services-logos-on-the-screen/1047575

L’adaptation d’un livre en série ou en film ouvre un dialogue entre le monde de l’audiovisuel et celui de l’édition : « Si les adaptations d’œuvres sont depuis longtemps un enjeu de ce secteur aux récits très cinématographiques, elles sont aujourd’hui rejointes en masse par des novélisations et autres préquelles romancées, forme de produit dérivé qui doit être réalisé en partenariat avec le géant du streaming »[10]. On arrive alors à la création d’un univers avec des œuvres autant audiovisuelles que littéraires ; la série Netflix Strangers Things en est un exemple avec la publication d’une préquelle Stranger Things : Suspicious Mind chez Lumen en 2019. Un autre exemple notoire est la série littéraire Le Sorceleur de l’auteur polonais Andrzej Sapkowski. La saga de fantasy comprend une adaptation audiovisuelle par Netflix et une série de jeux vidéo par CD Projekt. Quand un éditeur cherche à promouvoir un nouveau titre, c’est tout un univers qu’il met en avant. Dans son mémoire de recherche sur la littérature young adult, Alexandra Grenon écrit à ce sujet : « Maintenant, les éditeurs font de la publicité et de la promotion pour les films en question, en plus de leurs ouvrages. C’est devenu monnaie courante pour tout éditeur, jeunesse ou non. La raison est simple : plus le succès du film est grand, plus la visibilité du roman qui est adapté le sera également. »[11] Nous arrivons sur une conception de la culture qui vient brouiller les frontières entre les différents formats et modes de consommation d’une œuvre : faire la promotion d’un ouvrage, c’est faire la promotion de tout un univers culturel. Cette nouvelle conception de la culture amène à la création de nouveaux acteurs ; en février 2022, Maÿlis Vauterin créé le bureau Matriochkas qui a comme but de favoriser les adaptations audiovisuelles d’œuvres littéraires. Le bureau se pose comme un intermédiaire entre le monde audiovisuel et éditorial. Matriochkas propose de faire la promotion d’ouvrages sur le marché de l’audiovisuel et de gérer les contrats de cessions de droit pour les maisons d’édition mais offre également aux producteurs et réalisateurs de rechercher les œuvres pouvant faire l’objet d’une adaptation.

Dans son livre Les Livres pour la jeunesse : entre édition et littérature, Bertrand Ferrier observe plusieurs degrés de porosité, cinq en tout, entre les différents médias lors d’une adaptation. Le degré 0 de porosité est lorsque l’adaptation n’a pas ou peu d’impact sur l’œuvre originale. Le premier degré de porosité s’observe lorsque qu’un livre est réédité avec une couverture qui effectue un rappel de l’affiche de l’adaptation. On cherche à maximiser l’impact de l’adaptation sur les ventes du livre. Le second degré de porosité se traduit par l’intégration d’éléments de l’adaptation dans le texte du livre, cela peut être notamment une modification du titre de l’œuvre pour privilégier celui choisi pour l’adaptation. Le degré 3 intègre encore plus fortement des aspects de l’adaptation au sein de l’œuvre originale comme une novélisation du film. Le degré 4 se signale par une réécriture du texte de l’œuvre d’origine en fonction de l’adaptation. Il existe un autre degré de porosité moindre que Bertrand Ferrier intitule « porosité collatérale » qui signale l’aura audiovisuelle d’une adaptation sur un livre qui n’a pas été filmisé, il peut s’agir notamment d’un titre écrit par un auteur dont un livre précédent a fait l’objet d’une adaptation.

Degré 0Aucune porosité
Degré 1Porosité directe : ré-édition du livre avec en couverture l’affiche de l’adaptation
Degré 2Intégration d’élément de l’adaptation dans le texte : modification du titre
Degré 3Novélisation du film
Degré 4Réécriture du texte de l’œuvre originale en fonction de l’adaptation
Porosité collatéraleImpact d’une adaptation sur un autre livre que celui filmisé
Tableau : Les différents degrés de porosité selon Bertrand Ferrier

Le Grishaverse : de la page à l’écran

Leigh Bardugo, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Leigh Bardugo est une auteure américaine de roman de fantasy publié par les Editions Orion aux Etats-Unis et par les Editions Milan Jeunesse en France. Elle écrit principalement pour un public adolescent et young adult. Ses livres ont souvent été classés dans les meilleures ventes par le New York Times. Elle écrit dans un premier temps, une trilogie intitulée Shadow and Bone avec le premier tome Shadow and Bone publié en 2012, le second tome Siege and Storm en 2013et Ruin and Rising en 2014 aux éditions Henry Holt & Compagny. En 2015, elle reprend son univers en publiant la duologie Six of Crows puis écrit le tome deux Crooked Kingdom en 2016 chez Orion Children’s Book. C’est réellement à ce moment-là que naît le Grishaverse (du nom des personnages de l’univers qui possèdent des facultés surnaturelles, les Grisha). La trilogie raconte l’histoire d’Alina Starkov, jeune cartographe aux origines Shu qui se découvre un pouvoir unique, celui de matérialiser de la lumière. Ce pouvoir fait qu’elle pourrait bien être celle qui viendrait à bout de la « Non-mer », cette étendue d’ombre qui divise le royaume et qui est hantée par des créatures d’horreur attaquant les hommes qui tentent la traversée. La duologie se déroule deux ans après les événements de la trilogie et se concentre sur un groupe de personnages, cambrioleurs et vauriens, qui organise un casse dans une prison de haute-sécurité. Le premier tome de la trilogie est traduit par Castelmore en 2013 sous le nom Grisha tome 1 : Les Orphelins du royaume avant que les éditions Milan rachètent les droits pour le rééditer. Milan continue la traduction en publiant les deux tomes suivants en 2018 : Grisha t.2 : Le Dragon de glace et Grisha tome 3 : L’oiseau de feu. Les livres de la duologie sont publiés par les éditions Milan en 2016 et 2017 en grand format broché et en format numérique sous le nom de Six of Crows et Six of Crows, la cité corrompue.

Livres Hebdo annonce l’adaptation par Netflix des livres de Leigh Bardugo en janvier 2019. La particularité de la série Netflix est qu’elle propose de mélanger les deux sagas littéraires, nous retrouvons alors les personnages de la duologie incorporés dans les événements de la trilogie. Leigh Bardugo a eu son mot à dire dans la réalisation de l’adaptation puisqu’elle tenait de rôle de directrice exécutive[12]. La série a reçu un accueil favorable que ce soit de la part des critiques que de la part des fans. La série a été bien accueillie tant par les critiques que par les fans et a été visionnée 55 millions de fois selon Netflix.

Couverture de la nouvelle édition de Six of Crows aux éditions Milan https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/fiction/romans-ados/six-of-crows

Une nouvelle édition du livre Six of Crows est publiée par la maison d’édition Milan le 26 mai 2021 avec un rappel de l’affiche de la série en couverture. Nous retrouvons sur le livre les photos des acteurs interprétant le trio des corbeaux qui sont présents dans le livre. Nous avons ici un exemple parfait de cross-marketing[13]. Ceci est le premier signe de la porosité multimédiatique entre les deux médias : bien que le roman ne soit pas l’objet principal de l’adaptation, seuls les personnages sont présents dans la série Netflix, celle-ci a malgré tout un impact direct sur l’objet livre. En plus de la nouvelle couverture, un autocollant est ajouté sur le livre qui met en évidence le logo Netflix ; l’adaptation envahit le livre. Cela montre à quel point les deux œuvres font la promotion de l’une et de l’autre. « Par-delà les différences de stratégie, le livre multimédiatique peut servir les intérêts de l’audiovisuel et, parfois, se servir au passage. Il entre dans une logique industrielle globale »[14].

En prévision de la sortie de la série sur Netflix, les éditeurs modifient l’objet livre afin de promouvoir l’adaptation. Ainsi, en amont de la série, les éditions Milan annoncent une réédition des premiers tomes des deux sagas. Ces nouvelles éditions s’accompagnent d’une modification du titre. Le tome 1 de la trilogie Shadow and Bone, intitulé Grisha en France est réédité sous le titre Shadow and Bone, la saga Grisha. Les deux livres intègrent des éléments de l’adaptation Netflix sur la couverture. Ce sont les deux seuls livres à avoir reçu une modification de la couverture à la suite de la série. Les tomes deux et trois des sagas conservent leur couverture d’origine qui est similaire à la couverture de l’édition américaine, mais un bandeau est ajouté afin de mettre en avant l’argument de vente de l’adaptation Netflix.


Couverture du tome 2 de Six of Crows https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/fiction/romans-ados/la-cite-corrompue

La création d’un univers tel que le Grishaverse permet également la multiplication des spin-offs[15] pour la série. Nous retrouvons une pratique similaire dans l’œuvre de Leigh Bardugo qui a publié des livres ayant comme héro principal Nikolaï, un personnage qui apparaît dans les tomes deux et trois de la trilogie Shadow and Bone. L’auteure a également publié Le livre des saints, un texte auquel elle fait référence de nombreuses fois dans ses romans du Grishaverse.

Pour en revenir aux degrés de porosité de Bertrand Ferrier que nous avons abordés plus haut, nous pouvons donc voir qu’il s’agit ici d’une porosité directe entre la trilogie et la série mais d’une porosité collatérale pour les livres de la duologie. Cependant on observe sur les premiers tomes de la trilogie et de la duologie, un premier degré de porosité avec un rappel de la couverture en affiche.

Les critères de réussite pour une adaptation

Nous pouvons identifier plusieurs critères qui feront qu’un livre puisse être candidat à une adaptation audiovisuelle. L’un des premiers éléments est tout d’abord la réussite commerciale du livre. Dans son article annonçant l’adaptation en série de la saga Shadow and Bone, Livres Hebdo souligne le succès que furent les différents titres : « Ses livres se sont vendus à plus de 2,5 millions d’exemplaires rien qu’en langue anglaise, et ont été traduits en 38 langues. En France, Milan indique avoir écoulé 20 000 exemplaires des romans, dont le dernier opus, Grisha : L’oiseau de feu, est paru en octobre 2018. »[16] Livres Hebdo annonce l’adaptation par Netflix des livres de Leigh Bardugo en janvier 2019, soit une fois que le succès de l’œuvre littéraire est assuré.

Maÿlis Vauterin cite également deux critères qui permettent à un livre d’être un bon candidat à une adaptation : « un univers singulier » et « des personnages forts ». Etant donné la surproduction de série sur les plateformes de streaming, il faut que chaque titre soit facilement identifiable par le spectateur. Pour qu’un livre fasse l’objet d’une adaptation, il doit avoir une identité visuelle forte. Nous retrouvons les deux qualités mises en avant par Maÿlis Vauterin dans les romans de Leigh Bardugo. En effet, l’auteure développe un univers qui mêle la fantasy et le steampunk dans un paysage rappelant la Russie impériale des tsars.

https://grishafandom.wordpress.com/maps-of-ravka/

Les sagas de la littérature young adult ont pour la plupart un univers très développé avec des éléments visuels forts. Dès la parution du premier tome de la trilogie Shadow and Bone, Leigh Bardugo fait apparaître un univers littéraire dense et développé avec des lieux, des légendes et des créatures fantastiques. Les livres sont accompagnés de différentes illustrations ; Six of Crows est illustré par une carte de l’univers du roman (visible ci-dessus) et un plan du palais de glace, les illustrations sont réalisées par Keith Thompson. La carte de l’univers est par ailleurs, reprise par Netflix qui s’en sert pour faire une carte interactive sur sa plateforme afin de faire découvrir l’univers riche du Grishaverse. Shadow and Bone et le premier tome de Six of Crows ont fait l’objet d’une édition collector aux États-Unis. Dans l’édition collector de Six of Crows, publiée en 2018 par Orion Children’s Book, Leigh Bardugo a inclus des illustrations représentant les personnages principaux. Ces éditions collectors sont l’occasion pour l’auteur de développer l’aspect visuel de son univers en intégrant des illustrations au texte. Cependant, on ne peut pas parler spécifiquement de porosité multimédiatique puisque ces illustrations ne proviennent pas de l’adaptation Netflix.

Capture d’écran de la carte interactive disponible sur le site de Netflix https://www.netflixshadowandbone.com/map /

Il s’agit maintenant pour les éditeurs de lier les deux sagas littéraires dans un univers : le Grishaverse. Un logo est créé et est apposé sur les livres qui entrent dans l’univers du Grishaverse qui permettra au passage de rendre les livres facilement identifiables en librairie. Nous retrouvons pour les deux sagas une charte graphique similaire avec une typographie du titre qui rappelle celle de l’adaptation Netflix. Logo que l’on retrouve sur les éditions françaises des ouvrages et sur les éditions de poche notamment.

Zoom sur la 4e de couverture de l’édition de poche de Six of Crows https://livre.fnac.com/a10811449/Six-of-Crows-Tome-1-Six-of-Crows-Leigh-Bardugo

L’adaptation en série de la saga littéraire du Grisha est un nouvel exemple du regain de la littérature young adult et de l’intérêt que lui apporte Netflix. Ainsi, après le cinéma, c’est désormais au tour de Netflix et d’autres plateformes de service de vidéo à la demande de s’emparer des succès de ce genre littéraire. La cession des droits d’adaptation d’une série marque l’ouverture d’un dialogue entre les livres et l’adaptation audiovisuelle. Chaque entité va chercher à promouvoir son produit en mettant en avant le succès de l’autre afin de pouvoir attirer des nouveaux lecteurs ou spectateurs. Le marketing présent autour des œuvres littéraires adaptées en série fait qu’il nous devient plus difficile de dissocier les deux entités. Il se crée un lien d’interdépendance entre le monde de l’audiovisuel et le monde de l’édition avec une promotion de l’œuvre qui s’appuie sur l’existence de l’autre entité. Comme l’explique la vice-présidente de Netflix, il ne s’agit plus de penser la relation entre les plateformes de streaming et les éditeurs comme une relation de concurrence, mais plutôt de cohabitation des deux médias. Puisque qu’une série sur deux est une adaptation littéraire, les plateformes de streaming ont désormais autant besoin des éditeurs pour maintenir leur production que les éditeurs ont besoin d’elles pour promouvoir leur catalogue. Les plateformes de streaming et les liens créés avec les structures éditoriales apportent aujourd’hui une vision plurielle de la culture. Elles ont pour volonté une création transmédiatique via l’utilisation de différents médias lors de l’élaboration d’une œuvre unique. Cela vient brouiller les limites entre les livres et les adaptations audiovisuelles afin d’en faire une œuvre multimédiatique. Lier la littérature et l’audiovisuel permet d’attirer un plus grand public sur les deux produits. Les plateformes de streaming amènent les maisons d’édition à penser différemment la promotion de leur catalogue, voire les titres qu’elles publient pour répondre à la demande des plateformes.


[1] Marine Durand, « Sur les plateformes, 47% des séries sont des adaptations littéraires », Livres Hebdo, 19 novembre 2021, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/sur-les-plateformes-47-des-series-sont-des-adaptations-litteraires

[2] Chief Executive Officer

[3] Isabel Contreras, « Kelly Luegenbiehl (Netflix) : « Les éditeurs sont nos partenaires, pas nos concurrents » », Livres Hebdo, 16 octobre 2019, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/kelly-luegenbiehl-netflix-les-editeurs-sont-nos-partenaires-pas-nos-concurrents

[4] Véronique Richebois, « Netflix et consorts bousculent les règles du marché de l’édition », Les Échos, 9 novembre 2018, disponible en ligne sur : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/netflix-et-consorts-bousculent-les-regles-du-marche-de-ledition-146277

[5] Ibid

[6] Dominique Seux, « Netflix France proche des 10 millions d’abonnées », Les Echos, 20 janvier 2022, disponible en ligne sur : https://www.lesechos.fr/idees-debats/crible/netflix-france-proche-des-10-millions-dabonnes-1380768

[7] Sophie Gindensperger, « Dossier : Young Adult, le temps de l’émancipation », Livres Hebdo, n°1222, 2019, p.70

[8] Véronique Richebois, « Netflix et consorts bousculents les règles du marché de l’édition », Les Echos, 9 novembre 2018, disponible en ligne sur : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/netflix-et-consorts-bousculent-les-regles-du-marche-de-ledition-146277

[9] Sophie Gindensperger, «Dossier Young Adult : un plus fort engagement», Livres Hebdo, n°1079, 2018.

[10] Sophie Gindensperger, « Dossier : Young Adult, le temps de l’émancipation », Livres Hebdo, n°1222, 2019, p.70

[11] Alexandra Grenon, La Littérature young adult en France : quand le marketing s’empare du processus éditorial. Comment les diverses maisons d’édition concernées s’approprient-elles ce phénomène ?, Sciences de l’information et de la communication, 2017, p. 31

[12] Nicolas Turcev, « Netflix va adapter les séries « Grisha » et « Six of Crows » », Livres Hebdo, 14 janvier 2019, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/netflix-va-adapter-les-series-grisha-et-six-crows

[13] Cross-marketing : une stratégie dans laquelle des produits complémentaires sont présentés aux consommateurs pour augmenter les ventes. (Selon economy-pedia.com)

[14] Bertrand Ferrier, Les Livres pour la jeunesse : entre édition et littérature, PUR, Rennes, 2011, p.254

[15] Spin-off : une série télévisée, radiophonique ou autre, créée autour d’un personnage secondaire présent dans une autre série. Les réalisateurs d’un spin-off profitent ainsi du succès de la série dont il est dérivé. (Selon linternaute.fr)

[16] Nicolas Turcev, « Netflix va adapter les séries « Grisha » et « Six of Crows » », Livres Hebdo, 14 janvier 2019, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/netflix-va-adapter-les-series-grisha-et-six-crows

Bibliographie

Bertrand Ferrier, Les Livres pour la jeunesse : entre édition et littérature, PUR, Rennes, 2011.

Sophie Gindensperger, « Dossier : Young Adult, le temps de l’émancipation », Livres Hebdo, n°1222, 2019.

Sophie Gindensperger, « Dossier : Young Adult, le temps de l’émancipation », Livres Hebdo, n°1222, 2019, p.70.

Alexandra Grenon, La Littérature young adult en France : quand le marketing s’empare du processus éditorial. Comment les diverses maisons d’édition concernées s’approprient-elles ce phénomène ?, Sciences de l’information et de la communication, 2017 .

Sitographie

Isabel Contreras, « Kelly Luegenbiehl (Netflix) : « Les éditeurs sont nos partenaires, pas nos concurrents » », Livres Hebdo, 16 octobre 2019, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/kelly-luegenbiehl-netflix-les-editeurs-sont-nos-partenaires-pas-nos-concurrents

Marine Durand, « Sur les plateformes, 47% des séries sont des adaptations littéraires » , Livres Hebdo, 19 novembre 2021, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/sur-les-plateformes-47-des-series-sont-des-adaptations-litteraires

Economy-pedia [en ligne], Cross-marketing, https://economy-pedia.com/11040067-cross-marketing

L’internaute [en ligne], 2021, Spin-off, https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/spin-off/

Véronique Richebois, « Netflix et consorts bousculent les règles du marché de l’édition », Les Échos, 9 novembre 2018, disponible en ligne sur : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/netflix-et-consorts-bousculent-les-regles-du-marche-de-ledition-146277

Dominique Seux, « Netflix France proche des 10 millions d’abonnées », Les Échos, 20 janvier 2022, disponible en ligne sur : https://www.lesechos.fr/idees-debats/crible/netflix-france-proche-des-10-millions-dabonnes-1380768

Nicolas Turcev, « Netflix va adapter les séries « Grisha » et « Six of Crows » », Livres Hebdo, 14 janvier 2019, disponible en ligne sur : https://www.livreshebdo.fr/article/netflix-va-adapter-les-series-grisha-et-six-crows



Citer ce billet
dufayj (2022, 30 septembre). L’alliance des maisons d’édition et de Netflix : l’exemple du Grishaverse. Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlx3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search