La première librairie du Métavers

Visiter une librairie de façon virtuelle, et y faire ses achats est maintenant possible. C’est en Corée du Sud, au centre de Séoul, qu’a lieu cette première. La librairie Kyobo Book Center donne la possibilité aux clients d’utiliser la nouvelle plateforme afin d’acheter leurs livres sans pour autant se rendre sur le lieu physique. 

Mais qu’est-ce que le Métavers ?

Le terme « méta » vient du grec « au-delà », c’est un monde virtuel qui se trouve au-delà de notre monde physique. On y trouve des espaces partagés et en ligne, qui sont accessibles par des interactions en 3D. Ce concept a été décrit pour la toute première fois dans un roman de science-fiction Simulacron 3, écrit par Daniel Galouye en 1964. Avec les plateformes de jeux vidéo, ces expériences se sont sophistiquées notamment grâce à la création d’avatars qui nous permettent d’interagir dans des mondes virtuels.  De nouvelles lunettes et casques de réalité virtuelle nous permettront bientôt de faire diverses activités sans sortir de chez nous : visiter un musée, suivre un cours à l’Université, faire ses achats…

Dernièrement, Mark Zuckerberg, le directeur général de Facebook a annoncé le développement de son propre Métavers. Il a notamment rebaptisé sa société META (comprenant Instagram, Messenger et WhatsApp). En parallèle, d’autres géants de l’informatique tels qu’Apple se sont lancés dans ce processus en produisant par exemple de nouveaux casques de réalité virtuelle.  

Cette année, le casque Meta Quest 2, appartenant à Facebook, a déjà été utilisé au festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Compatible avec l’application mobile du leader de lecture en ligne de bandes dessinées Izneo, l’oculus offre la possibilité de lire de façon plus immersive dans ces mondes de papier. Pour le directeur général d’Izneo cité dans un article de Livres Hebdo :

« Le métavers est une opportunité fantastique pour initier et partager de nouvelles expériences de lecture. Dans celui-ci, prendront rapidement place des bibliothèques virtuelles à accès privé ou partagé et izneo y sera présent. »

… Quid des librairies dans le métavers ?

En décembre 2021, la librairie Coréenne Kyobo Book Center a lancé la  plateforme virtuelle « Metabooks », la première librairie dans le métavers du réseau social Facebook. Grâce à une technologie 3D, les clients ont l’impression de faire leurs achats dans une véritable librairie. Avec l’aide d’une caméra omnidirectionnelle, les différentes sections de la librairie ont été photographiées et les visiteurs entrent ainsi en immersion totale dans la réplique numérique du commerce. Les clients peuvent par ailleurs observer les livres de plus près à l’aide d’options de Zoom.

La librairie Kyobo Book Center dans Metabook
Photo issue de l’article d’ActuaLitté (1)

Cette initiative aurait été prise pour faciliter l’accès aux librairies en temps de pandémie et ainsi combler le fossé entre les espaces hors ligne et en ligne. Cette idée intéressante permettrait de soutenir certaines librairies physiques, en apportant plus d’immersion à leurs plateformes de ventes en ligne, et en donnant la possibilité aux clients de ne pas perdre de vue ces commerces parfois difficiles d’accès. En revanche, nous n’avons aujourd’hui que très peu d’informations sur l’évolution des librairies du métavers et cela peut soulever de nombreux questionnements sur leur avenir.

Vers des librairies entièrement virtuelles ?

Avec cette idée, il serait possible de s’imaginer déambuler tout seul dans des librairies aux surfaces de stockages quasiment infinies à n’importe quelle heure de la journée (ou de la nuit). Des avatars de libraires pourraient nous renseigner à chaque instant à l’aide de chat. Feuilleter des livres 3D accentuerait notre sensation réelle de manipulation des livres et améliorerait ainsi notre expérience d’achat en ligne.

Or, flâner dans les librairies depuis notre canapé ne serait pas sans risques si l’on en venait à oublier les lieux physiques. Que faire devant des librairies aux choix démesurés qui pourraient faire une étude approfondie de nos comportements d’achats ? Allons-nous vers une uniformisation du choix en librairie ? Une déshumanisation des libraires et de nouvelles attentes de leur travail ? Ou allons-nous plutôt vers un outil ludique, pratique et immersif qui pourrait encourager les clients à commander en ligne dans différentes librairies, mais également à se rendre sur place après une première visite en ligne comme nous l’avons déjà vu pour les musées ?

Du métavers au multivers

Les différents mondes virtuels constituent ce que l’on appelle  le « multivers », une sorte de collection de métavers. Avec le multivers, il serait donc possible de pouvoir passer d’un univers à l’autre et plus largement d’une librairie d’un univers donné à une autre. Toutefois, ce voyage hors du commun soulève une question : pourra-t-on transporter avec soi les livres achetés dans les librairies du type Metabooks ? À l’instar d’Amazon et des livres Kindle lisibles uniquement sur leurs liseuses dédiées, transférer nos fichiers d’un métavers à l’autre sera-t-il possible ?  Ce manque potentiel d’interopérabilité soulève également la question de la domination du marché dans un monde parallèle où il n’y a aucune limite, et certains géants sont  imprévisibles. Effectivement, en 2014, Amazon a  racheté à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) l’extension de nom de domaine .BOOKS, sans jamais ne l’avoir encore utilisée. À l’époque, de nombreux acteurs de la chaîne du livre ont pointé du doigt ce risque ; et c’est notamment ce qu’a dénoncé Françoise Dubruille, directrice de l’EIBF (European and International Booksellers Federation), citée dans un article d’ActuaLitté : « attribuer à un unique opérateur commercial, des extensions génériques, comme BOOK, AUTHOR ou READ, risque d’induire une situation injuste pour le consommateur et les acteurs concernés. D’abord, parce que le consommateur associera l’extension à l’opérateur commercial. Ensuite, parce que cette propriété est une concurrence déloyale, dont les modes d’attribution sont très discutables ». Cette propriété permettrait à Amazon d’être déjà le grand dominant du marché  du livre, et les concurrents se trouveraient dans l’obligation d’acheter leur site à la firme pour avoir la chance d’être référencés dans le  .BOOKS.

Qu’en serait-il également de l’augmentation des piratages de livres dans des univers virtuels moins protégés ? Une étude réalisée par des éditeurs italiens a déjà révélé une augmentation de 5% des piratages lors de la pandémie soit 322 000 actions illégales. L’étude indique que : « Pour l’industrie du livre, le piratage représenterait un manque à gagner évalué à 771 millions € chaque année — ce qui représente 31 % du chiffre d’affaires du secteur (hors scolaire et exportations) ». Des chiffres inquiétants, qui le sont d’autant plus avec l’arrivée des Metabooks.

Avec le multivers, il est possible de se demander si l’apparition d’un nouvel écosystème uniquement consacré aux livres est en train de faire surface. Les librairies des différents métavers pourraient alors toucher d’infinies clientèles dans un monde où tout devient sans limites. Mais est-ce que ces univers virtuels encore abstraits, ne seraient pas le reflet de la concurrence et des problématiques actuelles d’une chaîne du livre déjà bien ancrée dans le réel ?


Pour en savoir plus :

  1. « Metabooks, la première librairie de Meta, le métaverse de Facebook »
  2. Le nouveau casque de réalité virtuelle d’Appel
  3. « Comment le numérique a boosté la fréquentation des musées » 
  4. « De la réalité virtuelle à Angoulême avec Izneo »
  5. « Du metavers au multivers propriétaire : le piège de la cage dorée »
  6. « Amazon, désormais propriétaire incontestable du LIVRE sur Internet »
  7. « La pandémie a renforcé le piratage de livres, avec plus d’impunité encore »



Citer ce billet
Lisa.Ctn (2022, 30 juin). La première librairie du Métavers. Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlwy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search